LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Bruno Dumont

Bruno Dumont : "Un film, c'est représenter une lutte du spectateur contre lui-même"

55 min
À retrouver dans l'émission

Cinéaste aux films tant énigmatiques qu’inclassables, Bruno Dumont signe "France", une satire de l’information-spectacle. Au micro d’Arnaud Laporte, il revient sur son parcours éclectique et ses imaginaires.

Bruno Dumont
Bruno Dumont Crédits : 3B Poduction / Arp Selection

A rebours de la production française contemporaine, avec son regard acerbe, ses films dans tous les genres, et ses nombreuses récompenses notamment à Cannes, Bruno Dumont s’est imposé comme un cinéaste singulier. Son dernier film France, en salles depuis le 25 août, nous immerge avec Léa Seydoux, Blanche Gardin et Benjamin Biolay, au cœur de la machine médiatique. Pour l’occasion, Arte lui consacre un cycle sur son site et la Cinémathèque une rétrospective du 1er au 16 septembre 2021. 

Le réalisateur nous explique les motivations de son film...

Ça m'intéresse aussi de m'affronter à la réalité du monde d'aujourd'hui, les médias et pas forcément toujours la campagne. La campagne, c'est la base, selon moi. C'est filmer la nature. Et même quand je fais France, je filme la nature d'une femme. 

Le réel et ses artifices 

D’abord étudiant puis professeur en philosophie, Bruno Dumont se tourne progressivement vers le cinéma au milieu des années 1980 via la réalisation de films d’entreprises. Le cinéma s’impose à lui comme un accès plus direct à la sensibilité, à la nature, à la réalité : en définitive, à la vérité. Contre l’abstraction philosophique, le réalisateur revendique un anti-intellectualisme féroce dans l’expression de son cinéma :

C'est un art de la pensée, mais qui va chercher dans la racine de la sensation des choses. Je pense que si j'ai tourné avec des gens qui n'étaient pas des intellectuels aussi, c'est justement parce que le moment où ça commence à réfléchir ne m'intéresse plus.

Engagé dans une quête d’incarnation, Bruno Dumont s’astreint à n’employer que les matériaux du réel. En témoigne son choix de faire majoritairement appel à des acteurs non professionnels durant une large part de sa carrière. Depuis Camille Claudel 1915 toutefois, de plus en plus d’acteurs professionnels s’invitent à l’écran tels que Juliette Binoche, Fabrice Luchini, et maintenant Léa Seydoux. Le réalisateur les dirige à l'oreillette, une méthode déroutante qui permet à Bruno Dumont de "rentrer dans le jeu des acteurs" mais surtout de falsifier leur jeu.  Peu à peu, le réalisateur troque le réel contre l'artifice :

Autrefois, l'acteur dominait. C'est à dire que je voulais que l'équipe image suive l'acteur. Aujourd'hui, je fais le contraire. J'oblige l'acteur à rentrer dans les contraintes de la photographie et des lumières. C'est donc très artificiel, mais ça me plaît énormément. J'aime beaucoup l'artifice. J'aime beaucoup contraindre. Je travaille d'une façon beaucoup moins naturelle, j'empêche l'acteur, et je découpe beaucoup.

Le spectateur, enfin, est lui aussi au cœur des préoccupations du cinéaste. En croisade contre le divertissement et de fait la passivité qu’induisent les films standardisés, Bruno Dumont déforme le réel et place ainsi le spectateur dans une attitude active. 

C'est parce que c'est faux que ça représente une réalité peut être plus intérieure, plus personnelle.

Un cinéma mystique et profane à la fois 

Depuis La Vie de Jésus en 1997, Bruno Dumont n’a de cesse de questionner le sacré. De l’anti-polar mélancolique de L’Humanité à l’ermite exorciste d’Hors-Satan, en passant par le cauchemar dans le désert californien de Twentynine Palms ou encore le parcours religieux d’une jeune femme dans Hadewijch et bien d’autres, Bruno Dumont met en espace les mystères sans toutefois les résoudre. 

Le réalisateur s’est également emparé de personnages célèbres tels que Camille Claudel et Jeanne d’ Arc et n’hésite pas à mettre en crise les codes de représentation. La comédie musicale déjantée Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc en est un exemple saisissant. Avec France, Bruno Dumont poursuit son enquête sur la fabrique des mythologies contemporaines. Pour ce film comme pour Jeanne, le réalisateur a fait appel à Christophe qui a mis en musique des textes de Charles Péguy :

C'est absolument extraordinaire ce qu'il fait. Il rentre dans des zones de notre cœur avec beaucoup de finesse, c'est vraiment de la dentelle. Et pendant ce temps-là, moi, je peux travailler dans le grave. […]Il donne à Péguy, qui est un auteur particulièrement puissant, mais particulièrement austère et difficile, de la chaire, il le rend accessible.

Sur tous les terrains, Bruno Dumont s’illustre également dans la comédie. On a ainsi pu découvrir son esprit burlesque dans la mini-série P’tit Quinquin puis Coincoin et les Z’inhumains, ou encore la satire sociale avec Ma Loute en 2016. 

Ses actualités :  

  • Sortie le 25 août de son long-métrage "France" avec Léa Seydoux, Blanche Gardin et Benjamin Biolay.
  • Cycle Bruno Dumont sur arte.tv à l'occasion de la sortie de "France".
  • Rétrospective BRUNO DUMONT à la Cinémathèque du 1er au 16 septembre 2021.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Sons diffusés pendant l'émission

  • Extrait de "La Vie de Jésus" de Bruno Dumont, 1997. 
  • “Chant Evrard", musique tirée de la bande originale composée par Christophe du film “Jeanne” de Bruno Dumont sorti en 2019. 
  • Extrait de l’entretien de Jean-Marie Straub au micro de Laure Adler dans l’émission « Hors champs » le 31/01/2013.
  • Extrait de la bande originale composée par Christophe pour "France" de Bruno Dumont
Chroniques
19H20
6 min
Affaire en cours
Pochette du disque de Nirvana : Spencer Elden souffre-t-il du syndrome de la célébrité involontaire ?
19H50
6 min
Affaire à suivre
A Rome, la culture au centre des débats électoraux
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......