LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Valérie Tong Cuong

Valérie Tong Cuong : "Mes personnages sont toujours un peu fêlés"

55 min
À retrouver dans l'émission

Valérie Tong Cuong est au micro d’Arnaud Laporte le temps d’un entretien au long cours sur ses imaginaires et son parcours, de musicienne avec le groupe Quark à romancière multi-primée. Son dernier roman, "Un Tesson d’éternité", a paru aux éditions JC Lattès.

Valérie Tong Cuong
Valérie Tong Cuong Crédits : Bertrand GUAY - AFP

Valérie Tong Cuong, que l’on a aussi connu sous le pseudonyme de Qvoice lorsqu’elle nous envoûtait par sa voix et ses textes au sein du groupe Quark, est l’auteure d’une douzaine de romans. Son petit dernier, Un tesson d’éternité, a paru chez JC Lattès. Le temps d’un entretien au long cours, elle nous parle de son processus créatif, de la relation entre musique et littérature dans sa carrière, mais aussi de l’univers sombre de ses romans d’où elle fait jaillir la lumière. 

J'ai vraiment déposé une certaine colère dans ce livre. Je parle d'une révolte en regard de la manière dont la société fonctionne avec cette femme, Anna, qui vient d'un milieu extrêmement pauvre. Elle a vécu une vie étroite à tout point de vue. Ca fait d'elle une victime toute choisie parce qu'elle était faible, seule, pas protégée. C'est donc sa condition sociale qui en fait une victime. 

La plume et le micro

Écrivaine en herbe depuis l’enfance, Valérie Tong Cuong, une fois grande, manie d’abord les mots dans une optique publicitaire. Un DESS de Science Politique en poche, elle évolue au planning stratégique d’une entreprise de communication et de publicité durant huit ans, avant de quitter le milieu dès 1994 pour se consacrer à l’écriture et à la musique. 

C'est pour moi deux démarches, deux entrées en mots, en texte, en narration aussi, qui sont complètement différentes. Et je crois que j'ai eu beaucoup de chance de pouvoir pratiquer l'une et l'autre. 

Côté musique, Valérie Tong Cuong est venue sur le tard à la musique, notamment grâce à son mari Éric Tong Cuong qui a cofondé le label indépendant Naïve. À ses côtés, et aussi à ceux de François Lardeau aka StereoQ, elle tient le micro et écrit les paroles du trio Quark de 1997 à 2009, sous le pseudonyme de Qvoice. Le groupe de pop-rock-électro indépendant a su s’imposer dans le paysage par leur musique tantôt sombre, tantôt névrotique, tantôt chic, mais surtout surprenante par son éclectisme. 

Ce qui était très intéressant avec ce groupe Quark, c'est qu'on est arrivé avec trois parcours très différents, trois histoires vraiment riches, et qui étaient quelque part complémentaires. Notre point commun, c'est qu'on était tous très éclectiques, mais notre éclectisme ne s'exprimait pas forcément sur les mêmes territoires. 

Côté littérature, Valérie Tong Cuong signe en 1997 son premier roman, Big, qui raconte l’histoire d’une femme obèse à la première personne. Depuis, elle est l’auteure d’une douzaine de romans et la lauréate de nombreux prix. 

J'ai ressenti que je pouvais offrir quelque chose au lecteur, donc offrir quelque chose au collectif, à autrui. 

Une littérature de la résilience 

Le sauvetage des âmes, tel semble être le projet littéraire poursuivi par Valérie Tong Cuong à travers ses romans successifs. Si ses premiers romans se caractérisaient par une noirceur et un mutisme en lien avec sa propre adolescence, l’espoir s’immisce peu à peu dans les trajectoires dépeintes depuis Providence en 2008. 

Mes premiers écrits étaient encore le produit de toutes ces années qui avaient été très sombres. J'avais une vision très pessimiste de l'existence. D'ailleurs, Big, mon premier roman, s'ouvre sur une citation qui est la suivante : "Il est techniquement impossible d'être optimiste quand on n'a pas d'avenir". C'était cette idée qu'on vient au monde avec un certain nombre de cartes et qu'en fonction des cartes qui vous sont  attribuées, vous avez ou pas un avenir.  

Dans L’Ardoise magique (2010), L’Atelier des miracles (2013), Pardonnable, impardonnable (2015), mais aussi Par amour (2017) et Les guerres intérieures (2019), la romancière s’attache à rompre le silence des sujets tabous qu’elle traite, porter la voix des destins brisés et muets, mais surtout donner à lire des parcours du noir épais vers la lumière.

Je constate que souvent, nos vies avancent de manière importante à l'occasion d'une fracture.

Pour sonder ses personnages avec le plus d’attention possible, l’autrice privilégie la structure narrative du roman choral. Au fil des chapitres, elle passe de personnages cabossés en personnages blessés de l’existence et les accompagne dans l’apprivoisement de leur drames, non sans tendresse. 

La question du basculement me fascine. À quoi ça tient? C'est quelque chose que j'aime regarder parce que finalement, parfois, ça tient à une toute petite chose. C'est vraiment le grain de sable qui arrive sur le chemin. En temps normal, on l'époussette et on peut repartir, c'est lisse et ordonné. Et puis parfois, on n'y arrive pas.

Dans Pardonnable, impardonnable par exemple, une simple chute à vélo révèle les tensions qu’une famille s’efforce de dissimuler tandis que dans Par amour, elle suit la survie quotidienne de héros ordinaires de la ville du Havre pendant la Seconde Guerre mondiale, aux prises avec les bombardements alliés et les évacuations d’enfants en Algérie. 

Son actualité: 

  • Roman : Un tesson d’éternité a paru aux Editions JC Lattès le 18 août 2021.  

Résumé de l'éditeur :
"Anna Gauthier mène une existence à l’abri des tourments entre sa pharmacie, sa villa surplombant la mer et sa famille soudée.
Dans un climat social inflammable, un incident survient et son fils Léo, lycéen sans histoire, se retrouve aux prises avec la justice. Anna assiste impuissante à l’écroulement de son monde, bâti brique après brique, après avoir mesuré chacun de ses actes pour en garder le contrôle.
Qu’advient-il lorsqu’un grain de sable vient enrayer la machine et fait voler en éclats les apparences le temps d’un été ?
À travers un portrait de femme foudroyant d’intensité et d’émotion, Un tesson d’éternité remonte le fil de la vie d’Anna et interroge en un souffle la part emmurée d’une enfance sacrifiée qui ne devait jamais rejaillir"

Sons diffusés pendant l'émission :

  • Ex Lion Tamer de Wire sur leur premier album Pink Flag en 1977 / Label Harvest /EMI.
  • L’orage d’Etienne Daho sur l’album Réévolution en 2003 / label Virgin.
  • Les âmes passent de Quark sur l'album Sombre extase en 2003 / Label Naïve.
Chroniques
19H20
6 min
Affaire en cours
"Aux frontières de l’humain" : l’ambitieuse exposition du Musée de l’Homme
19H50
5 min
Affaire à suivre
A Lyon, la mémoire de Beyrouth sur scène
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......