LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Lorraine de Sagazan

Lorraine de Sagazan : "La recherche de l'âme, la parole de l'âme : j'ai l'impression qu'il n'est question que de cela"

55 min
À retrouver dans l'émission

Le 27 mars sera diffusé sur France Culture une version radiophonique de La Vie invisible créé en 2020 à la Comédie de Valence CDN Drôme-Ardèche. L’occasion pour la metteure en scène Lorraine de Sagazan de revenir, au micro d’Arnaud Laporte, sur ses méthodes de travail et sa conception du théâtre.

Lorraine de Sagazan
Lorraine de Sagazan

Comédienne de formation, Lorraine de Sagazan est aujourd'hui metteure en scène. La Vie invisible, qu'elle a créé avec Guillaume Poix à la Comédie de Valence en 2020, est diffusé dans une version radiophonique le 27 mars à 21h sur France Culture. L'occasion de revenir au micro d'Arnaud Laporte sur les réflexions qui structurent sa conception de la création théâtrale.

De l’adaptation au travail d’écriture

C’est tout d’abord en tant que comédienne que Lorraine de Sagazan s’est formée, au Studio-Théâtre d’Asnières. Puis c’est auprès de Thomas Ostermeier et de Roméo Castellucci qu’elle apprend la mise en scène. Elle a notamment mis en scène Démons d’après Lars Noren (2014), Une maison de poupée d’après Henrik Ibsen (2016), ou encore l’Absence de père d’après Anton Tchekhov (2019) et se distingue par sa conception de l’adaptation, très libre et marquée par l’actualisation des textes. Mais dernièrement, c'est au travail menant à l'écriture, aux côtés de Guillaume Poix, qu'elle se consacre. Sa dernière création, La Vie invisible (2020), en est le fruit.

Ma formation est passée par l’observation d’autres metteurs en scène et par le fait de me confronter à de grands auteurs. Ce qui est fort dans le fait de se confronter à ces grands auteurs c’est qu’à la fois ils nous accompagnent, mais en même temps j’ai l’impression que, pour pouvoir les monter aujourd’hui, il faut se mettre à leur place : c’est une formation transcendantale.

Un théâtre où la fiction se nourrit du réel

Dans son théâtre, Lorraine de Sagazan recherche une forme de friction entre la fiction et le réel. Cela se traduit notamment dans ses dernières créations qui sont le fruit d’une collecte de témoignages réels qui sont ensuite mis en fiction. Pour La Vie invisible (2020) elle s’est appuyée sur des entretiens réalisés avec des personnes non et malvoyantes évoquant des souvenirs de théâtre, tandis que pour La Réparation (à venir en 2021), elle rencontre des personnes éprouvées par la crise sanitaire, qui se confient à elle.

Pour La Vie invisible on a rencontré une cinquantaine de personnes déficientes visuelles […]. Et on s’est rendu compte, au cours de cette collecte, qu’elles n’ont réussi à nous parler intimement que grâce à une fiction. Donc la fiction est arrivée, à un moment donné, comme un point d’appui pour pouvoir livrer quelque chose de soi. La fiction est un moyen de faire advenir quelque chose du réel. Mais la différence entre la fiction et le réel c’est que la fiction est une forme saisissable, structurante, qui permet de saisir quelque chose du réel, dans l’instant, qu’on ne peut jamais saisir par ailleurs. Pour moi la fiction n’est pas une fin en soi mais un moyen pour parvenir à appréhender une part plus vaste du réel que je ne comprends pas. Et dans La Vie invisible il y a vraiment cet entremêlement entre le réel et la fiction.

Un théâtre au présent

Le travail de mise en scène de Lorraine de Sagazan est enfin nourri par sa réflexion autour de la place du spectateur qu’elle souhaite actif et impliqué comme le sont ses acteurs. A l’aide de dispositifs bi-frontaux, tri-frontaux ou quadri-frontaux, elle cherche à créer de la proximité entre le public et les comédiens. Tandis que ces derniers interpellent les spectateurs ou les prennent à témoin, laissant parfois place, dans leur jeu, à l’improvisation pour accrocher le spectacle à l’instant présent. 

La rencontre avec le public est indispensable. il y a une définition de la rencontre que j’aime bien c’est « aller vers quelqu’un qui vient vers soi ». Et je crois que la représentation théâtrale est vraiment l’endroit qui se trouve au juste milieu entre le spectateur dans sa singularité  et le spectacle : c’est cette troisième chose qui va se créer au milieu. Donc quand les spectateurs arrivent le jour de la première, notre travail est là, il y a une intention, mais cette chose-là doit continuer de se créer jour après jour.

Son actualité : La Vie invisible, écrit par Guillaume Poix et mis en scène par Lorraine de Sagazan est diffusé dans une version radiophonique le 27 mars à 21h sur France Culture.

Sons diffusés pendant l'émission

  • L'Absence de père, Lorraine de Sagazan, 2019.
  • Café Müller, Pina Bausch, 1978.
  • Queen / Concert Wembley 85 (live Aid : Radio Gaga)
  • Vinciane Despret dans le cadre de la série "Les Possédés et leurs mondes", Anthropologica et CASCA (Société Canadienne d'Anthropologie), 2019.
Chroniques
19H20
8 min
Affaire en cours
Pour Cioran, Paris est "le seul endroit où il fasse bon désespérer"
19H50
4 min
Affaire à suivre
Quelles perspectives de réouverture pour les lieux culturels en Allemagne ?
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......