LE DIRECT
Vincent Dedienne

Vincent Dedienne : "J'ai à cœur que l'humour soit toujours une politesse"

39 min
À retrouver dans l'émission

En mai 2021, Vincent Dedienne revenait, au micro d'Arnaud Laporte et à l'occasion de la sortie du film L’Etreinte de Ludovic Bergery dont il tient l'un des rôles principaux sur son parcours et sa passion, aussi bien pour le jeu que pour l’écriture.

Vincent Dedienne
Vincent Dedienne Crédits : Loïc Venance - AFP

Le 19 mai, sortira en salles L’Etreinte de Ludovic Bergery. L’occasion pour Vincent Dedienne qui y tient l'un des rôles principaux, de revenir, au micro d’Arnaud Laporte sur son parcours de comédien et sa passion, aussi bien pour le jeu que pour l’écriture.

Vincent Dedienne démarrera en septembre la tournée de son nouveau seul en scène Un Soir de Gala, que l'on pourra également découvrir au Théâtre des Bouffes du Nord, à Paris, du 22 décembre au 29 janvier. Toutes les dates de la tournée sont à retrouver ici

Être sur scène, une vocation

Dès son plus jeune âge, Vincent Dedienne rêve de faire du théâtre. C’est d’abord l’humour et les spectacles de Muriel Robin qui le séduisent via la découverte d'une cassette de l'humoriste. 

C'est une déflagration, en fait. D'abord parce que sur la jaquette de cette VHS, il y avait trois fois le visage de Muriel Robin et j'ai tout de suite été attiré, comme un coup de foudre, par ce visage qui me semblait être vraiment un visage de clown. Je pense qu'enfant, soit on a très peur des clowns, soit on est très attiré. Moi, j'ai été très attiré tout en étant un peu intimidé et effrayé, parce que je sentais, ce que Muriel Robin n'a pas cessé de confirmer après, qu'elle était double, qu'il avait ce grand pouvoir extraterrestre comique et en même temps une grande douleur.

Puis, Vincent Dedienne plonge dans la littérature et prend goût aux mots et à l’écriture. Encouragé par ses professeures, il suit des cours de théâtre au lycée, avant de rejoindre une petite école de théâtre de Lyon puis La Comédie de Saint-Etienne. Il fait alors ses premiers pas sur scène aux côtés de metteurs en scène comme François Rancillac, Jean-Claude Berutti ou encore Ahmed Madani.

Les options théâtre sont en danger, elles sont menacées d'année en année. Je pense que bientôt, il n'y aura plus d'éducation artistique dans les écoles, les collèges et lycées. Et pourtant, c'est vraiment salutaire. Moi, ça m'a fait un bien fou et puis ça m'a vraiment appris à communiquer avec les autres. J'avais besoin de m'exprimer, mais je ne pouvais pas le faire ni en sport, ni en arts plastiques, ni en physique, donc heureusement qu'il y avait l'option théâtre. 

Vers l’écriture

A partir de 2011, Vincent Dedienne commence à écrire son premier seul en scène, S’il se passe quelque chose, puisant dans ses journaux intimes de collégien ainsi que dans la rupture amoureuse qu’il vient de vivre. Pour ce spectacle, créé en 2013, Vincent Dedienne remporte en 2017 le Molière de l’humour. 

Plus on joue, mieux on est. En tout cas, sur 437 représentations, je ne me suis pas senti une seule fois menacé par le pilotage automatique ou par l'ennui.

En parallèle, à partir de 2014, il réalise également des chroniques humoristiques pour la télévision (Canal ) ainsi que pour la radio (France Inter). 

Je trouve ça très gentil d'être drôle. Quand je rencontre quelqu’un de drôle, je me dis "C'est vraiment gentil de nous faire ça". La vie est tellement parfois grise que les gens drôles sont des gens très polis.

Depuis, Vincent Dedienne a délaissé son activité de chroniqueur pour se consacrer au théâtre. Il interprète notamment le rôle d’Arlequin dans Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux mis en scène par Catherine Hiegel pour lequel il remporte en 2018 le Globe de Cristal du meilleur acteur. En 2020 il crée avec Catherine Frot La Carpe et le Lapin, un spectacle présenté au Théâtre de la Porte Saint Martin.
Vincent Dedienne a également joué au cinéma et sera bientôt à l'affiche de L’Etreinte de Ludovic Bergery, aux côtés d’Emmanuelle Béart.

J'étais bon élève donc je me suis toujours dit que j'étais plus ou moins intello quand même. Mais plus ça va, plus le sens et l'intelligence m'ennuient et plus je me dis que tout est affaire de musique. Il suffit d'avoir la mélodie.

La chasse au trésor que c'est de trouver le bon rythme et la bonne mélodie, m'excite de plus en plus par rapport à la chasse au trésor du sens.

Rediffusion de l'entretien du 12 mai 2021

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......