LE DIRECT
Stephane Braunschweig

Stéphane Braunschweig : "D'un spectacle à l'autre, j'ai l'impression de faire des petits bouts d'un seul grand parcours"

55 min
À retrouver dans l'émission

Le metteur en scène et directeur de l'Odéon Théâtre de l'Europe Stéphane Braunschweig s'entretient au micro d'Arnaud Laporte sur son parcours et son processus de création à l'occasion de sa nouvelle création, "Comme tu me veux" de Pirandello.

Stephane Braunschweig
Stephane Braunschweig Crédits : Carole Bellaïche

Magie, philosophie, cinéma : un chemin vers le théâtre 

Stéphane Braunschweig est né en 1964 à Paris. Après des études de philosophie à l'Ecole Normale Supérieure, il rejoint en 1987 l’École du Théâtre National de Chaillot dirigé par Antoine Vitez, où il reçoit une formation théâtrale pendant deux ans. Il nous raconte ce qu'il appréciait chez Antoine Vitez : 

C'était quelqu'un qui aimait vraiment transmettre. J'aimais beaucoup comment il nous racontait le théâtre comme il était dans les années 50, par exemple comment jouait Jean Vilar. Et puis, la deuxième chose, c'est qu'il faisait énormément confiance aux élèves pour être pour être des créateurs. Pour lui, l'acteur était un créateur et donc il sollicitait tout le temps l'imaginaire des acteurs. Moi, je n'étais pas à l'école comme acteur, j'étais plutôt comme élève metteur en scène.

En 1988, il fonde sa compagnie, Le Théâtre-Machine, avec laquelle il crée ses premiers spectacles. En 1991, au Centre Dramatique National de Gennevilliers, il les réunit en une trilogie intitulée Les Hommes de neige, pour laquelle il reçoit le Prix de la révélation théâtrale du Syndicat de la critique. Il est dès lors un invité régulier du Festival d’Automne à Paris et commence à présenter son travail dans les grandes capitales européennes (Berlin, Londres, Moscou). En 1992, à l’invitation de Stéphane Lissner, il met en scène son premier opéra au Châtelet. 

J'ai toujours aimé au théâtre le côté magique des changements de décors, des changements de lumières. Tout ce qui crée une certaine magie au théâtre m'a toujours plu. 

Comme tu me veux, mise en scène de Stéphane Braunschweig
Comme tu me veux, mise en scène de Stéphane Braunschweig Crédits : Simon Gosselin

Diriger les institutions théâtrales 

Stéphane Braunschweig est directeur du Centre Dramatique National/Orléans-Loiret-Centre de 1993 à 1998. Il y crée une dizaine de spectacles qui tournent partout en France et sont accueillis dans les plus grands festivals (Automne à Paris, Avignon, Edimbourg, Istanbul, Rome), et il reçoit pour sa version intégrale du Peer Gynt d’Ibsen le prix Georges Lerminier du Syndicat de la critique. Il nous explique la place qu'occupe la scénographie dans son processus créatif :

La scénographie est une de mes entrées dans le texte. C'est à dire que quand je commence à avoir envie de monter un texte, je commence à rêver à l'espace dans lequel je pourrais le jouer. Ce dont j'ai besoin, c'est de créer des espaces plutôt mentaux. Parfois, il y a des éléments plus réalistes, mais globalement, ce sont des espaces relativement vides où l'imaginaire du spectateur peut voyager. Mon imaginaire de metteur en scène veut désencombrer l'espace de tout ce qui est inutile pour sortir le texte dans un écrin qui le met complètement en valeur. 

Stéphane Braunschweig est directeur du Théâtre National de Strasbourg et de son école de 2000 à 2008. Il y crée une formation à la mise en scène et à la dramaturgie et confirme le statut de carrefour théâtral européen du Théâtre National de Strasbourg. Parmi ses mises en scène marquantes, Brand d’Ibsen en 2005 et Tartuffe de Molière en 2008 sont couronnés par le Prix Georges Lerminier du Syndicat de la critique. Pendant cette période, il met en scène de nombreux opéras au Festival d’Aix-en-Provence, en particulier un Ring de Wagner en co-production avec le Festival de Pâques de Salzbourg et l’Orchestre Philharmonique de Berlin, dirigé par Simon Rattle. Et en décembre 2008, il crée Don Carlo de Verdi pour l'inauguration de la saison de La Scala de Milan. 

D'un spectacle à l'autre, j'ai l'impression de faire des petits bouts d'un seul grand parcours. 

Stéphane Braunschweig est directeur du Théâtre National de la Colline de 2010 à 2015. Parmi ses mises en scène, on peut citer son adaptation de Six personnages en quête d’auteur de Pirandello au Festival d’Avignon et tout dernièrement ses Géants de la montagne du même Pirandello, ses créations de l’auteur norvégien contemporain Arne Lygre, ou encore son Canard sauvage, invité par le Festival Ibsen d’Oslo et repris à la Colline en janvier 2016. À l’opéra, il signe notamment des mises en scène pour l’Opéra-Comique (Pelléas et Mélisande de Debussy) et le Théâtre des Champs-Élysées (Idoménée et Don Giovanni de Mozart, Norma de Bellini). Stéphane Braunschweig témoigne de son attachement pour l'œuvre de Pirandello qu'il a souvent adapté : 

On a toujours l'impression que c'est un auteur un peu psychologique, un peu abstrait, un peu philosophique. En fait, on s'aperçoit que c'est aussi quelqu'un qui vit cette réalité dans laquelle il est de manière très intense. Il se bat contre les faits, il essaye toujours de nous dire que la réalité objective est inaccessible. Mais on voit aussi que c'est aussi une manière de s'évader de cette réalité, de ces faits. Il nous emmène finalement dans l'imaginaire et nous invite à repenser notre relation à la réalité à travers l'imaginaire. En ce sens, c'est un auteur très utile pour nous.  

Pour un théâtre européen 

En janvier 2016, Stéphane Braunschweig est nommé à la direction de l'Odéon-Théâtre de l'Europe. Stéphane Braunschweig, qui a signé une soixantaine de mises en scène et de scénographies tant au théâtre qu'à l'opéra, est également auteur et traducteur. Il a publié aux éditions Actes Sud un recueil de textes et d’entretiens sur le théâtre intitulé Petites portes, grands paysages, et traduit de l’allemand, de l’italien ou du norvégien des pièces de Büchner, Kleist, Brecht, Pirandello et Lygre. 

Je pense que le fait d'avoir travaillé assez tôt avec des acteurs anglais, des acteurs italiens, des acteurs allemands notamment, m'a fait beaucoup progresser dans ma direction d'acteur. Peut-être qu'un certain nombre de choses que je n'arrivais pas à exprimer avec des acteurs français, j'ai pu les nommer, les expérimenter. Ça m'a beaucoup aidé quand je suis revenu travailler avec les acteurs français.

Son actualité : Un cycle dédié à Pirandello est diffusé en ligne sur le site de l'Odéon. La nouvelle création "Comme tu me veux" de Pirandello est prévue du 15 janvier au 17 février au Théâtre de l'Odéon. 

Sons diffusés pendant l'émission : 

  • Extrait de “Nous, pour un moment”, pièce d’Arne Lygre mise en scène fin 2019 par Stéphane Braunschweig. 
  • "L'Anneau du Nibelung (Der Ring des Nibelungen) : La Walkyrie", mise en scène Stéphane Braunschweig, direction par Simon Rattle de la Berliner Philharmoniker, Aix en Provence. 
  • Extrait de la mise en scène de Stéphane Braunschweig d’"Oncle Vania", de Tchekhov, créée au Théâtre des Nations de Moscou.
  • Extrait de “Comme tu me veux” de Pirandello, mise en scène Stéphane Braunschweig. 

Chroniques

19H20
8 min

Affaire en cours

Charlie Chaplin : les enfants d'aujourd'hui sont-ils trop sérieux ?
19H50
6 min

Affaire à suivre

A Vienne, au musée Albertina Modern
Intervenants
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......