LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Chilly Gonzales

Chilly Gonzales : "J'adore quand je transgresse trop et qu’il faut que je trouve la rédemption musicalement"

55 min
À retrouver dans l'émission

Le pianiste et entertainer canadien Chilly Gonzales se livre à l’exercice de style de l’album de Noël dans son dernier opus "A very chilly christmas" où il réinterprète aussi bien Maria Carey que Wham !. Rencontre, au micro d’Arnaud Laporte, avec un artiste insatiable.

Chilly Gonzales
Chilly Gonzales Crédits : ANKA

Celui qui scandait « Try living your life as a concept » dans son album Presidential Suite, s’empare cet automne d’un concept anglosaxon bien huilé : l’album de noël. A l’approche des fêtes, le pianiste et entertainer canadien Chilly Gonzales signe _A Very Chilly Chrismas_, un album de réinterprétations au piano qui réunit aussi bien des cantiques incontournables que des tubes sucrés de Maria Carey et de Wham !. Un opus intime, quasi-instrumental, soupoudré de trois morceaux où Jarvis Cocker et Feist viennent poser leur voix. A savourer au coin du feu, accompagné par son livre Plaisirs (non) coupables, traduit de l'anglais par Josselin Bordat et sorti le 14 octobre 2020 chez Flammarion.

Durant l'entretien, Chilly Gonzales nous explique pourquoi il a souhaité déconstruire le concept de l'album de Noël : 

Je crois que beaucoup de gens souffrent du fait que Noël soit souvent une histoire de capitalisme, plus de religion, quelque chose qui est un rêve qui nous est vendu. Si on consomme, on va être heureux. 

L'artiste raconte ainsi son ambition de retrouver ce qu'on chérit tant dans la musique de Noël en tant qu'enfant, notamment dans le contexte de crise actuel :

Je sais qu'il va falloir fêter Noël autrement. Donc, j'ai décidé que je pourrais faire un album très intimiste de Noël. […] Je savais qu'il allait falloir fêter Noël avec une musique avec des émotions plus complexes que tout simplement la joie ou l'optimisme. Il faut un truc solennel et plus personnel je crois, parce qu'on va tous lutter pour fêter le Noël autrement. J'ai fait l'album que j'aurais bien voulu cette année, mais qui n'existait pas, tout simplement.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Peignoir et gants de satin 

Européen d’adoption, l’artiste québécois Chilly Gonzales s’est d’abord imposé sur la scène berlinoise comme un MC à part. On le connaît depuis comme un artiste virtuose et un génie autoproclamé, il nous raconte comment il en est arrivé là :

J'avais du mal à comprendre qui j'étais, à assumer des combinaisons peut être contradictoires entre une sagesse quant à la musique, d'être bon élève et très respectueux de l'histoire de la musique qui se passe avant ma naissance, et en même temps de vouloir être très irrespectueux, provocateur, drôle et ridicule. Et il fallait que je trouve un équilibre ou un dosage entre ces deux parties de mon caractère.

A l'époque de Berlin, j'avais besoin d'être libéré. J'étais un peu trop sage dans ce que je faisais au Canada et Peaches m'a montré le chemin pour me libérer sur scène, dans les interviews. De voir ça comme un jeu et de faire une interview comme si j'étais un enfant qui faisait semblant de faire une interview quelque part, de monter sur scène et de danser comme si je dansais devant le miroir avec la broche à cheveux au lieu d'un microphone. C'est très important encore aujourd'hui que je ne perde pas cette connexion avec mon côté enfantin parce que c'était en tant qu'enfant que je suis tombé amoureux de la musique et tombé amoureux de la performance. 

Vêtu de peignoirs, chaussé de pantoufles et armé de gants blancs, "Gonzo" tel qu'on le surnomme a le sens du spectacle. Recordman du plus long concert (27h), il est célèbre pour ses prestations burlesques sur scène où il joue avec le public et lui raconte des histoires. 

J'ai l'impression que mon œuvre d'art, si j'en ai une, c'est le concert qui évolue toujours depuis des années. Les albums existent pour pouvoir nourrir ce concert éternel. C'est comme ça que je vois mon rôle d'artiste. 

Quand j'ai trop de contrôle, trop de confort, trop de temps pour me poser des questions, ma créativité souffre. Donc quand je suis sur scène, tout cela n'est pas possible et la performance me force à être dans le moment.

Après un single avec Peaches, princesse de l’électro, il sort son premier album solo intitulé Gonzales Uber Alles qui retient l’attention de la critique. Ses tonalités pop sont ensuite remplacées par un virage vers le hip-hop avec The Entertainist (2000), son deuxième album, puis _Presidential Suiteen 2002.  On connaît bien Gonzales pour son approche intimiste du piano avec sa trilogie de Solo Pianoschez Universal Jazz. Artiste éclectique, il opère également un détour par la musique de chambre avec Chambers, un album avec piano et quatuor à cordes en 2015. Dans le même registre, il signe ensuite Room 29_ réalisé en collaboration avec Jarvis Cocker et publié par Deutsche Grammophon.  

"1000 Faces"

De Berlin à Cologne en passant par Paris, du rap à la musique de chambre en passant par la pop, Chilly est un artiste aux mille visages. Il prête d’ailleurs son talent pour ceux des autres, notamment Daft Punk pour le titre Within sur l’album Random Acess Memories en 2013 (qui lui vaudra d’ailleurs un Grammy). À la suite de sa rencontre avec Renaud Letang, Gonzales travaille comme arrangeur sur la musique de plusieurs artistes dont Jane Birkin, Jamie Lidell, Christophe Willem, Aznavour, Teki Latex et bien d’autres. Parmi ses collaborations marquantes, on peut relever celles avec Drake mais aussi Feist pour ses albums Let It Die en 2004 puis The Reminder en 2007.  

J'aime bien être avec les gens dont je suis jaloux de leur talent […] J'ai l'impression d'être avec des super héros ou des super vilains de temps en temps, c'est tellement respirant de voir leurs superpouvoirs. Après avoir passé des semaines entières en studio avec des artistes, j'ai compris que je n'ai pas vraiment de caractère pour ça non plus. Je préfère passer un temps très intense à générer des étincelles avec quelqu'un que de m'occuper du finissage. Et c'est pour ça que depuis 2013, je fais très peu de collaborations où je passe vraiment des jours, des semaines, ou des mois comme à l'époque. J'essaie de collaborer dans la vitesse et dans l'intensité.  

Chilly Gonzales consacre également une partie de son temps à la transmission de ses talents musicaux. Durant ses représentations de piano, il prête une attention particulière à expliciter ce qu’il fait au public. En plus de ses nombreux master-class sur youtube où il décortique les tubes pop, l’artiste publie Re-Introduction Etudes (livre CD) en 2014 et a même ouvert un conservatoire musical nommé le Gonzervatory.  L'artiste explique comment lui est venu ce goût pour la pédagogie : 

Un des déclics principal, c'était de parler d'une manière ludique et un peu enfantine sur la musique, de parler du majeur et mineur, par exemple, de décortiquer la musique. J'ai commencé à en parler beaucoup sur scène et inclure les gens dans mon processus, de dire comment je vois la musique qui est finalement comme un jouet. Et donc je partage ce jouet avec les autres enfants qui sont mon public sur scène.

Son actualité

  • Album de Noël : "A Very Chilly Christmas" de Chilly Gonzales, sortie le 13 novembre. Il s'y adjoint la collaboration de Jarvis Cocker et Feist, chacun sur un titre.
  • Roman : "Plaisirs (non) coupables", traduit de l'anglais par Josselin Bordat, sorti le 14 octobre 2020 chez Flammarion. 

Sons diffusés pendant l'émission : 

  • “Tannenbaum”, plage 11, extrait du nouvel album de Chilly Gonzales “A Very Chilly Christmas”.
  • Son de vinyl qui craque.
  • Son d'applaudissements 
  • “All I Want For Christmas Is You”, plage 8, extrait du nouvel album de Chilly Gonzales “A Very Chilly Christmas”.
  • "Plage Snow Is Falling Manhattan”, duo avec Jarvis Cocker, extrait du nouvel album de Chilly Gonzales “A Very Chilly Christmas”.
Chroniques
19H20
8 min
Affaire en cours
2020, une année SF : "Ce monolithe, c'est un gigantesque S.O.S"
19H50
5 min
Affaire à suivre
Les conseils culturels de Sophie Divry
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......