LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Nicole Garcia

Nicole Garcia : "C'est dans les failles que l'on trouve sa puissance"

55 min
À retrouver dans l'émission

Nicole Garcia, réalisatrice et actrice phare du cinéma français, est au micro d’Arnaud Laporte à l’occasion de la sortie de son dernier film "Amants". Le temps d’un entretien au long cours, elle revient sur les étapes marquantes de son parcours, d’Oran à Paris, de devant à derrière la caméra.

Nicole Garcia
Nicole Garcia Crédits : Stephane Cardinale - Getty

Depuis le début de sa carrière débutée peu après son départ d’Oran en Algérie où elle a grandi, Nicole Garcia brouille les pistes, de rôle en rôle et de film en film. Passée devant la caméra d’Alain Resnais, de Claude Sautet, de Claire Simon et de bien d’autres, elle est également passée derrière la caméra depuis le milieu des années 1980. Elle signe aujourd’hui Amants, un thriller amoureux dans l’océan Indien avec au casting Pierre Niney, Stacy Martin et Benoît Magimel. Une rétrospective lui est également consacrée à la Cinémathèque à partir du 15 novembre 2021. 

Une équation de film noir, une femme entre deux hommes, voilà la brèche de tous les dangers.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

De l'ombre de l'enfance à la lumière des projecteurs

Nicole Garcia grandit à Oran jusqu’à ses quinze ans avant de rejoindre Paris avec le rêve d’être actrice chevillé au corps. Dans l’Algérie de la guerre, son enfance est un théâtre d’ombres, comme écrasée par un silence et une omerta inébranlables. Sortie avec le premier prix du Conservatoire de la rue Blanche à Paris, elle parvient à trouver sa place dans la famille d’abord du théâtre puis du cinéma. Sa voix rauque et son débit précipité, voire heurté, sont ses marques de fabrique.

Depuis Que la fête commence de Bertrand Tavernier en 1975, Nicole Garcia s’est imposée sur les écrans des cinémas français. Durant les années 1970, elle a joué tour à tour devant les caméras de Jacques Rivette, Bertrand Blier, Philippe de Broca, Jacques Deray ou encore Laurent Heynemann. C’est toutefois son expérience avec Alain Resnais pour le film Mon Oncle d’Amérique qui la met sur le devant de la scène :

Quand on me demande quelle était la source de ce désir de mise en scène, je me dis souvent qu'il est peut être venu de ce moment où je tournais avec lui, où j'étais, où je l'ai regardé. […] J'aimais tellement Resnais que peut être que si j'avais été sa muse, comme d'autres actrices très grandes l'ont été, je me serais satisfait de ça. Mais n'étant pas sa muse, j'ai voulu être lui, ou en tout cas faire comme lui.

Une rencontre décisive qui semble en avoir provoqué par la suite beaucoup d’autres, notamment avec Claude Lelouch, Michel Deville Claude Sautet, Claude Miller mais aussi Luc Bondy, Claire Simon, Sébastien Lifshitz et bien d’autres. Récemment, on a pu la voir dans L'Origine du monde de Laurent Lafitte. Elle a également beaucoup joué pour la télévision. 

On n'en finit pas de vouloir ce désir des autres.

Briser le silence 

Faire entendre sa voix apparaît comme un fil rouge dans la carrière de Nicole Garcia. D’abord avec les mots des autres en tant qu’actrice puis avec les siens en tant que réalisatrice, l’artiste semble toujours avoir œuvré à briser le silence de son enfance. Devant la caméra, elle puise dans ses propres failles pour incarner au mieux ses personnages, comme lorsqu’on la découvre sous les traits d’Agnès Charlegue en 1977 dans La Question de Laurent Heynemann, une adaptation du livre interdit d’Henri Aleg qui révélait la pratique de la torture durant la guerre d’Algérie.

Je crois aux bienfaits des œillères. On se coupe de ce qu'on ne veut pas voir et on va en avant vers cet imaginaire, vers cette autre histoire comme disait Resnais. Ce n'est pas le contraire du réel mais c'est y ajouter autre chose. 

Derrière la caméra depuis son court-métrage 15 août en 1986, elle fait ressurgir le passé pour approcher une vérité qui est la sienne. Accompagnée de Jacques Fieschi au scénario, la réalisatrice use de la fonction réparatrice de l’imaginaire, comme dans ses films Un balcon sur la mer, mais aussi Un beau dimanche avec dans le rôle principal Pierre Rochefort, son deuxième fils, ou encore Mal de pierres avec Marion Cotillard dans le premier rôle. On lui doit également Place Vendôme et Selon Charlie, deux œuvres qui témoignent de son sens aigu du romanesque. 

Ce qui a été la divine surprise de ma vie, c'est de devenir cinéaste, d'embrasser un territoire pour lequel je n'avais pas été formé, que je ne connaissais pas. Mais ça faisait sens. Ce que je faisais semblait toucher les gens. Et même maintenant, c'est encore ça qu'on cherche : Le désir du désir, c'est à dire l'amour.

Parfois je dis que je suis cinéaste et je suis contente de le dire. Parfois, je me dis aussi que je suis une actrice qui fait des films. Et c'est mon plus grand atout devant les acteurs, de les regarder et de les aimer, de révéler en eux les choses. 

La famille, enfin, occupe une grande place chez elle, aussi bien dans ses œuvres que dans leur fabrication via la collaboration avec ses fils. Sur les planches, elle a joué dans plusieurs mises en scène de son fils Frédéric Bélier-Garcia, la dernière en date étant Royan de Marie Ndiaye dont la reprise est annoncée pour janvier 2022 au Théâtre de la Ville à Paris.

Sons diffusés pendant l'émission : 

  • Archive de l’écrivain Emmanuel Roblès, né à Oran, qui parle de sa ville natale.
  • Extrait d'une vidéo de Monique Rivet, agrégée de lettres classiques et professeure en Algérie de 1956-1960, qui présente son ouvrage "Le glacis" aux éditions Métailié.
  • Alain Resnais sur France Culture, en 1980, au moment de la présentation de son film “Mon oncle d’Amérique” au Festival de Cannes.
Chroniques
19H20
6 min
Affaire en cours
En quoi la fiction nourrit notre rapport au politique ?
19H50
5 min
Affaire à suivre
A Strasbourg, le discours de la méthode lucide et coloré d’Antoine Defoort
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......