LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours lors d'une session du Forum international de la Semaine russe de l'énergie à Moscou le 13 octobre 2021.

L'arme du gaz

57 min
À retrouver dans l'émission

Alors qu'un sommet Ukraine-UE s'est clôturé cette semaine, comment cette énergie est-elle utilisée, aujourd'hui, comme un puissant levier géopolitique entre l'Europe et la Russie ?

Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours lors d'une session du Forum international de la Semaine russe de l'énergie à Moscou le 13 octobre 2021.
Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours lors d'une session du Forum international de la Semaine russe de l'énergie à Moscou le 13 octobre 2021. Crédits : Mikhail METZEL - AFP

Souvenez-vous, tout au long de l’année dernière nous nous interrogions sur le monde d’après : nous y sommes, et sa  première caractéristique est une crise de l’énergie, une crise massive  et planétaire qui frappe directement les consommateurs. De l’Asie à la France et à l’Europe en passant par les États-Unis, le rebond des économies est tel que la demande s’envole, et les prix aussi. Depuis le mois de mai dernier, le coût du panier des énergies fossiles pétrole,  charbon et gaz a gonflé de 95%. 

Ouvrir les vannes 

Sur le marché du gaz, particulièrement volatile et dépourvu de capacités de stockage  suffisantes, il y a un gagnant, qui s’appelle Vladimir Poutine. Assis sur de gigantesques réserves, le président russe ne déteste pas jouer avec les nerfs et les bourses des Européens tout en les assurant de sa  parfaite bonne volonté à leur ouvrir les vannes. 

Son objectif : en tirer le meilleur profit géopolitique, accélérer la mise en œuvre du gazoduc  NordStream 2, qui priverait l’Ukraine d’une partie des revenus de  transit, et capitaliser au profit du trésor public la rente de situation de Gazprom. 

Au niveau européen, la Commission prépare des propositions  pour le sommet des chefs d’état et de gouvernement de la semaine  prochaine. L’Espagne propose des achats de gaz en commun – la France est contre, pourquoi ? Comment réagissent les autres grands acteurs, à commencer par les Etats-Unis et la Chine ? 

Tant que les énergies renouvelables demeurent insuffisantes, outre le nucléaire, il faudrait assurer la transition du pétrole et du charbon, en plein essor à  nouveau, vers le gaz. Comment résoudre les multiples incohérences  de nos politiques énergétiques tout en réduisant les émissions de  dioxyde de carbone et convaincre les opinions publiques ? Dans quinze jours, à Glasgow, la COP26, la conférence de l’ONU sur le changement climatique, doit confirmer les multiples engagements vers l’énergie propre. Mission impossible ?

Christine Ockrent reçoit Anna Créti, professeure d’économie à l’université Paris Dauphine et membre du Centre de  géopolitique de l'énergie et des matières premières rattaché au  Laboratoire d'économie de Dauphine. 

Julien Vercueil, maître de conférences en sciences économiques à l’INALCO  

Igor Iourgens, directeur de l’Institut de développement contemporain 

Thierry Bros, professeur à Sciences Po, spécialiste de l'énergie 

Intervenants
  • professeure d’économie à l’université Paris Dauphine et membre du Centre de géopolitique de l'énergie et des matières premières rattaché au Laboratoire d'économie de Dauphine.
  • Maître de conférences en sciences économiques, INALCO, Rédacteur en chef adjoint de la Revue de la Régulation
  • directeur de l’Institut de développement contemporain
  • Professeur à Sciences Po, spécialiste de l'énergie
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......