LE DIRECT
Plastic Bertrand revient avec un dixième album et un sourire indéfectible.

Plastic Bertrand : "La musique, ce n'est pas une carrière, c'est une vie pour moi"

55 min
À retrouver dans l'émission

A 66 ans, l'auteur déjanté du tube "Ça plane pour moi" sort un dixième album intitulé "L'Expérience humaine". C'est sur la sienne, résolument hors norme, que revient Plastic Bertrand au micro d'Arnaud Laporte.

Plastic Bertrand revient avec un dixième album et un sourire indéfectible.
Plastic Bertrand revient avec un dixième album et un sourire indéfectible. Crédits : Joel Saget - AFP

A 66 ans, le chanteur belge Plastic Bertrand signe un dixième album intitulé L'Expérience humaine, paru le 23 octobre 2020 sur son propre label. Celui qui, depuis le succès planétaire du single Ça plane pour moi, a tourné dans le monde entier plus de cent fois par an, parcouru plus de plateaux et jeux télévisés qu'on n'oserait en imaginer, revient au micro d'Arnaud Laporte sur une vie d'artiste propulsée dans l'extraordinaire, tout en restant immanquablement désinvolte. Un entretien riche d'anecdotes plus décalées les unes que les autres. 

Dès le début de la vie de Plastic Bertrand, il ne semble y avoir de place pour l'anodin. Sa mère ukrainienne, capturée et emprisonnée par l'armée allemande en 1942, est amenée dans un camp de concentration où elle rencontre un prisonnier de guerre français. Coup de foudre oblige, les deux s'enfuiront plus tard en direction de Bruxelles. C'est là où ils donneront naissance à leur fils Roger Jouret, sans s'attendre à ce qu'une fois âgé de 20 ans, ce garçon portera un nom bien plus fantasque, et fera le tour du monde en chantant à tue-tête que, pour lui, "ça plane".

Ce n'est pas une carrière, c'est une vie pour moi. Depuis tout petit, je savais que je voulais être musicien. Mes frères et soeurs aimaient la musique, mais presque comme une secte qui adorait Claude François. Mon frère rêvait d'être Claude François, et je l'accompagnais sur tous ses tubes. D'ailleurs, Claude François, c'est le premier concert que j'ai vu en Belgique !      
Plastic Bertrand

Batteur dans quelques bars de la capitale belge, il intègre l'Académie de Musique, puis le Conservatoire royal de Bruxelles en 1973. Quatre ans plus tard, il est à la fois batteur, compositeur et l'interprète du groupe de punk belge Hubble Bubble. Malgré la sortie d'un premier album, l'aventure est coupée net par la mort prématurée du bassiste du groupe. Le manager, Bernard Schol, lui présente alors un certain Lou Deprijck, producteur de musique à Bruxelles.

Quelques mois plus tard, le 6 novembre 1977, un dénommé Plastic Bertrand déboule cheveux peroxydés et blouson rose en vinyle en chantant sur le plateau du Rendez-vous du dimanche de Michel Drucker sur TF1. Les téléspectateurs français découvrent alors un titre instantanément inoubliable : Ça plane pour moi. Le single sort officiellement le 1er décembre 1977, et ne tarde pas à devenir n°1 des ventes en France, en Belgique, en Allemagne, en Italie, mais aussi au Japon et en Australie. Aujourd'hui, Plastic Bertrand a vendu plus de 20 millions d'albums dans le monde entier et sa chanson Ça plane pour moi a été reprise par les Red Hot Chili Peppers, U2, Sonic Youth, et bien d'autres, et portée à l'écran en figurant dans la bande son de films comme Le Loup de Wall Street de Martin Scorcese.

Écouter
2 min
Un medley de diverses reprises de "Ça plane pour moi" à travers le monde, concocté par le réalisateur de l'émission Affaires culturelles

C'est vraiment le son des mots qui a fait que ça a explosé. Toutes les versions sont complètement différentes, les gens se sentent libres par rapport à la chanson. Et c'est peut-être de là que vient mon plaisir de la chanter tous les soirs différemment aussi. Le fait que ce soit une mélodie simple nous permet une liberté incroyable.      
Plastic Bertrand

C'est une marque de fabrique exceptionnelle, car cette chanson a touché le monde entier. J'ai succédé à Soeur Sourireen 1959, qui fait un carton aux États-Unis Moi. Après moi, il faut se rendre compte qu'il a fallu attendre 30 ans pour voir un Stromae qui fait bouger un peu les États-Unis. C'est quand même une belle filiation.Plastic Bertrand

Chroniques

19H20
8 min

Affaire en cours

Jean Starobinski : "La relation critique, c'est l'empathie et la mise à distance"
19H50
5 min

Affaire à suivre

Les conseils culturels de Vimala Pons
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......