LE DIRECT
Un propulseur de fusée Soyouz-2.1b avec 36 satellites britanniques OneWeb décolle de la rampe de lancement du cosmodrome de Vostochny à l'extérieur de la ville d'Uglegorsk, le 18 décembre 2020.

La tête dans les étoiles

57 min
À retrouver dans l'émission

Comment interpréter la prouesse de la Chine qui a planté, cinquante-ans après les États-Unis, son drapeau sur la Lune ?

Un propulseur de fusée Soyouz-2.1b avec 36 satellites britanniques OneWeb décolle de la rampe de lancement du cosmodrome de Vostochny à l'extérieur de la ville d'Uglegorsk, le 18 décembre 2020.
Un propulseur de fusée Soyouz-2.1b avec 36 satellites britanniques OneWeb décolle de la rampe de lancement du cosmodrome de Vostochny à l'extérieur de la ville d'Uglegorsk, le 18 décembre 2020. Crédits : Handout / Russian Space Agency Roscosmos / AFP - AFP

Nous voilà presque à Noël, l’année a été rude et pendant quelques jours on aimerait avoir la tête dans les étoiles, rêver à la lune ou plus loin encore, oublier cette Terre si malmenée et ses affrontements incessants. Seulement voilà, l’espace aussi est le théâtre des rivalités d’ici-bas. Elles permettent de franchir de nouveaux paliers dans notre connaissance du cosmos, les progrès sont exaltants même si à leur tour d’autres enjeux se multiplient. 

Voyages intergalactiques

L’exploration du cosmos s’accélère et change de nature. En dix ans, les investissements ont presque triplé, le secteur privé en assure la moitié, les horizons se sont élargis, ce sera Mars et non pas Vénus, où les indices d’une forme de vie possible se sont évanouis. Soixante-dix pays lancent maintenant des satellites – chaque jour, vous et moi, avec notre seul téléphone portable, en utilisons une quarantaine. Voyages intergalactiques, tourisme lunaire : c’est encore de la science fiction, ce sont déjà de nouveaux terrains de compétition, sinon d’affrontement, où les calculs économiques rejoignent les enjeux stratégiques, géopolitiques et éthiques. 

Cinquante ans après les États-Unis, la Chine vient de planter son drapeau sur la Lune et réussit à rapporter des échantillons de sa face cachée. Dans quel but ? Les États-Unis relancent leur programme Artémis pour y établir une présence humaine permanente et accélérer le voyage vers Mars, l’Agence spatiale européenne y est associée, l’Inde, les Émirats Arabes Unis affichent leurs ambitions, le Japon vient de réussir l’exploration d’un astéroïde proche de Mars, alors que la Russie semble marquer le pas. La Lune est-elle la nouvelle frontière, va-t-on vers une économie lunaire, avec des activités développées sur place ? 

Elon Musk, cet entrepreneur américain que l’on prenait pour un fou, a-t-il bouleversé le secteur ? Les États-Unis et la Chine ont-ils un intérêt mutuel à reproduire dans l’espace une confrontation qui se durcit ? Comment réguler l’espace utile, qui conditionne désormais le potentiel économique et technologique de notre planète ? Quelle stratégie pour l’Europe ?

Intervenants
  • géographe, directrice de recherches CNRS Centre Alexandre Koyré, spécialiste des questions de géopolitique de l'espace et des politiques spatiales.
  • Directeur de la Fondation pour la recherche stratégique et spécialiste de l’espace
  • responsable du pôle Asie à la Fondation pour la Recherche Stratégique
  • Chercheuse au Centre Emile Durkheim à Bordeaux et enseignante à l'Université d’État de Saint-Pétersbourg
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......