LE DIRECT
Le danseur et chorégraphe Hofesh Shechter

Hofesh Shechter : "C’est l’aspect social de la danse qui m’a attiré en premier"

55 min
À retrouver dans l'émission

Le danseur et chorégraphe Hofesh Shechter s'entretient au micro d'Arnaud Laporte sur son parcours et son processus de création à l'occasion de la nouvelle version de sa pièce "Political Mother Unplugged" qui fête ses 10 ans.

Le danseur et chorégraphe Hofesh Shechter
Le danseur et chorégraphe Hofesh Shechter Crédits : Hugo Glendinning

"Political Mother Unplugged" fut la première création grand format du danseur et chorégraphe Hofesh Shechter, et elle fit l’effet d’une bombe. En dix ans, ce Big Bang n’a pas fini de résonner à travers le monde de la danse. Décliné en plusieurs versions, notamment en concert rock dansé, Political Mother est un concentré de l’univers shechtérien, avec ses unissons, son ambiance de liesse ou de guerre et ses gestes collectifs renvoyant à l’amour, à l’espérance, à la transe ou à la violence, souvent en même temps.

Aujourd’hui, Shechter II, la compagnie junior qui donne pendant un an une expérience professionnelle à de jeunes talents venus du monde entier, propose une version révisée, sur un nouvel enregistrement de la musique évoquant, comme la danse, l’univers militaire autant que la fête populaire. Et les sujets de Political Mother – le totalitarisme et la violence idéologique – sont plus actuels que jamais.

Danseur-percussionniste 

Hofesh Shechter suit, à partir de l'âge de quinze ans, l'enseignement de l'Académie de danse et de musique de Jérusalem avant d'intégrer la Batsheva Dance Company trois ans plus tard. Il danse ensuite avec Wim Vandekeybus, Paul Selwyn-Norton et Tero Saarinen avant de s'installer à Londres en 2002. En plus de ses fonctions de chorégraphe, il crée et joue les partitions rythmiques de ses spectacles en raison de sa pratique de la batterie et des percussions qu'il a étudiées avec Dante Agostini à Paris.

Lorsque j’ai découvert la danse folklorique, j’étais très jeune, j’avais douze ans. C’était mon premier point de contact avec la danse. Quelque chose m’a attiré immédiatement, l’aspect tribal de la chose. C’est l’aspect social de la danse m’a tout de suite enthousiasmé. Plus tard, il y a eu un défi plus grand : j’ai commencé à chercher dans l’art ma propre énergie, ce qui m’intéressait, m’émouvait et me mouvait. 

Jeune, j’étais très « intellectuel », je réfléchissais beaucoup et ça ne marchait pas très bien pour moi. Quand votre esprit chauffe un peu trop vous finissez par souffrir de la vie un peu. Et l’art, la danse, c’était le billet pour sortir de ça, sortir de mon cerveau. Et j’ai découvert que c’était aussi le moyen de se relier au monde, de rencontrer des gens. 

Sa première chorégraphie, Fragments, date de 2002. En 2006, il crée Uprising inspiré en partie des émeutes de 2005. Il reçoit, en 2007, la commande par trois institutions londoniennes importantes d'un spectacle intitulé In Your Rooms qui remportera le Prix du syndicat de la critique. En 2008, il fonde à Londres sa propre compagnie. 

Capturer une émotion 

Pour moi, la création c’est assez chaotique. Une expérience menée par une seule chose : je veux le faire. C’est une affirmation. 

Quand je me lance, j’enregistre des sons qui captent l’énergie de la pièce que je monte. Avant d’arriver à l’harmonie, je travaille avec ces sons. Ils peuvent créer un sentiment, une atmosphère… Une fois que je les ai, je fais une boucle de cinq secondes qui capture le cœur du sentiment que je veux voir sur scène. J’apporte cette boucle au studio et au grand dam des danseurs, je peux la jouer sans fin durant des semaines. Et on crée des mouvements inspirés par son énergie. Il s’agit de capturer une émotion par le son et de voir apparaître des manifestations physiques. 

Son actualité : La pièce Political Mother Unplugged fête ses 10 ans dans une nouvelle version.
Elle sera retransmise en direct du Théâtre des Abbesses (sans public en salle) sur theatredelaville.com et sur le facebook et la chaine youtube du Theatre de la Ville le samedi 26 décembre à 16h, le mardi 29 décembre à 21h, le samedi 2 janvier à 11h ( horaire adapté pour diffusion en Asie ) et le dimanche 3 janvier 22h   ( horaire adapté  pour diffusion aux Etats-Unis). 

Chroniques

19H20
8 min

Affaire en cours

"Le cinéma est le dernier endroit où la pop culture rencontre la culture légitime"
19H50
7 min

Affaire à suivre

A Broadway, le show s'est arrêté
Intervenants
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......