LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les frères Larrieu, Arnaud et Jean-Marie

Les frères Larrieu, Arnaud et Jean-Marie "Le gros plan doit rester un bijou rare"

55 min
À retrouver dans l'émission

Les cinéastes Arnaud et Jean-Marie, signent leur nouveau film "Tralala" le 6 octobre ; l'occasion pour les deux frères de revenir, au micro d'Arnaud Laporte, sur leurs méthodes de travail et leurs inspirations.

Les frères Larrieu, Arnaud et Jean-Marie
Les frères Larrieu, Arnaud et Jean-Marie Crédits : Crédits : Laurent KOFFEL - Getty

Les frères Larrieu, Arnaud et Jean-Marie, sont des réalisateurs et scénaristes français, nés en 1966 et 1965 à Lourdes. Le goût pour le cinéma leur a été donné par leur grand-père un Pyrénéen qui avait pour habitude de tourner en montagne des films en 16mm. Les deux frères s’essayent à filmer avec une caméra  Super 8 et font des études de philosophie en khâgne puis de cinéma à l’université de Toulouse et à Paris. À l’adolescence ils découvrent les films de la cinémathèque et Jean-Marie tourne son premier court-métrage en 1987 « Court Voyage » avec Arnaud à l’image et au montage.

Le cinéma des frères Larrieu de festival en festival

Les festivals de cinéma accueillent sans compter la production artistique des frères Larrieu. Ils commencent ainsi  à présenter des courts métrages dans des festivals mais c’est  en 1999 qu’Arnaud et Jean-Marie tournent leur premier long métrage, "Fin d’été".

Un an après, les deux frères rencontrent Mathieu Amalric. Une rencontre visiblement importante car celui-ci travaillera avec eux sur de nombreux films : dans  "La Brèche de Roland", œuvre présentée à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes ; ainsi qu’en 2003 dans "Un homme, un vrai" avec Hélène Fillières ; cette dernière ayant déjà travaillé en 2001 avec les frères Larrieu dans "Madonna à Lourdes". Arnaud et Jean-Marie Larrieu se retrouvent encore une fois au festival de Cannes avec "Peindre ou faire l’amour" en compétition en 2005. Leur film "Le Voyage aux Pyrénées" tourné avec Sabine Azéma et Jean-Pierre Darroussin en 2008 y sera présenté également.

L’écriture revêt pour eux une importance toute particulière comme cela apparaît dans "Les derniers jours du monde" adapté du roman éponyme de Dominique Noguez, avec Mathieu Amalric et Omahyra Mota. Le film sort en avant-première mondiale au festival de Locarno sur la Piazza Grande en 2009 ; cela ressort également très nettement dans "l'amour est un crime parfait" adapté roman de Philippe Djian "Incidences", toujours avec Mathieu Amalric dans le rôle principale, Karin Viard, Maïwenn, Sara Forestier et Denis Podalydès. Le film est présenté festival de Toronto en 2013, puis au festival de San Sebastian la même année.

Le plan se construit petit à petit entre ce que proposent les acteurs, l'endroit où on met la caméra et ce qui se passe avec la lumière.

Un duo pour un processus de création 

Les frères Larrieu ont découvert le cinéma par leur famille et ont hérité de ce patrimoine. Ils ont commencé à travailler ensemble par l’écriture qui les a réunis. La répartition des rôles s’est faite de manière naturelle, Arnaud assure le cadre, les positions et l’espace et Jean-Marie se préoccupe davantage du texte et des acteurs. Paradoxalement, le fait d’être deux, renforce leur singularité et ils  parviennent ainsi à trouver un équilibre artistique.

Jean Marie et Arnaud Larrieu sont très attentifs au texte et à la parole chez l’acteur, ce qui contre toute attente, permet un plus grand lâcher prise chez celui qui joue. Ils sont à la recherche perpétuelle de ce qui leur échappe, comme le désir, l’animalité, ou encore l’inconscient à travers le réel et le rêve, la vie intérieure et extérieure accompagnée le plus souvent de personnages en perte de repères, construisant leur identité.

Concernant la direction d’acteur, on se parle énormément. Un aparté, c'est tout les deux. On les observe mais celui qui va au front de la parole c’est Jean-Marie. On ne découvre pas des choses inventées au dernier moment par l’un ou par l’autre. 

Dans une comédie musicale, le gros plan c’est la chanson. Tout d’un coup on entre à l’intérieur du personnage qui nous raconte quelque chose.

La nature comme matière cinématographique

Ce rapport particulier à la nature n’est pas dû au cinéma mais à leur enfance. Les frères Larrieu ont grandi à la montagne, dans un paysage « animal » et vivant. Ils ont beaucoup tourné dans la nature en particulier dans les Pyrénées, mais ils rejettent l’appellation de réalisateurs régionalistes. La photo du film est très importante pour Arnaud et Jean-Marie ; il n’y a pas seulement l’histoire du film avec les personnages, il y a le lieu et l’espace où l’action qui se déroule et cela ne doit pas être secondaire.

Le cinéma est quelque chose d’intime, ce n’est pas soixante mètres de travelling avec une équipe de soixante personnes et des stars. Cela reste une caméra sur un pied, un paysage. Au début on a utilisé les acteurs pour filmer le paysage qu’il y avait derrière et peu à peu on a commencé à s’enticher d’eux et d’elles ou en tout cas de ce rapport entre le lieu et les personnages.  De plus en plus on apprécie les comédiens mais initialement on avait peur qu'ils aspirent le paysage.

On aime l’artifice et la nature, cette rencontre des deux.

Sons diffusés pendant l'émission :

  • BO du film "Tralala" d'Arnaud et Jean-Marie Larrieu, "D'entre les morts" Bertrand Belin
  • BO du film "Tralala", "Sexy Cool" Mathieu Amalric . Galatéa Bellugi / Philippe Katerine - Sebastien Akchote
  • Archive INA, Jean Renoir "Une leçon de cinéma"
Chroniques
19H20
5 min
Affaire en cours
Abdulrazak Gurnah, prix Nobel de littérature 2021
19H50
4 min
Affaire à suivre
A Orléans, le parlement des écrivaines francophones
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......