LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Milo Rau

Milo Rau : "Le théâtre, c'est là où l'esprit germanophone s'exprime depuis Brecht"

55 min
À retrouver dans l'émission

Milo Rau revient, au micro d'Arnaud Laporte, sur le processus de création d'une œuvre subversive et radicale. Sa dernière pièce, « Familie », est sur les planches du théâtre Nanterre-Amandiers le 3 et 4 puis le 9 et 10 octobre.

Milo Rau
Milo Rau Crédits : Phile Deprez

Milo Rau revient avec un nouveau spectacle intitulé Familie au théâtre Nanterre Amandiers. Célèbre pour ses pièces documentaires qui empoignent des sujets terribles, le metteur en scène enquête cette fois sur l’histoire troublante du suicide d’une famille occidentale à priori ordinaire qui s’était déroulé en septembre 2007. Après Five Easy Pieces puis La Reprise, Milo Rau clôt sa trilogie par un spectacle qui sonde le mystère qui réside, en creux, dans la banalité de nos vies. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Du réel à la scène : une œuvre néo-réaliste.

Les premières manifestations altermondialistes auxquelles Milo Rau participe sont ses premières scènes : A 18 ans, il est chargé d’en imaginer les parcours à Zurich et à Genève. L’esthétique et le politique participent déjà d’un même élan. Aujourd’hui metteur en scène, dramaturge, directeur de théâtre, journaliste et essayiste suisse multilingue, Milo Rau né en 1977 à Berne est le petit-fils de Dino Larese, figure intellectuelle de l’après-guerre en Suisse, ami de Martin Heidegger et de Thomas Mann. Après des études de sociologie aux côtés de Pierre Bourdieu à Paris puis Tsvetan Todorov à Berlin, il entreprend différents reportages, notamment en 1997 au Chiapas, à Cuba. 

Je crois que plusieurs défaites m'ont amené au théâtre. J'ai commencé comme écrivain et journaliste. Le journalisme, c'est devenu pour moi un peu difficile au moment où on a plus pu gagner de l'argent en écrivant des critiques. J'ai arrêté vraiment très tôt. Ma mère était très déçue parce que c'était quand même quelque chose qui avait une certaine valeur dans notre milieu. Après, j'ai fait un grand film basé sur un roman de Thomas Pynchon. [...] C'était une belle expérience mais le film n'a pas gagné de prix, il était très court. Après une grande fête comme producteur, c'était fini avec ma maison de production. J'avais 25 ans, ma copine est allé à Berlin pour étudier Wentz Bouchoux, et là, j'ai commencé à faire du théâtre.

C’est en 2003 qu’il revient vers l’écriture dramatique et la mise en scène : il adapte et déconstruit des classiques tels que Shakespeare avant de créer ses propres œuvres. Sa première création en 2006 est intitulée Out of focus. Entre toutes ses pièces, on peut notamment relever The Last Days of the Ceausescus en 2009 ; Hate Radio en 2011 sur le génocide rwandais qui fut joué au Festival d’Avignon en 2013 ; The Dark Ages ou encore Five Easy Pieces en 2016. Récemment, Milo Rau a marqué les esprits avec La Reprise, Histoire(s) du théâtre où il reconstitue un meurtre homophobe qui a secoué Liège en 2012 et interroge le rôle du théâtre face à la violence du monde. Cette pièce connu un grand succès à Avignon. En 2019, l’artiste transpose et met en dialogue Mossoul et Eschyle dans Orestes in Mosul pour y questionner nos démocraties modernes. 

Mon réalisme, c’est le premier point du manifeste Gand : Il ne s'agit pas de répéter le réel dans le réalisme, il ne s'agit que dans le geste du réalisme elle soit réelle cette chose-là. Si tu fais un film sur Jésus, tu dois répéter la révolte de Jésus et la filmer. C'est ça, faire un film sur Jésus. Ce n'est pas donner un costume à un acteur et il fait comme s'il était Jésus. Ça n'a rien à voir. Ça n'a rien à dire. Ce n'est pas de l'art. C'est ce réalisme-là qui m'intéresse. Alors créé ce que j'appelle le documentaire utopique c'est créer une situation qui après devrait être réelle et après devient une nouvelle réalité documentaire, comme si on la trouvait

Tout ce qui se passe pendant les répétitions va être visible à la première. Tout ce qui se passe doit être visible, même si tu n'en parle plus, même si peut-être il n'y a même pas d'acteurs sur scène. C'est vraiment la seule vérité du théâtre. C'est très différent du cinéma. Pendant des années, tu vas chercher des choses, des idées, des atmosphères, pour vraiment les donner dans une ligne pendant les nonante minutes à la fin. Et c'est pour ça aussi qu'il y a des choses qui deviennent possibles sur scène, qui ne sont pas possibles dans le film. Tu vas prendre un autre chemin. 

Pour une autre politique du théâtre d’auteur.

A travers ses différentes créations, Milo Rau déploie une esthétique du reenactment qui vise à rejouer l’histoire, l’écrire, mais surtout la mettre en mouvement. Entre tragédie et documentaire, il n’hésite pas à convoquer la forme du procès ou encore à utiliser la projection vidéo simultanée pour doubler la performance des acteurs sur scène dans ses pièces. Artiste citoyen tel qu’il se décrit, il part du réel pour créer du théâtre documentaire. C’est ce qu’il met en place en 2007 à la maison de production de théâtre et de cinéma nommée International Institute for Political Murder qu’il créé et dirige encore aujourd’hui. Nommé directeur artistique du NT Gent en 2018, il publie le Manifeste de Gand où il décline ses ambition politico-théâtrales en dix points pour rétablir un théâtre d’auteur. Outre le théâtre, l’artiste est professeur d'art dramatique et a également réalisé des films, notamment de ses pièces. 

Je suis un vieux hégéliens qui aime la dialectique. Je crois vraiment que dans le professionnel ou le non professionnel, le réel et la fiction, dans tous ces mots, chaque côté n'a rien à dire et n'a aucune force sans le mélange. 

En Allemagne, ou dans la germanophonie, je crois qu'il y a des arts premiers comme dans chaque pays. Chez vous en France c'est le livre ou le film, chez nous c'est le théâtre. C'est là où l'esprit germanophone s'exprime depuis Brecht, où il y a une grande tradition, où il y a des acteurs, où il y a des institutions incroyables que tu peux même utiliser quand tu es jeune. Tu as des possibilités impossibles. 

Je crois que notre culture populaire aujourd'hui est une culture européenne.

Son actualité : spectacle : Familie, mise en scène de Milo Rau, avec An Miller, Filip Peeters, Leonce Peeters et Louisa Peeters, 3 et 4 – 9 et 10 octobre au théâtre Nanterre-Amandiers.

Sons diffusés pendant l'émission : 

  • Extrait de Pierre Bourdieu au micro de Roger Chartier dans A Voix Nue le 04/02/1988. 
  • Franz Schubert, "Impromptu, Op. 90 D899 No. 3 in G-Flat Major",  tiré du film "Amour" de Michael Haneke, Palme d'or au Festival de Cannes. Interprétation : Alexandre Tharaud.
  • Extrait de "Histoire(s) du cinéma" de Jean-Luc Godard, 1988. 
  • Extrait de "La Reprise - Histoire(s) du théâtre" de Milo Rau, Festival d'Avignon 2018, via CultureBox. 

Générique de l’émission : Succession, Season 1 (HBO Original Series Soundtrack) de Nicholas Britel.

Chroniques
19H20
9 min
Affaire en cours
La mode de demain : "La fin du tout à l'égo"
19H50
7 min
Affaire à suivre
A Metz : du folklore dans les rues, passage en revue des actualités culturelles du week-end
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......