LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Philippe Cassard

Philippe Cassard : "Je crois à une hyper sensualité des doigts sur le clavier"

55 min
À retrouver dans l'émission

Philippe Cassard, pianiste de renom à la carrière éclectique, est au micro de Maylis Besserie. La sortie de deux disques consacrés à l’œuvre de Ludwig van Beethoven est l’occasion de retracer avec Philippe Cassard son parcours et ses imaginaires.

Philippe Cassard
Philippe Cassard Crédits : William Beaucardet

D’apprentis à ténor du piano 

Jeune pianiste, Philippe Cassard débute au Conservatoire de Paris où il suit les classes de Dominique Merlet et de Geneviève Joy-Dutilleux. Reconnu dès ses années de formation, il obtient en 1982 les premiers Prix de Piano et de Musique de Chambre. Il se perfectionne durant deux ans à la Hochschule für Musik de Vienne où il fréquente les figures majeures du lied et de l’opéra germaniques. Il a également reçu les enseignements de Nikita Magaloff. Philippe Cassard est salué par le premier Prix du Concours International de Piano de Dublin en 1988, sa carrière de pianiste éclectique est lancée. Depuis, il enchaîne les récitals, les concerts et les disques. Aussi à l’aise dans le répertoire soliste que dans la musique de chambre, Philippe Cassard est réputé pour ses interprétations de Schubert auquel il a consacré un essai en 2008, mais aussi de Fauré auquel il a rendu hommage dans son album La Dolce Volta, ou encore Mendelssohn auquel il a consacré un récital en 2017. Toutefois, c’est à Debussy que le pianiste est souvent associé tant il s’est emparé de sa musique. Il a notamment signé une intégrale de l’œuvre pour piano de Debussy pour laquelle il obtient en 1994 le Grand Prix de l’Académie du disque. On raconte que le pianiste ne joue jamais intégralement les œuvres chez lui, il les travaille mais ne les achève que devant un public…

La mémoire tactile est importante quand on veut mémoriser un morceau. En vérité, je crois qu'il faut qu'on ait des mini cerveaux au bout de chaque doigt. Jouer du piano n'est pas une chose que mécanique, il y a beaucoup de transmission de la part du cerveau via les bras, les avant-bras, les coudes, même le dos. Votre assise au piano, c'est important. Je crois à une hypersensibilité et j'oserais dire même une hyper sensualité des doigts sur le clavier. J'ai toujours été très sensible à ça. 

Comme je dis toujours, on bouffe de la musique, il faut être glouton. Il faut que ça déborde de partout.

Philippe Cassard nous en dis plus sur ses outils et sa méthode de travail :

Ça ne s'invente pas d'être concentré. Ça se travaille, c'est une technique. Plus vous vous l'appliquez pendant le travail, moins vous vous autorisez de sortir de cet état de concentration, plus le concert est bien, vous ne lâchez plus que l'adrénaline et l'inspiration. Parce que vous êtes tellement formés à la concentration que le concert est un moment où vous pouvez vraiment vivre librement la musique.

Je me lève le matin, et pof, il y a un air de musique qui surgit en moi. C'est quand même incroyable la musique, la manière dont elle vit en vous.

Un artisan du son

Passionné par la voix, il forme un duo avec Natalie Dessay débuté en 2011. Ensemble, ils ont collaboré autour de nombreux lieder et mélodies françaises, notamment au sein du récital Portraits de femmes, et se sont produits sur les scènes les plus prestigieuses à travers le globe. Il raconte sa collaboration avec Natalie Dessay :

Nathalie, c'est à part. D'abord parce que sur la longueur, on a donné quand même plus de quatre-vingts concerts ensemble dans toutes les salles les plus incroyables du monde. Ce fut l'occasion de jouer dans des acoustiques exceptionnelles, devant des publics qui font fête à Nathalie, qui l'attendent, et donc qui créent là aussi le moment du concert, c'est à dire beaucoup d'adrénaline, beaucoup de trac, mais un trac qui vous porte. Natalie m'a aussi appris les grands enjeux. Quand vous êtes devant trois mille-cinq cents personnes au Carnegie Hall, elle est au top. Elle est à six-cents pourcent. C'est une leçon pour vous, il faut vous dépasser. Vous êtes tirés par le haut par des artistes aussi phénoménaux et aussi engagés, inspirés, qui donnent tout. 

On est tout le temps sur la brèche. Et quand on est au piano, il faut s'adapter immédiatement, proposer un écrin pour que sa voix, pour que ce qu'elle a envie d'exprimer, soit portée le mieux possible jusqu'au dernier rang du dernier balcon d'une salle de concert.

Peu présent en France pendant longtemps, Philippe Cassard est néanmoins invité par les principaux orchestres européens. Philippe Cassard s’illustre également dans les festivals. Il a fondé en 1997 les Estivales de Gerberov et a repris les rênes de la direction artistique des Nuits romantiques du lac du Bourget de 1999 à 2008. Pianiste la semaine et producteur radiophonique le week-end, Philippe Cassard a présenté de 2005 à 2015 l’émission « Notes du traducteur » qui lui vaut un prix de la Société civile des auteurs multimédia (Scam) au titre d'auteur de la « meilleure œuvre sonore » de 2007, et le grand prix de l'académie Charles Cros en 2011. Véritable phénomène radiophonique, il présente aujourd’hui « Portraits de famille », un rendez-vous quelque peu proustien où il explore l’art d’un musicien à l’aune d’une œuvre choisie. Touche à tout, Philippe Cassard aussi est un cinéphile averti qui a publié un ouvrage sur le cinéma et la musique intitulé Deux Temps, trois mouvements. Dans cet ouvrage, le pianiste se penche sur les voix des acteurs :

Ce sont des leçons pour nous de respiration, de couleurs, de voix, de comment on pose un mot, comment on étire le tempo. Tout ça, c'est de la nourriture pour les musiciens. 

Son actualité : 

  • Deux disques : Beethoven / Liszt / Symphonie n° 9 par Philippe Cassard et Cédric Pescia et  Beethoven / Trios « Les Esprits » et « L’Archiduc » par Philippe Cassard, Anne Gastinel et David Grimal.
  • Concerts liés aux deux sorties de disque :
    Concerts « Neuvième » de  Beethoven : 13/11 Berlin, Konzerthaus ; 14/11 Paris, Collège des Bernardins ; 19/11 Saint-Emilion, Les Grandes Heures ; 10/12 Metz, Arsenal ; 20/12 Soissons, Cité de la Musique et de la Danse.
    Concerts Trios de Beethoven :  24/10 France Musique, 200ème de Portraits de famille; 7-8/11 Dijon, Opéra ; 30/11 Trieste, Italie ; 07/12 Paris, Théâtre des Bouffes-du-Nord ; 13/12 Arles, Le Méjean.
  • 200ème émission Portraits de famille sur France musique le samedi 24 octobre.
Chroniques
19H20
8 min
Affaire en cours
Disney et ses clichés racistes, "fautifs à l'époque et fautifs aujourd'hui"
19H50
8 min
Affaire à suivre
A Evian, Leonardo Garcia Alarcon et son ensemble revisitent l'opéra de Purcell
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......