LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Séverine Chavrier

Séverine Chavrier : "Préparer la matière pour la performer au plus proche d’une prière, d'une émotion."

55 min
À retrouver dans l'émission

Musicienne, comédienne et metteure en scène, Séverine Chavrier est au micro d’Arnaud Laporte pour un entretien au long cours, l’occasion de nous parler de ses méthodes de travail et de ses sources d’inspiration.

Séverine Chavrier
Séverine Chavrier Crédits : Alexandre Ah-Kye

Séverine Chavrier est née à Lyon en 1974. Après des études de philosophie, elle obtient une médaille d’or de piano, un premier prix d’analyse musicale ainsi qu’un diplôme au Conservatoire de Genève. Elle donne par la suite des cours de piano dans différents conservatoires parisiens et entre au Cours Florent avec pour professeurs Michel Fau et François Merle. S’ensuivent de nombreux stages à la Comédie de Caen et de Reims, au Nouveau Théâtre d’Angers où elle fera la rencontre de Rodrigo Garcia, Christophe Rauck, ou encore Josef Nadj. 

J’ai découvert la musique de Debussy dans une école et j’ai vu que la musique était une chose collective et infinie. C’était douloureux pour moi dans la musique, de ne pas être sur scène avec la musique. Dans les études de musique, on travaille beaucoup mais on joue très peu sur scène. 

Entre théâtre et musique

Séverine Chavrier travaille avec sa compagnie La Sérénade Interrompue mais également en collaboration avec Rodolphe Burger au Théâtre Nanterre-amandiers pour le spectacle Schweyk de Bertold Brecht en 2005 ; mais également avec Jean-Louis Martinelli sur Kliniken de Lars Noren en 2007, où elle est à la fois pianiste et comédienne ; elle est aussi aux côtés de François Verret au piano et au jeu sur Cabaret au Théâtre de St Quentin-en-Yvelines et au Théâtre de la Cité Internationale à Paris et sur Do you remember no I don't  à Montpellier Danse et au TNB (Théâtre National de Bretagne) à Rennes, au Théâtre de la Ville à Paris et sur le chantier dramaturgique Chantier Cabaret au MC2 de Grenoble.

Les palmiers sauvages d’après William Faulkner sont créés par Séverine Chavrier en 2014 au Théâtre Vidy-Lausanne et repris au théâtre de l’Odéon, ainsi que Nous sommes repus mais pas repentis d’après Déjeuner chez Wittggenstein de Thomas Bernhard en 2016. Son spectacle intitulé, Après coups projet un-femme n°1 trouve un prolongement dans le n°2 en 2017, joué au Théâtre de la Bastille. Il réunit des femmes venant de la danse et du cirque.

Je travaille énormément avec la technique : le son, la lumière, le plateau, la machinerie et puis l’image vidéo. Aria Da Capo est comme un film, puisque les jeunes dans le spectacle se filment pendant une heure et demie,  ils se cadrent eux-mêmes. C’est un travail vidéo que je ne nomme pas au départ du travail. On travaille pour que tout joue et se transforme.

Directrice du Centre Dramatique National d’Orléans

Séverine Chavrier est porteuse d’un projet qui a pour objectif de décloisonner les disciplines. Elle invite de nombreux artistes internationaux lors des festivals à Orléans et crée des rencontres entre artistes locaux et internationaux en organisant des résidences, des évènements et en coproduisant. Elle entend faire rayonner le territoire régional en proposant des spectacles itinérants, des installations éphémères au Théâtre d’Orléans, la gratuité des spectacles pour tout les étudiants, et un rendez-vous annuel intitulé "Les Voyages Divers", une soirée d’improvisation accompagnée de son piano et réunissant des artistes aux univers divers. Elle souhaite, par ailleurs, améliorer la formation et l’insertion professionnelle des jeunes artistes. 

Les spectacles de Séverine Chavrier sont avant tout des terrains d’exploration et d’expérimentation. Ce sont des occasions de rencontres notamment entre les disciplines où se mêlent théâtre, musique, danse, image et littérature. 

L’espace scénique est l’air de jeu. Avec quoi allons-nous jouer ? J’ai besoin d’hypothèses donc je fais souvent une première session de travail sur cette question. C’est une question que j’aime beaucoup car j’ai une grande admiration pour les arts plastiques. Quand l’hypothèse est trouvée, il y a un grand travail d’improvisation et ensuite vient le travail plus dramatique, le travail d’écriture à partir de la matière. Je filme toutes mes répétitions, et je fais des montages hors plateau pour essayer de comprendre comment le collage fonctionne et après si j’ai le temps, une fois la partition écrite, je la travaille pour qu’elle devienne organique pour tout le monde et que tout le monde se l’approprie jusqu’à l’équipe technique.

Son actualité :  Séverine Chavrier met en scène Aria Da Capo à la Nouvelle scène nationale Cergy-Pontoise/Val d'Oise le 21 et 22 octobre 2021 ; théâtre de l'Athénée à Paris du 28 au 31 octobre 2021 ; théâtre Roger Barat à Herblay-sur-Seine le 10 décembre 2021 au Théâtre de la Cité, Toulouse 19 et 20 avril 2022. Ainsi que Ils nous ont oubliés d'après La Plâtrière de Thomas Bernhard au Théâtre National de Barcelone le 12 et 13 mars 2022 au Tandem, Scène Nationale Arras-Douai le 24 et 25 mars 2022 Odéon Théâtre de l'Europe, Paris du 12 au 27 avril 2022.

Sons diffusés pendant l'émission :

  • Extrait d'interview avec Rodolphe Burger
  • Extrait de Thomas Bernhard qui parle de son rapport à l’humour
  • Scarlatti sonate en B minor KK.27 par Michelangeli
  • Extrait du spectacle Aria Da Capo de Séverine Chavrier
Chroniques
19H20
6 min
Affaire en cours
Ne pas signer son travail : Éloge de la docte ignorance
19H50
6 min
Affaire à suivre
A Vienne, Stefan Zweig doublement célébré
Intervenants
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......