LE DIRECT
Bertrand Burgalat

Bertrand Burgalat : "Le rôle des chansons est de dire ce qu’on n’arrive pas à dire autrement"

57 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de la sortie le 11 juin de son dernier album, Rêve Capital, sur le label Tricatel, l'auteur, compositeur, interprète, mais aussi arrangeur et producteur Bertrand Burgalat revient, au micro d'Arnaud Laporte, sur son parcours, sa formation sensible et son univers artistique.

Bertrand Burgalat
Bertrand Burgalat Crédits : Serge Leblon

Le 11 juin est sorti Rêve Capital, le dernier album de l'auteur, compositeur et interprète Bertrand Burgalat. A cette occasion, celui qui est également fondateur et patron du label Tricatel revient, au micro d'Arnaud Laporte, sur son parcours dans la musique, son expérience de producteur, et son rapport à la création artistique.

Sa formation sensible

C’est de manière progressive que Bertrand Burgalat se découvre une passion pour la musique. Son enfance, nomade en raison des mutations fréquentes de son père préfet, est marquée par l’apprentissage du piano. Mais malgré cela, et bien que sa mère ait été soprano, ce n’est pas à la maison que se font ses véritables découvertes musicales. Celles-ci ont lieu à l’école, au collège, lorsqu’il découvre Pink Floyd et notamment l’album The Dark Side of the Moon, qui le fascine pour l’onirisme de cette musique, et le sentiment d’évasion qu’elle procure. Il découvre également Kraftwerk, grâce à un disquaire, puis dans les années 1980, les Kinks, les Who, Gary Glitter, ainsi que des chanteurs comme Gainsbourg ou Polnareff. 

La découverte de Pink Floyd c’est un choc qui prolonge le premier émerveillement [Les Chevaliers des rêves de Josef Pinkava] parce que tout d’un coup j’entends une musique, c’était l’album Meddle et il y avait un morceau qui s’appelait "Echoes", et c’était une musique spatiale, onirique, très différente de ce qu’ils ont pu faire après. J’étais à Colmar à l’époque et j’ai pu les voir en concert. C’était le 22 juin 1974, j’avais 10 ans à la Halle aux vins, il y avait à la fois un côté futuriste et gréco-romain. 

La musique classique telle que je l’écoutais et que je l’apprenais elle me paraissait très codifiée et je n’avais pas ce sentiment d’évasion. Et quand j’ai écouté l’Oiseau de feu de Stravinsky et quand j’ai découvert surtout Ravel, j’ai retrouvé cet enchantement.

Ses débuts 

Ses années de jeunesse, tumultueuses, sont autant marquées par la fréquentation de groupuscules d'extrême droite anti-communistes que par sa volonté, malgré son manque de confiance en lui, de faire de la musique sa vie. En 1987, il se rend en Slovénie où il rencontre le groupe de musique Laibach dont il devient notamment l’arrangeur. Puis, à son retour en France au début des années 1990, il travaille sur différents projets comme la bande originale des Nuits Fauves de Cyril Collard.

Son label Tricatel 

C’est en 1995 que commence à proprement parler sa carrière, lorsqu’il crée le label Tricatel, un peu par défaut, afin de produire sa propre musique et pensant que ce ne serait que temporaire. Pourtant, et malgré les difficultés notamment financières, le projet perdure. Promouvant la singularité et l’éclectisme, Bertrand Burgalat y accompagne des artistes qu’il admire, souvent inclassables et qui excellent dans des registres la plupart du temps différents du sien. Plus souvent couronnés d’un succès critique que populaire, les albums qu'il produit sont ceux d’écrivains comme Michel Houellebecq ou Jonathan Coe, d'actrices comme Valérie Lemercier ou Ingrid Caven, mais aussi de groupes de musique comme AS Dragon, Catastrophe ou Chassol. 

C’est un label qui s’est fait par la nécessité, mais il a été conçu comme un outil de travail, donc je ne me suis jamais versé de salaire (…). Et peut-être que l’absence de succès m’a obligé à continuer. Mais il n’y avait pas assez d’insuccès pour qu’on s’arrête et il y avait la nécessité de sortir ces disques. Toutes les difficultés qu’on a eues rétrospectivement, elles nous ont servi. On me proposait des projets, parfois des projets un peu acrobatiques, les Nuits Fauves par exemple c’était travailler sur les chansons de Cyril Collard, il était malade, il était en train de finir son film, ça se faisait dans la difficulté, c’étaient des expériences musicales mais aussi des expériences humaines et j’en ai fait pas mal des projets comme ça un peu chaotiques. (…) Je reste un outsider mais je me dis avec le temps que j’ai eu peut-être de la chance quand même.

Son univers musical

La carrière solo de Bertrand Burgalat commence avec The Sssound of Mmmusic (2000), premier album dont il est l’interprète. Suivent ensuite Chéri BB (2007) ou encore Toutes directions (2012). En 2017, dans son album Les choses qu’on ne peut dire à personne, il signe les textes de trois morceaux, interprétant pour la première fois des chansons dont il est l’auteur. 

Par ailleurs, Bertrand Burgalat a fait des arrangements pour Katerine, Nick Cave, composé les bandes originales des films Quadrille (1997) ou encore Palais Royal (2005). En 2015, il a publié chez Calmann-Lévy un essai, Diabétiquement vôtre, dans lequel il parle de sa maladie, et de la manière dont elle a changé sa vie.  

Son actualité : sortie le 11 juin de Rêve Capital (label Tricatel).
Réédition en double vinyle à l'occasion du Disquaire Day le 12 juin de son premier album The Sssound of Mmmusic (2000).

Sons diffusés pendant l'émission

  • Extrait de Automat na prani, Josef Pinkava, 1967.
  • Interview de David Gilmour en 1977 suivie de "Shine on you crazy diamond", Wish you were here, 1975.
  • "Nothinginsomethingparticular", The Associates, Sulk (Beggars Banquet) 1982.
  • "Rainbow", Karol Beffa, Into the Dark, (Aparte) 2013.
  • "Flash", Bertrand Burgalat, Rêve Capital, (Tricatel) 2021.
  • "L’homme ideal", Yuksek Radio Edit, 2021.

Chroniques

19H20
8 min

Affaire en cours

Réouverture de la Villa Médicis, "laboratoire d'expérimentation pour les artistes depuis plus de 350 ans"
19H50
8 min

Affaire à suivre

A la Manufacture, Aurélia Jaubert nous invite à "Faire tapisserie"
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......