LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Tommy Milliot

Tommy Milliot : "Certains auteurs et certaines autrices ont la capacité d'anticiper les choses, c'est une forme de porosité au monde"

55 min
À retrouver dans l'émission

Son spectacle "La Brèche" poursuit sa tournée en France après une étape au Centquatre à Paris. L’occasion de s’engouffrer dans la fabrique artistique du metteur en scène Tommy Milliot au micro d'Arnaud Laporte.

Tommy Milliot
Tommy Milliot Crédits : DR

Après avoir présenté la pièce au Festival d’Avignon en 2019, Tommy Milliot part en tournée en France avec La Brèche. A partir du texte de l’autrice états-unienne Naomie Wallace, le metteur en scène brosse le portrait d’une jeunesse sensible aux prises avec les violences d’une Amérique moderne. La notion de consentement, l’instrumentalisation du corps féminin et la violence des laboratoires pharmaceutiques sont autant de sujets à partir desquels la pièce propose une réflexion sur les mécanismes de domination dans le contexte post-Weinstein.  

Il y a plusieurs strates de compréhension dans l'écriture. Plusieurs sujets qui sont abordés, qui sont extrêmement importants, qui ne sont pas laissés à l'abandon, mais qui existent dans la pièce. J'ai aussi eu envie de monter La Brèche parce que tout d'un coup, c'était fascinant de pouvoir faire un spectacle avec quatre personnages, mais une distribution de sept acteur. Ça donnait envie, cet inconnu-là.

La Brèche de Tommy Milliot
La Brèche de Tommy Milliot Crédits : Christophe Raynaud De Lage

De l'université à l'Académie

Son appétence pour les mots lui vient dès l’enfance et se confirme lorsqu’il découvre le théâtre à onze ans lors d’une sortie avec son professeur de français. Une vocation est née, il la consolide par de multiples formations en mise en scène et dramaturgie. A Nanterre, il suit l’atelier sur l’écriture de Marguerite Duras proposé par le metteur en scène et directeur du théâtre de Lorient Éric Vigner. C’est une révélation, il devient son assistant pour son grand projet l’Académie qui consiste à réunir sept jeunes acteurs durant trois ans pour réaliser plusieurs créations au sein du CDN. Une trilogie est fondée avec La place royale de Corneille, Guantánamo d’après Franck Smith et La Faculté de Christophe Honoré, qui part en tournée dans toute la France. Au cours de cette aventure, Tommy Milliot monte pour la première fois sur les planches et expérimente le jeu. 

Ça a été la plus grande école que j'ai faite de travailler avec Éric Vigner parce que ça n'était pas une école, c'était la vraie vie. Il fallait vraiment faire les spectacles parce que les spectateurs allaient arriver et qu’il y avait les dates de première, ce qui n'arrive pas à l'école. Eric m'impressionnait beaucoup. Je l'ai beaucoup observé et surtout, j'ai beaucoup observé sur la façon dont il faisait de la mise en scène. Au-delà juste de la direction d'acteur, j'ai observé tout ce que pouvait comprendre de l'organisation complète d'une équipe dans un centre dramatique national. Et puis sa façon qu'il avait finalement de nous apporter une forme de sécurité et de sérénité comme metteur en scène par rapport à ce qu'on faisait au plateau. J'ai beaucoup appris avec lui le rapport aux acteurs 

Je me suis rendu compte que finalement, le spectateur n'était pas quelqu'un qui était là contre les acteurs mais qui était là pour venir les voir, venir écouter une histoire, et qu'il n'y avait pas de danger à être sur scène. Voilà, c'est ce que je dis maintenant aux acteurs tous les soirs.

Plus tard, c’est encore une rencontre fortuite, avec Hubert Colas, qui le propulse davantage dans la sphère théâtrale. Celui-ci l’invite à participer au festival Actoral et le soutient en 2014 pour la fondation de sa compagnie : Man Haast. Avec cette dernière, Tommy Milliot se met au service des dramaturgies contemporaines. 

Une œuvre au service des écritures du présent

Entouré d’un noyau de collaborateurs fidèles (Sarah Cillaire à la dramaturgie, Sarah Marcotte à la lumière, Adrien Kanter au son, Matthieu Heydon à l’assistanat à la mise en scène), Tommy Milliot explore les écritures du présent, notamment étrangères et méconnues.

Quand j'ai créé la compagnie, il y avait un désir avec l'équipe avec qui je travaille, notamment Sarah Cillaire qui est dramaturge, de travailler sur les écritures contemporaines, c'est à dire d'aujourd'hui. C'était notre projet et ça le reste. Nous souhaitons travailler aussi sur des écritures qui ne seraient peu ou pas portées à la scène, parce que c'est un réel plaisir d'aller chercher et de lire des auteurs. 

Sa première pièce, qui s’intitule Lotissement, est une adaptation minimaliste de Frédéric Vossier qui a reçu le prix du jury Impatience en 2016. Il réalise ensuite Que je t’aime, une performance créée avec Sarah Cillaire où il transpose le mythe de Phèdre dans une salle de sport, puis met en scène En héritage de l’autrice suisse Marie Fouquet. Tommy Milliot réalise ensuite un voyage en Norvège pour rencontrer Frederik Brattberg dont il adapte Winterreise au Festival Actoral en 2017. Il y explore la thématique de la parentalité. En 2019, le metteur en scène présente La Brèche au Festival d’Avignon qu’il adapte d’un texte de l’autrice états-unienne Naomi Wallace. Récemment, Tommy Milliot a mis en scène Massacre, un huis-clos écrit par l’autrice catalane Lluïsa Cunillé, sur invitation de la Comédie Française. 

Je pense que le point de départ ça ne peut être que le vide parce que c'est de là qu'on peut construire.

Il nous explique comment il procède pour diriger ses comédiens dans l’appréhension d’un texte : 

On commence par le travail à la table. Ce n'est pas un travail de lecture, c'est un travail de répétition. Et puis, on commence à avancer sur l'écriture en essayant de la comprendre au fur et à mesure, apporter de la matière aux comédiens, travailler sur le sens. C'est un moment où on ne fait pas une lecture à plat, on essaie de ne pas jouer le texte mais de laisser le texte jouer pour qu’au fur à mesure le comédien puisse travailler une forme d'incarnation. C'est à dire qu'il n'y ait pas de jugement particulier sur ce qui est dit, c'est simplement tenter de raconter cette histoire ensemble. Ça crée un moment de cohésion très fort. 

Son actualité : La Brèche, mis en scène et scénographié par Tommy Milliot, texte de Naomi Wallace traduit par Dominique Hollier, avec Lena Garrel, Matthias Hejnar, Roméo Mariani, Dylan Maréchal, Aude Rouanet, Edouard Sibé  et Alexandre Schorderet. La Brèche sera en tournée :

  • Du 24 au 26 septembre 2020 à Actoral, Marseille
  • Du 7 au 17 octobre 2020 au Centquatre, Paris
  • Les 17 et 18 novembre 2020 au Théâtre du Bois de l’Aune, Aix-en-Provence
  • Les 26 et 27 novembre 2020 au Palais des Beaux-Arts de Charleroi, Belgique
  • Du 16 au 18 mars 2021 à la Comédie de Reims.

Présentation : "Quelque part dans la banlieue d'une ville à moitié oubliée dans un possible Kentucky, en 1977, Hoke et Frayne, 16 ans, promettent de protéger Acton, le petit frère asthmatique et persécuté de l'intrépide Jude. Quatorze ans plus tard, ils se retrouvent dans ce même sous-sol où ils avaient scellé leur pacte: Acton est mort. Qu'est-ce qui a fait basculer leur destin? Quel est l'envers de cet accord entre des enfants de la classe ouvrière et ceux des patrons de l'industrie pharmaceutique ? La Brèche met en scène des jeunes gens de milieux différents pris au piège de mécanismes qui les dépassent. Selon d'où ils viennent, les conséquences de leurs actes n'auront pas la même portée. Deux milieux s'opposent, celui des industries pharmaceutiques qui dominent la région et celui de la classe ouvrière. " Le CENTQUATRE-PARIS. 

Chroniques
19H20
9 min
Affaire en cours
Même au travail, "la fonction positive de l'alcool reste plus puissante que l'interdit"
19H50
9 min
Affaire à suivre
A Rome, la première exposition sur la pandémie de coronavirus
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......