LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Gilberto Gil

Gilberto Gil : "C'est plus que naturel de cultiver la dimension noire de la musique du Bahia et du Brésil"

55 min
À retrouver dans l'émission

Du tropicalisme dont il est un initiateur au ministère de la Culture, en passant par la bossa-nova et le reggae, le parcours de Gilberto Gil est d'une rare richesse. Au micro d’Arnaud Laporte, le chanteur et compositeur revient sur les étapes de sa carrière et sur ses imaginaires.

Gilberto Gil
Gilberto Gil Crédits : Hayley Madden - Getty

Gilberto Gil fut et reste un pionnier du renouveau musical brésilien.  Depuis Louvaçao, son premier album en 1967, sa discographie compte près de quarante albums et sa carrière près de quarante années. Pour l’instigateur du tropicalisme et ancien ministre de la Culture du Brésil, l’art et la politique sont deux formes d’expression de la citoyenneté qui ne font qu’un. Artiste international, Gilberto Gil est actuellement en tournée en Europe et fait étape en France pour cinq dates.   

De la contre-culture … 

Né à Ituaçu, dans le Reconcâvo bahianais, Gilberto Gil évolue dès son enfance dans le cœur battant de la revendication de la conscience noire et afrobrésilienne. De quoi ancrer la lutte comme élément essentiel de son histoire. La musique, elle, s’invite très tôt dans sa vie. Gilberto Gil enfant pratique la guitare, le violon, mais surtout l’accordéon qui est l’instrument symbole des fêtes nordestines. 

Contemporain de la naissance de la Bossa Nova au début des années 1960, Gilberto Gil s’en empare et la mêle aussi bien à la samba, qu’au rock, aux rythmes traditionnels brésiliens, au reggae et à la pop occidentale. Aux côtés de Maria Bethânia, Tom Zé et Gal Costa mais surtout Caetano Veloso, Gilberto Gil est ainsi un pionnier du Tropicalisme, courant qui prend comme point de départ l’idée « d’anthropophagie » des valeurs culturelles étrangères, c’est à dire la capacité d’appropriation et de digestion des apports intérieurs et extérieurs. Il explique en ces termes les enjeux de ce mouvement : 

Le rôle principal du tropicalisme était de provoquer le mélange, la conversation historique et de maintenir le cycle de renouvellement. 

La contribution étrangère était très forte au Brésil depuis le commencement de la musique populaire. Le rôle du tropicalisme était de continuer cette progression artistique avec les ingrédients de la tradition, mais aussi avec la contribution actuelle du rock’n’roll et de la musique populaire européenne qui a été très importante aussi dans la formation de la musique populaire au Brésil.

Sorte de Mai 68 brésilien, le Tropicalisme ajoute à sa dimension poétique celle politique d’opposition au pouvoir militaire en place depuis 1964. La contestation sociale est certes dansante, mais bien présente. Assez en tout cas pour qu’en 1969, Gil et Veloso soient emprisonnés puis contraints à un exil de trois ans à Londres par la dictature militaire. De retour au pays, Gilberto Gil cumule les disques d’or et d’argent et sa carrière s’internationale. 

Mon exil à Londres a permis une croissance de cette attitude révolutionnaire.

... Au ministère de la Culture 

Depuis son adolescence, Gilberto Gil est ce qu’on pourrait appeler un artiviste. Politique et musique sont les deux maillons d’une même chaîne. Dès le milieu des années 1980, il s’engage sur le terrain de la politique, d’abord en tant que conseiller municipal de Salvador de Bahia. Mais c’est surtout pour ses fonctions de ministre de la Culture dans le gouvernement socialiste de Luiz Inácio Lula da Silva de 2003 à 2008 que Gilberto Gil a beaucoup fait parler de lui. Il est devenu le deuxième homme noir (descendant d’esclaves) à entrer dans un gouvernement brésilien après le footballeur Pelé en 1995. 

La protection des droits d’auteurs, l’élargissement de l’accès à la culture aux classes populaires ou encore l’encouragement et le développement de l’usage des nouvelles technologies dans la culture furent quelques-uns de ses chantiers. 

Avec l'arrivée de la culture cybernétique, les ordinateurs et tous les instruments qui participent de la modernité électronique, il y avait besoin d'engager le gouvernement brésilien dans cette progression, dans le processus de développement. C'était le rôle du ministère de la Culture que d'appuyer sur cette question cybernétique. 

Un pied sur la scène politique, l’autre sur la scène artistique, Gilberto Gil n’a jamais cessé d’être un chanteur engagé. Il démissionne finalement de ses fonctions ministérielles en 2008 pour se consacrer davantage à sa carrière.

Une musique du métissage 

Artisan du réveil « de la conscience noire » brésilienne selon ses mots, Gilberto Gil n’a cessé de se plonger dans la culture bahianaise et dans le reggae. On lui dont l’album iconique Refavela, symbole de la mixité culturelle brésilienne, qu’il sort en 1977, l’année de son voyage à Lagos où se tient le FESTAC, festival de la culture, des arts noirs et africains. 

On ne peut pas négliger le grand rôle qu'a joué la culture africaine dans la formation de la vie bahiannaise et brésilienne. Pour quelqu'un comme moi, d'origine africaine, c'est plus que naturel de s’engager et de cultiver la dimension noire du Bahia et du Brésil.

Amateur des collaborations, Gilberto Gil s'est accordé aussi bien avec Pink Floyd qu'avec Jimmy Cliff avec qui a il sorti en 1980 une version portugaise de No Woman, No Cry (en portugais, Não chores mais). Son amour du reggae abouti en 2002 à la sortie de l'album Kaya N'Gan Daya, en hommage à Bob Marley. En 1998, il crée avec le Pemamboucain Nana Vasconcelos, le Percpan, Festival international de percussions, qui eut pour premier mérite d’introduire le djembé dans les mœurs brésiliennes. En 2010, il a signé Fé Na Festa, un album dans lequel il poursuit son exploration du baiao, musique du Nordeste du pays provenant d'un métissage aux accents indiens, asiatiques et africains. 

Son actualité : 

  • Tournée européenne : Dijon le 30 septembre / Nantes le 3 octobre / Nancy au festival Nancy Jazz Pulsations le 14 octobre / Le Colysee à Roubaix par Tourcoing jazz festival le 15 octobre / Paris le 25 octobre.
Chroniques
19H20
5 min
Affaire en cours
En quoi le corps est-il aussi affaire de géographie ?
19H50
6 min
Affaire à suivre
À Lyon et en PACA, Kader Attou explore l'étrange par la danse
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......