LE DIRECT
Pauline Bureau

Pauline Bureau : "Ce qui est compliqué, pour toute parole, c'est de trouver l'endroit où être audible"

56 min
À retrouver dans l'émission

Féminines, la dernière création de la metteure en scène Pauline Bureau sera présentée jusqu’au 4 juin au Théâtre des Abbesses. A cette occasion, elle revient, le temps d’un entretien au long cours au micro d’Arnaud Laporte, sur sa conception du théâtre et du travail de mise en scène.

Pauline Bureau
Pauline Bureau Crédits : © Nathalie Mazéas

Jusqu’au 4 juin, Féminines, la dernière création de la metteure en scène Pauline Bureau, sera jouée au Théâtre des Abbesses. L’occasion pour elle de revenir, au micro d’Arnaud Laporte, sur son parcours, l’ayant menée à la mise en scène, sur sa conception du théâtre, collective, et sur l’importance du processus de création dans son travail.

Vers la mise en scène 

A 15 ans, Pauline Bureau découvre le théâtre. Fascinée autant par la scène que par la vie d’artiste, elle commence une formation de comédienne puis entre au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique dont elle est diplômée en 2004. 

J’avais 15 ans, je venais d’emménager à Paris et c’était la première fois que je voyais du théâtre. Et puis ce n’était pas juste du théâtre, c’était une expérience. Arriver à la Cartoucherie et voir les roulottes : à l’époque j’étais persuadée que les acteurs vivaient vraiment de dedans (…) : ça dégageait un sacré fantasme, cette vie ensemble. (…) C’était incroyable. Et après les costumes, les décors, le spectacle… J’ai vu quatre fois les quatre spectacles. (…) Ça a changé ma vie.

Mais c’est finalement dans le travail de mise en scène qu’elle trouve sa place. Avec des camarades de promotion, elle monte son premier spectacle et ensemble, ils forment la compagnie La Part des Anges. 

Ça va faire presque vingt ans maintenant. (...) Ce qui me tient c’est le groupe, et puis aussi le fait d’avoir vécu cette aventure-là avec ces personnes-là : les acteurs et les collaborateurs parce que je travaille avec les mêmes personnes en scénographie, en costume, etc (…). Ça a été une aventure de bande. Cette aventure-là est une des choses qui m’a fait le plus avancer dans la vie.

Ses créations théâtrales 

Au début de sa carrière, Pauline Bureau se consacre à la mise en scène de classiques comme Roméo et Juliette d’après Shakespeare en 2008, et d’œuvres contemporaines comme Roberto Zucco de Koltès en 2010. Depuis, elle trouve sa voie en écrivant ses propres pièces, mettant en scène des rôles féminins forts, et mêlant intime et politique.

Pour Modèles en 2011, puis Sirènes en 2014, elle mène un processus d’écriture qui se fait de manière collective et au plateau. Puis, elle développe un théâtre "documenté" s’appuyant sur des rencontres avec des témoins et sur un important travail de documentation. Ainsi, elle écrit et met en scène Mon Cœur en 2017 autour du scandale du Médiator, puis Hors la loi en 2017 avec la Comédie Française sur le Procès de Bobigny. En 2019, elle crée Féminines, une pièce qui retrace l’histoire de la première équipe de France de football féminin.

Je n’ai pas eu un engagement féministe jeune. Pour moi la question était réglée : les hommes et les femmes c’était pareil. Et finalement Modèles ça m’a permis de déconstruire cette illusion. Et ce qu’on voyait en 2010-2011 quand on a créé le spectacle c’est à quel point l’illusion était tenace (…).  Finalement on voit bien que dans les dix dernières années, il y a beaucoup de choses qui sont sorties, qui étaient présentes dans le spectacle et dont on nous disait qu’elles n’étaient pas pertinentes (…) : les violences gynécologiques, les agressions sexuelles, les rapports de classe, le salaire, la charge mentale. (…) Dans cette prise de parole-là, il y a eu quelque chose d’important, aussi et surtout chez nous : moi ça m’a complètement bougée et ça m’a donné la possibilité d’écrire.

Ce n’est pas rien d’écrire : c’est moi beaucoup et c’est moi aussi dans ce qui me fait honte chez moi – parce que si on ne va pas chercher là-dedans en fait ça ne sert à rien. Moi j’écris à partir de ça et je me suis rendue compte que beaucoup des choses qui me faisaient honte et dont je pensais qu’elles étaient personnelles étaient des constructions sociales. C’est ce que je fais quand je raconte l’avortement, quand je raconte la maladie, quand je raconte les violences. A chaque fois que je donne un texte à un acteur, j’ai très chaud. Quand je le donne à lire aux acteurs, (…) la première fois que je l’entends sur le plateau… et puis la première fois que le public l’entend parce que quand le public l’entend, on réalise aussi ce qu’on a écrit autrement quand même.

Pour découvrir le site de sa compagnie : La Part des Anges.

Son actualité : sa dernière création, Féminines, sera joué jusqu'au 4 juin au Théâtre des Abbesses. La pièce est également disponible sur france.tv jusqu’au 9 décembre 2021.

Sons diffusés pendant l'émission

  • Les Atrides par Ariane Mnouchkine et le Théâtre du Soleil, à Montpellier en 1992.
  • Virginie Despentes lit King Kong Theory dans l’émission Café Picouly, sur "Summertimes" de Janis Joplin, diffusé en octobre 2006.
  • "Drake", Beth Gibbons & Rustin Man, Out of season (Label Go-Beat), 2002.
  • Marguerite Duras dans Apostrophes, au micro de Bernard Pivot, 1984.

Chroniques

19H20
8 min

Affaire en cours

Ce que Jean Malaurie a apporté aux sciences sociales
19H50
5 min

Affaire à suivre

"Toute la vérité" : les rapports humains mis à nu, et en scène
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......