LE DIRECT
Camille

Camille : "Le chant est toujours venu dans ma vie quand je débordais de joie"

55 min
À retrouver dans l'émission

A l'occasion de la diffusion, à partir du 30 juin, de son premier long métrage, Comme un poisson dans l'air, la chanteuse Camille revient, au micro d'Arnaud Laporte, sur son parcours, sa démarche artistique, et sur cette expérience de réalisation.

Camille
Camille Crédits : Patrick Messina

A partir du 30 juin sera diffusé en ligne le premier long-métrage de Camille, le film documentaire Comme un poisson dans l'air. A cette occasion, la chanteuse et désormais réalisatrice, revient le temps d'un entretien au long cours au micro d'Arnaud Laporte, sur sa formation sensible, sur ses créations musicales et scéniques, et sur cette expérience de réalisation.

La musique, créatrice de liens

Depuis toujours, le chant et la danse sont pour Camille un moyen d’expression privilégié et une manière de tisser des liens avec les autres. Enfant, cette fan de Ray Charles et Michael Jackson, pratique la danse classique, et hérite de son père, professeur de lettres et musicien, du goût pour le chant. 

Ray Charles aux arènes de Nîmes c’était mon premier concert. (…) J’étais complètement galvanisée, hypnotisée, par sa voix de félin, ses mouvements, j’avais l’impression qu’il allait se casser la gueule de son tabouret et il tenait par miracle, je me souviens de ses choristes, je les voyais comme la même personne en miroir, son jeu avec ses chœurs, jusqu’à maintenant encore ça m’a marquée, il y avait toujours de la transe dans sa musique.

Mais refusant de suivre une formation artistique académique, c’est vers une classe prépa littéraire à Henri IV, puis vers Sciences Po que Camille se tourne, sans jamais abandonner pour autant l’idée de faire de la musique sa vie. En 2002 en effet, à peine ses études terminées, cette autodidacte sort son premier album : Le Sac des Filles.

Le corps comme instrument

Depuis le début des années 2000, Camille mène donc, à travers ses albums comme Le Fil (2005), Music Hole (2008), Ilo Veyou (2011) ou encore Ouï (2017), une recherche musicale et une recherche sensible, avec la joie pour principal moteur de création. Ses compositions, souvent dépouillées allient les percussions à la voix, et s’appuient sur une langue d’une grande inventivité dans laquelle les mots, convoqués autant pour leurs significations que pour leurs sonorités, s’assemblent et se mêlent à des bruits de bouche, des cris d’animaux, des clapotis, etc. 

Il y a des carnets de notes et puis il y a le plaisir en bouche et il n’y a absolument aucune règle. C’est le chant qui guide, il faut que ça sonne. Mais je ne m’autorise pas de facilités, où ça ne me raconte rien mais où ça sonne bien et donc je le laisse. Non. Il faut que ça me raconte quelque chose. Mais parfois les sonorités me guident et me révèlent des choses, elles ont une certaine vérité. 

Sa démarche artistique, profondément liée à la nature, au sauvage et au sacré, porte en elle une dimension rituelle. Et dans sa musique, organique, son corps et sa voix - qu’elle a notamment travaillés auprès de la danseuse et chorégraphe Elsa Wolliaston et du batteur Jean-Yves Colson - sont indissociables. C’est donc sur scène que l’art de Camille peut prendre toute son ampleur : entre musique, danse et rituel, ses concerts sont des performances totales. 

Pour moi c’est une renaissance, Elsa Wolliaston qui est une grande danseuse et une grande chorégraphe est aussi une grande pédagogue et une grande thérapeute. Elle soigne les gens par la danse. Par la danse, par la bienveillance, elle nous laisse accoucher de nous-mêmes. (…) Elle et Jean-Yves Colson se sont des personnes qui m’ont accompagnée à travers des improvisations, qui m’ont fait explorer des mondes incroyables à l’intérieur de moi, qui m’ont ouvert des portes, qui ont beaucoup nourri ma musique, ma gestuelle, mes mouvements. 

Sur scène c’est une complétude, une euphorie, une exaltation, une vérité, comme si toutes mes cellules vibraient, vivaient, revivaient. Après un concert, je suis paisible, comme quand on s’est baigné dans la mer en riant pendant plusieurs heures et qu’on a tout lâché, qu’on a pleuré sous l’eau, qu’on est remonté, et qu’on a été au soleil aussi. C’est fou ce que la musique peut faire, ce sont des boîtes noires. (…) C’est un bain d’amour et de musique parce que je pense que la vibration musicale, le son, est une vibration d’amour. Quand on fait quelque chose qui vient du cœur, le son lui-même est amour. 

Camille et le cinéma

Au cours de sa carrière de chanteuse, Camille a approché à plusieurs reprises le cinéma : en 2007 elle double le personnage de Colette dans Ratatouille, et joue en 2012 dans Elle s’en va d’Emmanuelle Bercot avec Catherine Deneuve. Aujourd’hui c’est en tant que réalisatrice qu’elle s’illustre avec le documentaire Comme un poisson dans l’air, un film qui retrace sa grossesse, pendant laquelle elle interroge, à travers le chant, notre monde, celui dans lequel elle s’apprête à accueillir son deuxième enfant.

Camille a remporté cinq récompenses aux Victoires de la musique : l’album révélation de l’année pour Le Fil et artiste révélation scène en 2006, la chanson originale de l’année pour "Allez allez allez" en 2013, et le spectacle musical, tournée ou concert de l’année pour le Ouï Tour en 2018.

Son actualité : diffusion du film Comme un poisson dans l’air à partir du 30 juin 2021 sur la plateforme commeunpoissondanslair.com.
Dates des LaLàLive : 11 juillet (Bordeaux), 21 juillet (Arles), 5 septembre (Paris), 25 septembre (Bruxelles), 26 septembre (Liège), 6 octobre (Nancy).  

Sons diffusés pendant l'émission

  • "Birmingham Alabama" de H. Bassam, Places / Traces, (L’autre Distribution) 2013.
  • "Langue", Camille, Ouïï, 2017 et "Langue", Camille Ouï, 2017.
  • "Close to you" de Burt Bacharach, interprété par Sarah Vaugha, I’ve got it good, (Chant du monde) 1991.
  • Bande annonce Comme un poisson dans l’air, Camille, 2021.

Chroniques

19H20
8 min

Affaire en cours

"Notre tâche comme artistes est de partager ce temps particulier de la réouverture avec le public"
19H50
7 min

Affaire à suivre

Qu’est-ce que l’humour belge ?
Intervenants

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......