LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Femme en train de parler au mégaphone.

"S’adresser à tous est-ce forcément plaire à tout le monde ?"

6 min
À retrouver dans l'émission

Les saisons culturelles ouvrent leurs portes et chaque institution prétend vouloir s’adresser à un large public. Diane Scott, psychanalyste et rédactrice en chef de la "Revue Incise", explique au micro de Marie Sorbier cette volonté politique d’allier l’art et le peuple.

Femme en train de parler au mégaphone.
Femme en train de parler au mégaphone. Crédits : Crédits : We Are - Getty

En cette rentrée culturelle, force est de constater la récurrence, dans les éditos ou les notes d’intentions des directeurs d’institutions ou même des artistes, cette volonté de s’adresser à tous. Diane Scott, psychanalyste et rédactrice en chef de la " Revue Incise" éditée par le théâtre de Gennevilliers, vient de publier aux éditions Les Prairies Ordinaires, un essai qui tente d’élucider le sens de cette volonté politique de l’Art qui s’adresse à tous.

Aujourd’hui, la culture est le lieu d’un récit. Les objets globalisés de la culture, les gros blockbusters, par exemple, sont des objets de la réconciliation. Dès lors, le motif de désaccord de la culture depuis deux siècles est le jugement de goût instauré par les hiérarchies culturelles ; la culture devient alors une autre scène de la conflictualité sociale. Le discours qui accompagne la culture de masse, aujourd’hui, est celui qui va à l'encontre de la violence culturelle, celle du mépris social et des objets qui divisent. 

On a aujourd'hui des objets qui supportent l'idée qu'il y a quelque chose d'universel dans la culture et que, tout d'un coup, les bourgeois comme le petit peuple pourraient se retrouver dans des objets qui accompliraient finalement une espèce d'unité perdue. 

Mais quelle est la place du théâtre dans tout cela ? 

Le théâtre est le grand perdant face à la puissance de frappe de l’industrie de masse, il ne fera jamais plus d’entrées qu'un film très mauvais.

Le théâtre telle que la modernité s’en empare, est le lieu, non pas d’un plaire au plus grand nombre, mais le lieu qui est ordonné à s'adresser à tous.

S’adresser à tous. Qu’est-ce que cela veut dire ? Pourquoi utiliser « tous » alors que ce n’est pas la somme des groupes sociaux existants ? Si « s’adresser » n’est pas « parler », qu’est-ce que cela traduit?

Aussi Insoluble que puisse paraître cette visée, dans son livre « S’adresser à tous », Diane Scott vise les réformateurs du théâtre depuis la Révolution française, qui ont pensé qu’au théâtre, quelque chose de la société pouvait s'accomplir et que le théâtre était l'un des lieux privilégiés d'une réforme de la société.  Cela a lieu à partir du Théâtre du Peuple, de la Révolution française, avec les promoteurs du Théâtre populaire de la Troisième République, ou encore avec la décentralisation dramatique en France. Il se joue quelque chose au théâtre qui convoque une certaine idée du peuple. Toutefois, il peut y avoir des moments de distractions, de bifurcations, ce n’est pas un seul énoncé massif ; c’est un énoncé socle à partir duquel se déploient tous ces rapports entre théâtre et politique.

Le théâtre moderne s’adresse au peuple, non le peuple-populace, ni le peuple-âme, mais le peuple-sujet. (tiré du livre de Diane Scott "S'adresser à tous")

Dans son énoncé moderne, le but de la culture est que le sujet advienne. Il y a beaucoup de livres traitant des rapports entre théâtre et politique avec des conseils pour des spectateurs et lecteurs émancipés. D’autre part, il existe des livres qui sont des critiques de la culture de masse. La spécificité du travail de Diane Scott est d’articuler les deux et de montrer une solidarité historique nécessaire entre d’un côté, le théâtre et de l’autre côté, la culture. 

Le théâtre fait estuaire pour la culture. C'est le lieu de mise en œuvre de cette idée qu'une articulation entre le théâtre et la politique produit quelque chose qui est un sujet de l'histoire. _J_e crois que c'est ce qui se trame au théâtre et qui ouvre sur ce qui se joue pour nous dans la culture aujourd'hui.

La notion d’art ne peut plus cohabiter avec la notion du populaire. Cet énoncé très récent a pourtant été le projet des réformateurs du théâtre ; tenir la jonction haute entre l’invention formelle et la révolution, et une pensée radicale du changement social. Par ailleurs, cela a caractérisé énormément les discours de l'avant-garde, et pas seulement au théâtre. Cette opposition entre un théâtre soucieux de politique et un théâtre occupé d’esthétique est une catégorisation faible, récente et propre au théâtre selon Diane Scott. Cette pensée s’est emparée des catégories de penseurs et des théâtres à partir des années 90.

Je pense que cela a été une manière assez faible de prendre en charge ce que j'ai nommé plus tôt et qui est une injonction faite au théâtre à s'emparer de la question politique.

Actualité 2021 : "S'adresser à tous - Théâtre et industrie culturelle", "Revue Incise", de Diane Scott, paru aux éditions Les Prairies Ordinaires, le 16 avril ; sortie du nouveau numéro "Revue Incise 8" le 9 septembre.

Ce contenu fait partie de la sélection
Le Fil CultureUne sélection de l'actualité culturelle et des idées  Voir toute la sélection  
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......