LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Ballaké Sissoko

Ballaké Sissoko "la kora chez les djeli est un art héréditaire"

55 min
À retrouver dans l'émission

Grand joueur de kora, le musicien malien Ballaké Sissoko est en tournée en France pour son nouveau album "A Touma" sorti mi-septembre. Il est au micro d'Arnaud Laporte pour nous révéler ses sources d'inspiration et son parcours artistique.

Ballaké Sissoko
Ballaké Sissoko Crédits : Crédits : Benoit Peverelli

Né à Bamako en 1967, Ballaké Sissoko est issu d'une famille de musicien-conteur de la culture mandingue, les "djeli". Son père, le musicien Djelimady Sissoko, célèbre pour avoir transmis le goût pour ou développé la kora en Afrique de l’Ouest n’a jamais voulu que son premier fils fasse musicien ; c’est la raison pour laquelle Ballake Sissoko a appris en autodidacte la kora. Il entre à l'âge de treize ans à l’Ensemble instrumental du Mali en 1981 où il reste pendant 9 ans. Grâce à son statut de fonctionnaire, il subvient aux besoins de la famille et débute la musique avec un camarade koriste, Toumani Diabaté. À l’âge de 20 ans, il accompagne la diva Kandia Kouyaté sur sa tournée internationale et découvre Paris et les Etats-Unis. En 2000, il crée son propre groupe de musique  "Mandé Tabolo" composé de quatre musiciens : Aboubacar Dembelé qui joue le bolon, Fassery Diabaté au balafon, Adama Tounkara au n’goni auxquels s'ajoute une chanteuse, Mama Draba.

L’école de l’Ensemble instrumental m’a beaucoup servi. Il n’y a pas seulement du mandingue, il y a toutes les ethnies de différents territoires maliens. J’ai vraiment essayé de comprendre comment faire le mélange et cette vague de diversité m’a beaucoup apporté car en respectant une autre culture et non pas en la dénaturant, un échange s’opère et à partir de là on peut créer quelque chose compréhensible par tous.

La kora, une tradition ancienne

La kora est un instrument de musique à cordes que l’on retrouve dans toute l’Afrique de l’Ouest et qui, à l'origine, était joué dans la cour des rois, notamment pour rendre hommage au monarque mandingue du XVIIIe siècle, Da Monson Diarra. Selon la légende, cet instrument est celui d’une femme-génie qui habitait dans les grottes de Missirikoro au Mali. L’instrument serait né dans le fleuve Niger et aurait été découvert par un chasseur de la lignée des Diabaté qui l'aurait donné à un membre des poètes-musiciens dont les Sissoko sont issus. Les griots sont les dépositaires d'une tradition orale et transmettent leurs contes mandingues avec la kora.

L'instrument est composé de 21 cordes et a des variations innombrables. Les mélodies renvoient aux mélodies maliennes, ivoiriennes ou sénégalaises. Chacun possède un langage qui lui est propre et la kora évolue selon les époques. Ballaké Sissoko met en relief la dimension légendaire de cette région où rêve et réalité se mélangent.

La musique est naturelle, il n’y a pas un moment où l’on se dit "je vais le faire" elle a toujours été là. 

Un désir de transmission et une carrière internationale

Au fil de ses rencontres et de sa carrière, Ballaké Sissoko s’émancipe du répertoire traditionnel mandingue et travaille avec des artistes tels que Jordi Savall, Sting, Ludovico Einaudi, Keyvan Chemirani, ou Ross Daly. En 2006 est créé le groupe 3MA qui réunit l'île de  Madagascar avec Rajery, le Maroc avec Driss EL-Maloumi et le Mali. Ce groupe n’est ni malgache, ni arabe ou mandinge : il est africain et décloisonne les traditions. L'album "Musique de nuit" est enregistré en 2015 avec le violoniste Vincent Segal sur le toit de la maison de Ballaké Sissoko à Bamako. Il mélange la tradition musicale mandingue avec l'univers des musiques baroques, andalouses, jazz ou encore brésiliennes. 

En 2019, Ballaké Sissoko décide de transmettre cet art à de jeunes musiciens de Bamako. L’ensemble Ballaké Orkestra prépare un premier album et une tournée "Sissoko & Sissoko" avec le percussionniste Baba Sissoko. Ballaké Sissoko a ce désir de voyager et de transmettre ce goût pour la musique au Mali ainsi qu'à travers le monde et d’inciter les jeunes musiciens à pratiquer la kora. Ballaké Sissoko joue dans de nombreux festivals en France, comme le Festival d’Arles en 2010 puis 2016, le Festival Fiest’a Sètes en 2016, Festival Africolor à Evry, au Théâtre de l’Agora en 2015, à la Fondation Royaumont pour le Programme des musiques transculturelles avec le maître du luth setar de la musique persane, Darius Talâ’i en 2013 ou encore aux Salons de musique en 2019. L’album "Djourou" en 2021 est créé avec la chanteuse Camille, Salif Keita, Piers Faccini, Oxmo Puccino, Sona Jobarteh, Feu ! Chatterton, Vincent Segal et Patric Messina.

Sons diffusés pendant l'émission :

  • Djelimadi Sissoko et son Ensemble : "Arbre magique"
  • "Sadjo" de Kassé Mady Diabaté de l'album Kiriké (2014), Label : No format!
  • Extrait de Vincent Segal dans "Les grands entretiens" de France Musique
  • Ballaké Sissoko & Vincent Segal : “Oscarine” (album : Chamber Music / 2009)
  • “Jeu sur la symphonie fantastique” - album "Djourou" Label : No Format! 
  • "Kora”, avec Camille, sur l’album “Djourou”
Chroniques
19H20
6 min
Affaire en cours
« Tant que l’Homme ne suspend pas le monde, il ne sait pas ce qu'est le monde »
19H50
5 min
Affaire à suivre
Au MUMA, Le Havre réinventé de Philippe de Gobert
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......