LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Nathacha Appanah

Nathacha Appanah : "Avoir une ambition de forme me donne une liberté incroyable"

55 min
À retrouver dans l'émission

Romancière, journaliste et traductrice, Nathacha Appanah signe "Rien ne t’appartient" chez Gallimard en cette rentrée littéraire. Au micro d’Arnaud Laporte le temps d’un entretien au long cours, elle revient sur son parcours, de l’île Maurice à la France, et nous immerge dans ses imaginaires.

Nathacha Appanah
Nathacha Appanah Crédits : JOEL SAGET / AFP - AFP

Nathacha Appanah, romancière dont les ouvrages ont souvent restitué les tragédies cachées et révélé les revers des rêves, a su imposer son style tant lumineux qu’anguleux. Avec Rien ne t’appartient qui vient de paraître dans la Collection Blanche de Gallimard, elle nous raconte l’histoire de Tara, une héroïne au destin troublé qui se voit rattrapée par son passé après le décès de son mari. Un nouvel opus bien accompagné en cette rentrée puisque son roman Le ciel par-dessus le toit paru en 2019 est édité dans la Collection Folio, et que son texte multi-primé  Tropique de la violence est adapté et mis en scène par Alexandre Zeff, du 13 au 24 septembre 2021 au Théâtre de La Cité Internationale avant de partir en tournée. Autant de belles occasions de revenir, en sa présence et au micro d’Arnaud Laporte, sur son parcours et son processus créatif. 

A propos de ce nouveau roman, dont elle nous confie qui est le fruit d'un travail long de vingt ans, elle déclare : 

Je ne crois pas que ce texte soit placé dans un pays où certaines femmes s'y retrouveraient, mais certaines femmes seulement. Il me semble que le destin de cette jeune fille et de cette femme pourrait avoir des échos sur tous les continents.

Entre deux mondes

Née à l’Ile Maurice, Nathacha Appanah descend d’une famille « d’engagés » indiens de la fin du XIXe siècle, les Pathareddy-Appanah, contraints à l’exil forcé et enrôlés pour remplacer les esclaves affranchis. C’est bercé par ces histoires devenues légendes mais aussi par le télugu que lui parlait sa grand-mère que la future écrivaine grandit. 

J'ai eu la chance de vivre dans la même maison que mes grands-parents et de côtoyer de manière quotidienne et intime ma grand-mère qui me parlait très librement. Elle me racontait des histoires de camps. [...] Je la suivais tout le temps. Je l'accompagnais. Quand nous allions prendre le bus, elle me montrait de l'autre côté de la rue et me disait de ne jamais aller là-bas parce que là-bas était le camp, et elle en était sortie. C'était pour moi comme si elle me montrait une prison, quelque chose de dangereux, d'effrayant. 

De cette relation à son pays en clair-obscur, elle tire plus tard son premier roman : Les Rochers de Poudre d’Or, roman qui lui vaut le prix RFO du Livre 2003 et impose son style lumineux et anguleux à la fois sur la scène littéraire. 

Ressusciter l’histoire de l’exil forcé de ses arrière-grands-parents et plus largement restituer les tragédies cachées, telle est la vaste entreprise que poursuit Nathacha Appanah au fil de ses romans. Les paradis trompeurs, les personnages hantés par leur enfance, la transmission, le paysage comme écho des émotions, l’autobiographie, et bien d’autres sont autant de motifs qu’elle explore dans Blue Bay Palace (Gallimard, 2004), son deuxième roman, mais aussi La Noce d’Anna (Gallimard, 2005), ou encore Une année lumière. Le Dernier frère, paru aux éditions de l’Olivier en 2007 et prix du roman Fnac, a marqué les esprits. On y découvre l’histoire de Raj et de David, deux enfants qui firent face à la seconde guerre mondiale dans un camp de juifs déportés à l’île Maurice. 

Mes personnages ont toujours un carcan social, culturel, parfois physique aussi, et un carcan de l'ordre de l'enveloppe corporelle. […] Je me rends compte que c'est cette lutte-là entre la naissance ou ce qu'on appelle le destin ou la fatalité, et les différentes manières de sortir de là, le choix large qu'on a de faire ce chemin là ou d'en faire un autre, ce sont des choses qui m'inspirent. 

Une écrivaine sans frontières

Enfant, Nathacha Appanah lit L’Etranger de Camus :

Ce texte est toujours resté pour moi comme un texte de rappel à la simple nécessité de dire ce qu'il faut dire et ne pas en rajouter. 

Au vertige de cette lecture succède la révélation : le français sera sa langue d’écriture, et non pas le créole, sa langue maternelle, ou l’anglais qu’elle apprend comme le français. Marquée par un besoin de théâtre, de cinéma, de littérature, la jeune autrice se nourrit d’extraits littéraires et de journaux francophones, et se ainsi construit un « monde imaginaire ». 

On parlait le créole avec mes grands-parents, je parlais quelques langues indiennes. À l'école, on parlait l'anglais et le français. Je dirais que les premiers textes que j'ai lus étaient des textes en français. Et comme j'étais une enfant très secrète, ces textes-là me semblaient s'adresser à moi et à moi seule. Ils éveillaient des sentiments, des paysages, ils éveillaient d'autres histoires que la mienne. J'ai commencé à penser par moi-même dans cette langue-là. 

La France, où elle vient s’installer en 1998, est le décors de quelques-uns de ses récits, notamment En attendant demain et Le Ciel par-dessus le toit. Ecrivaine sans frontière, elle implante Tropique de la violence sur l’île de Mayotte où elle a vécu l’espace de deux ans et nous plonge là encore dans les coulisses sordides de l’île idyllique. 

Dans ses récits comme dans la vie, Nathacha Appanah ne cesse d’écumer le monde. Journaliste de formation, elle fournit en parallèle de son travail de romancière des reportages et des chroniques pour de nombreux journaux. Elle est également traductrice. 

Ses actualités : 

  • Roman : Rien ne t’appartient, Collection Blanche Gallimard, paru le 19 août 2021.
  • Roman: Le ciel par-dessus le toit publié en 2019 chez Gallimard est sorti le 19 août 2021 dans la Collection Folio.
  • Théâtre : Tropique de la violence, texte d’après le roman multi-primé de Nathacha Appanah, et adapté et mis en scène par Alexandre Zeff, du 13 au 24 septembre 2021 au Théâtre de La Cité Internationale. Avec Mia Delmaë, Thomas Durand, Mexianu Medenou, Yuko Oshima ou Damien Barcelona, Alexis Tieno et Assane Timbo.  Dates de tournée saison 2021/2022 et 2022/2023 :

- Le 9 octobre 2021 : théâtre Romain Rolland, Villejuif (94)

- Le 9 novembre 2021 : l’EMC, Saint-Michel-sur-Orge (91)

- Les 13 et 14 octobre 2022 : Théâtre de Metz

- D’autres dates se confirmeront sur la saison 2022/2023

Sons diffusés pendant l'émission : 

  • Albert CAMUS lit des extraits de "L'étranger" le 3 avril 1954, archive diffusée dans l’émission Du jour au lendemain, en 1989. 
  • Ti L'Afrique - "Soul Sock Sega", sur l'album "Soul sega sa" (2016). Label : Bongo Joe.
  • Tanita Tikaram - "Twist In My Sobriety" sur l'album "Ancient Hearts" (1988). Label : WEA INTERNATIONAL.
Chroniques
19H20
6 min
Affaire en cours
"S’adresser à tous est-ce forcément plaire à tout le monde ?"
19H50
6 min
Affaire à suivre
Tourné à Abidjan, "La Nuit des rois" de Philippe Lacôte : un film à découvrir
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......