LE DIRECT
L’obésité tue trois fois plus que la famine dans le monde. Quels sont les enjeux de la pandémie d'obésité dans le monde?

Géopolitique de l'obésité

58 min
À retrouver dans l'émission

Quels sont les enjeux de la pandémie d'obésité dans le monde? Pourquoi l'obésité apparaît-elle comme une maladie de la transition ? Quels sont les nouveaux pays touchés par le surpoids et l'obésité?

L’obésité tue trois fois plus que la famine dans le monde. Quels sont les enjeux de la pandémie d'obésité dans le monde?
L’obésité tue trois fois plus que la famine dans le monde. Quels sont les enjeux de la pandémie d'obésité dans le monde? Crédits : Paulus Rusyanto / EyeEm - Getty

Autour de Christine Ockrent :

Avec Francesca Colombo, chef de la division Santé à l'OCDE. L'OCDE a publié en 2017 le Panorama de la santé.

Arnaud Basdevant, Professeur émérite,  Chef du service de Nutrition à l'hôpital Pitié-Salpêtrière. Il a dirigé l’ouvrage collectif de référence, Traité médecine et de chirurgie de l'obésité aux editions Lavoisier-Médecine Sciences, en 2011.

Georges Vigarello, historien-anthropologue, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales. Il a notamment publié Les métamorphoses du gras : histoire de l'obésité du Moyen Age au XXe siècle (au Seuil en 2010 et en Points Seuil en 2017).

Fabrice Etilé, Professeur associé à l’Ecole d’économie de Paris et Directeur de recherche INRA. Il a notamment publié Obésité : santé publique et populisme alimentaire en  2013 aux éditions Rue d'Ulm (Collection du Cepremap, n° 30)

Laurent Barrat,  responsable veille et analyse de données, expert en intelligence économique et il a co-publié Globésité, la grande désinformation de l'industrie agroalimentaire (Va Editions en 2017).

La chronique d'Eric Chol de Courrier International

L’Amérique  Latine est particulièrement touchée et cherche des moyens de lutter contre l’obésité :Au Mexique raconte le New York Times, on comptait 7% de personnes obèses en 1980 : ce taux aujourd’hui a triplé, au point que le diabète est devenu la première cause de mortalité dans ce pays, faisant plus de 80 000 morts par an. Et l’un des accélérateurs de cette évolution, raconte le journal, a été l’entrée du Mexique en 1994 dans l’Alena, cet accord commercial entre le Mexique, les Etats-Unis et le Canada. 

« A l’époque, raconte le New-York Times, les opposants mexicains à cette accord craignaient que leur pays perde son indépendance culturelle et économique mais peu avait prédit que cette adhésion à l’Alena allait transformer les coutumes alimentaires et l’économie qui va avec en une sorte de miroir des Etats-Unis ». 

Des milliards de dollars sont venus s’investir dans l’industrie-agroalimentaire mexicaine provoquant une révolution dans les assiettes. Il s’est passé peu ou prou la même chose dans la plupart des  pays d’Amérique Latine, où par exemple les ventes de sodas ont doublé depuis l’an 2000, avec des volumes qui dépassent depuis déjà plusieurs années ceux d’Amérique du Nord. Au Chili, où les trois cinquièmes des adultes sont en surpoids ou souffrent d’obésité, le gouvernement a pris le taureau par les cornes, en déclarant la guerre à la mal-bouffe. Ca n’a pas été facile, et il a fallu ferrailler pendant des années contre les lobbies industriel, raconte le New-York Times dans une grande enquête sur le cas chilien, mais finalement, le gouvernement de Michele Bachelet a réussi à faire adopter une loi il y a deux ans, loi qui suscite l’admiration un peu partout dans  le monde. Le texte vise en particulier les fabricants agrolimentaires. Ainsi, raconte le journal, elle impose des restrictions en terme de marketing et de publicité, l’obligation de modifier les étiquettes de très nombreux produits. C’est ainsi que le géant Kellog’s a dû retirer ces personnages de dessins animés de ses boîtes  de céréales sucrées, les Kinder Suprises ont été retirés de la vente. Quant à toutes ces tentations que représentent les glaces, les chocolats, ou les chips, elles ne peuvent plus être commercialisées dans les écoles. Les annonceurs publicitaires n’ont plus le droit de diffuser de spots dans des programmes télévisés destinés  aux enfants, détaille encore le New York Times. Enfin, cerise sur le gâteau, ou plutôt dans les verres de cola, les boissons à forte teneur en sucre sont soumises à une taxe de 18%, « la taxe soda la plus élevée au monde », insiste le journaliste. Cette loi, adoptée il y a deux ans, est encore trop récente pour afficher des résultats. Et il y a aussi un risque que le nouveau président Pinera, qui va succéder à Michele Bachelet au mois de mars et qui s’était opposé dans le passé au projet de loi, se montre moins féroce à l’égard des lobbies industriels. Mais selon les experts  nutritionnistes, souligne le journal, ces mesures prises par le Chili sont les plus ambitieuses au monde pour changer les habitudes alimenatires d’un pays et lutter contre l’obésité. La Chine aussi n’échappe pas au fléau…Bien entendu, et par un effet de taille, la Chine se retrouve sur le podium mondial de l’obésité : le journal de Hongkong, le South China Morning Post  qui cite une étude américaine, rappelle que la Chine abrite le plus grand nombre d’enfants obèses au monde –plus de 15 millions. Interrogé par le journal, le professeur Ma Guangsheng de l’Université de Pékin explique cette évolution inquiétante par les changements de comportements, en particulier, chez les jeunes. Selon lui, de moins en moins d’enfants se rendent à l’école à vélo ou à pied, et la pression du système scolaire est telle que les élèves passent de moins en moins de temps à pratiquer des activités extérieures. Si on ajoute les changements d’habitudes alimentaires – les enfants qui sautent le petit déjeuner, les snack du midi ou la diffusion des sodas - on comprend pourquoi les enfants chinois prennent du poids, résume le South China Morning Post.

Intervenants
  • Francesca Colombo, chef de la division Santé à l'OCDE
  • historien et directeur d’études à l’EHESS
  • Directeur de recherche de l’Inra au sein de l’Unité “Alimentation et sciences sociales”, il enseigne aussi à l’Ecole d’économie de Paris
  • Responsable veille et analyse de données, expert en intelligence économique
  • Directeur de la rédaction de l'Express
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......