LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Valérie Lesort

Valérie Lesort : "Je me suis retrouvée sur scène à faire une sorte de maîtresse de cérémonie abominable qui fait des bruitages"

55 min
À retrouver dans l'émission

La plasticienne, marionnettiste et comédienne Valérie Lesort nous entraine, au micro d’Arnaud Laporte, dans le laboratoire de ses expérimentations visuelles et scéniques pour nous en dire plus sur ses imaginaires et son processus de création.

Valérie Lesort
Valérie Lesort Crédits : Fabrice Robin

A l'occasion de la mise en ligne de son spectacle Le Cabaret horrifique sur TV5 Monde, lametteuse en scène, plasticienne et comédienne Valérie Lesort est au micro d'Arnaud Laporte pour un entretien au long cours sur son processus créatif. Elle  nous raconte la genèse de ce spectacle délirant, de ses inspirations héritées de l’enfance à sa finalisation...

J'ai eu un gros choc quand j'étais petite avec « Thriller » de Michael Jackson. Ce clip m'a poursuivi toute mon enfance.

C'est l'Opéra-Comique qui m'a proposé cette idée de faire un cabaret Porte 8 et j'avais le droit de choisir un sujet. Donc j'ai choisi l'horreur parce que j'aime beaucoup l'horreur, j'aime bien aussi la violence gratuite. J'avais des idées d'airs avec ma petite connaissance, puisque je ne suis pas extrêmement cultivé en musique classique et en opéra. J'avais notamment envie qu'on adapte La Salsa du Démon en version lyrique, je voulais un petit peu de Thriller... 

Je me suis retrouvée sur scène à faire une sorte de maîtresse de cérémonie abominable qui fait des bruitages. C'est une joyeuse aventure.

De la mousse, du latex et de l’or dans les mains

Valérie Lesort est de celles et ceux qui ont de l’or dans les mains. Enfant mais aussi adulte, elle raffole du Muppet Show : 

Pour moi, c'est la joie de vivre personnifiée. C'est plein d'humour, plein de tendresse aussi. C'est marrant parce que ça me fait pleurer le Muppet Show à cause de la rigueur du travail derrière tout ça. Il y a effectivement ce côté divertissement mais il y a un retour en enfance aussi chez l'invité, chez les spectateurs. Et puis, c'est un travail énorme, c'est à dire qu'ils sont toujours d'une qualité folle. Ça chante bien, ça danse bien... On imagine le travail de tous les manipulateurs derrière ça, un vrai travail d'équipe qui me bouleverse. 

Pourtant, passée par le conservatoire, le cours Florent puis l’Ecole Jacques Lecoq, l'artiste a d’abord une formation de plasticienne et de comédienne. La marionnette intervient ensuite comme un art qui synthétise ses activités. Un stage aux Guignols de l’info et une formation à la Compagnie Philippe Genty, grand maître de la marionnette en France et dans le monde, dans la poche, elle brille depuis pour ses marionnettes hybrides qui affirment le caractère artisanal de son esthétique. 

Je me suis dit que j'aimais les personnages. C'est un peu plus grand que la vie et j'avais envie de faire des effets spéciaux, des monstres.  [...] Le maquillage tout court ne m’intéressait pas énormément parce que rendre les gens beaux, ce n'est pas trop mon truc.  

Le travail de plasticien est énorme. C'est des personnages à créer, c'est ce travail d'équipe qui me revient toujours, cette minutie, et pour le moindre accessoire, ça demande un temps fou de travail.  

Avec elle, l’imagination est toujours au pouvoir. On a pu admirer la fantaisie de son travail dans des longs métrages tels que Le Cinquième Élément de Luc Besson, des pièces de théâtre telles que Musée haut, musée bas de Jean-Michel Ribes au Théâtre du Rond-Point, mais aussi des comédies musicales comme La belle et la bête de Claude Rigal-Ansous, Nicolas Nebot et Ludovic-Alexandre Vidal au Théâtre Mogador. 

J'ai eu une aventure en Angleterre comme plasticienne puis je suis allée au Portugal travailler pour l'Expo universelle, où je suis resté un an. J'ai fait des monstres marins énormes pour l'Expo universelle qui déambulaient. Mais il me manquait toujours quelque chose, en tant que plasticienne je n'étais pas rassasiée et je cherchais ce que j'avais envie de faire là-dedans.  Je me suis dit que c'était peut-être comédienne.  

C'est notre rencontre [avec Christian Hecq] qui nous a porté tous les deux vers la mise en scène.

Seule ou en duo, Valérie Lesort s’est également lancée à la conquête de la mise en scène. En solitaire, elle a récemment signé l’adaptation, la scénographie et la mise en scène de Petite balade aux enfers, adaptation pour tous d’Orphée et Eurydice de Gluck dans le cadre de la deuxième édition de l'opération "Mon premier festival d'Opéra".

Théâtre hybride, artiste bicéphale

Depuis la création de leur série télévisée Monsieur Herck Tévé, Valérie Lesort et Christian Hecq ne se quittent plus, dans le travail comme dans la vie. Lui est un comédien sociétaire à la Comédie Française, célèbre pour son jeu acrobatique et hyper expressif. Elle est une plasticienne inventive, reine des métamorphoses. Leurs savoir-faire scéniques réunis, ils ont notamment signé à quatre mains Vingt mille lieues sous les mers à la Comédie Française, un bijou qui leur vaut le Molière de la Création visuelle et le Prix de la critique 2016. Valérie Lesort nous raconte son duo : 

Toutes mes casquettes, c'est parce que je cherchais et je crois que j'ai trouvé quand j'ai trouvé l'amour. C'est assez beau. C'est à dire que Christian, je l'avais déjà vu au théâtre et il faisait partie des comédiens que j'admirais, et je crois que j'ai trouvé ma muse. Je ne sais pas si ça existe au masculin bizarrement.

Quand je l'ai connu sur "Musée haut, musée bas", j'étais accessoiriste, j'avais aussi fait des sculptures et un énorme Mickey très étrange. Lui cherchait une plante qui bougeait bien parce qu'en fait, ses accessoires, ses costumes, ou même sa perruque ne sont pas des objets, ce sont des partenaires de jeu. On s'est tout de suite très bien entendu là-dessus.  

On doit également au duo Le Domino Noir à l’Opéra royal de Wallonie à Liège et à l’Opéra-Comique, Ercole amante à l’Opéra-comique, ainsi que La Mouche, une pièce librement inspirée de la nouvelle de George Langelaan. Présenté aux Bouffes du Nord, ce spectacle a ravi les curieux pour son univers scénique farfelu, décalé, bricolé. A rebours de l’adaptation de Cronenberg dans son film sorti en 1986, le duo hybride le motif du savant fou qui se transforme en mouche, une histoire inspirée de l’émission Strip-Tease « la Soucoupe et le perroquet ». 

Nous, on veut d'abord très bien comprendre ce qu'on fait. On essaie de le rendre compréhensible pour le public, mais d'abord pour nous. Par exemple, les opéras qu'on a mis en scène, on avait un peu du mal avec l'histoire et on essayait d'être le plus honnête possible avec le public. On veut qu'il comprenne l'histoire donc on prend les choses au pied de la lettre 

Son actualité : Le Cabaret horrifique est en ligne sur le site de TV5 Monde

Présentation :  « A la nuit tombée, si vous l'osez, pénétrez dans la sombre et étroite rue Marivaux, avancez prudemment jusqu'à la porte numéro 8, poussez-la ... (affreux bruit de porte qui grince) ... et rejoignez-nous à bord d'un incroyable train fantôme musical. Lors de votre voyage, arrosé d'hémoglobine et de champagne, vous traverserez toutes sortes d'inquiétants paysages musicaux peuplés de démons, de meurtriers, de fous furieux, de revenants et de rires. » Valérie Lesort

Sons diffusés pendant l'émission :

  • Le cuisinier suédois du Muppet Show, saison 1 épisode 11. 
  • Extrait de la série Monsieur Herck Tévé.
  • “La vie de cocagne”, chanté par Jeanne Moreau en 1963, auteur Serge Rezvani, compositeur Serge Rezvani, Jean-Jacques Robert.
  • “La salsa du démon”, extrait du Cabaret horrifique au Théâtre national de l'Opéra-Comique 2020.
Chroniques
19H20
8 min
Affaire en cours
"La poésie, c'est le postillon"
19H50
6 min
Affaire à suivre
Bonnes nouvelles de Russie
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......