LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
NEWRY, NORTHERN IRELAND - FEBRUARY 02: A bus crossing along the border between Northern and southern Ireland passes a sign campaigning against a so called hard Brexit, on February 2, 2017 in Newry, Northern Ireland.

Le Brexit et la question irlandaise

58 min
À retrouver dans l'émission

Quelles sont les conséquences du Brexit sur la relation entre la Grande Bretagne, l'Irlande et l'Union Européenne? Quels sont les enjeux autour de la frontière entre les deux Irlande et quels sont les dangers pour la paix et la prospérité qui s'étaient installées après des années de violences ?

NEWRY, NORTHERN IRELAND - FEBRUARY 02: A bus crossing along the border between Northern and southern Ireland passes a sign campaigning against a so called hard Brexit, on February 2, 2017 in Newry, Northern Ireland.
NEWRY, NORTHERN IRELAND - FEBRUARY 02: A bus crossing along the border between Northern and southern Ireland passes a sign campaigning against a so called hard Brexit, on February 2, 2017 in Newry, Northern Ireland. Crédits : Charles McQuillan/Getty Images - Getty

Autour de Christine Ockrent : 

Robert Frank, professeur émérite à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialiste de l’histoire européenne et des relations internationales. Il a dirigé Pour l'histoire des relations internationales (PUF 2012) et il a publié _Le prix du réarmement français : 1935-193_9, aux Editions de la Sorbonne, en 2017.

En duplex depuis Lyon, Emma Bell, Professeure en civilisation britannique, Université Savoie Mont Blanc, elle a publié avec Jean-Marie Ruiz  “Les nouvelles formes de contestations (anthologie de textes) aux éditions Université de Savoie, Laboratoire LLSETI.

Charles Grant, Directeur du Center for European Reform (CER) de Londres (par téléphone)

Thierry Mayer, Professeur d'économie à Sciences-Po, conseiller scientifique au CEPII et fellow au CEPR (par téléphone)

La relation entre l’Angleterre et l’Irlande, vue par Fintan O'Toole et le regard de la presse britannique sur la frontière entre les deux Irlande...

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

La revue de presse d'Eric Chol, Rédacteur en chef de Courrier International :

Entre l’Irlande et Angleterre la relation a longtemps été très compliquée, et même hostile. Un journaliste irlandais commente cette relation.  

A 60 ans, Fintan O’Toole est certainement le chroniqueur irlandais le plus influent de sa génération. L’an passé, il a reçu le  prix Orwell du meilleur journaliste de l’année pour ses chroniques sur le vote du Brexit et ses conséquences. Et dans un long article,  publié dans le Irish Times, il raconte  avec beaucoup de style mais aussi de souvenirs familiaux cette relation entre l’Angleterre et l’Irlande, aujourd’hui si proches, mais ça n’a pas toujours été le cas. 

"D’après mes cours d’histoire, je savais que les Anglais n’avaient fait que des misères aux Irlandais, écrit en préambule Fintan O’Tool.  Et je savais que le cœur de cette méchanceté était le protestantisme. On ne savait pas à quoi s’attendre avec ces gens là, si ce n’est au pire".

L’écrivain, qui est né à Dublin, et a été élevé avec cette identité irlandaise forte, et voici comment il la résume, 

"selon la culture officielle telle qu’elle existait dans ma jeunesse, l’Irlande était tout ce que ne n’était pas l’Angleterre". 

Celle-ci était protestante, l’Irlande catholique. Elle était « industrielle », 

« l’Irlande devait  s’énorgueillir de son économie sous-développée », l’Angleterre était « urbaine », l’Irlande devait donc être « rustique ». « Ils étaient anglo-saxons, nous étions celtes », poursuit l’auteur. 

Mais Fintan O'Tool n’est pas dupe, il admet que cette opposition était surtout de façade, et que la réalité était tout autre. 

Surtout, écrit-il, 

"cette idée d’une Irlande et d’une Angleterre contraires est depuis longtemps révolue"

Car à ses yeux, les antagonismes d’hier ont cédé le pas à « une coopération intense ». 

"Nos rapports se sont normalisés en un vivre ensemble cordial, écrit Finatn O’Tool, un voisinage pour l’essentiel sans histoire. Après des siècles de rancœur, voilà qui tient de l’exploit". 

Mais cette proximité qu’il loue risque d’être aujourd’hui remise en cause ?

Borderlands: A disused border post near Newry. (Photo illustrant l'article de Fintan O'Tool, "Five books to understand the Irish Border", The Guardian, 9 avril 2018)
Borderlands: A disused border post near Newry. (Photo illustrant l'article de Fintan O'Tool, "Five books to understand the Irish Border", The Guardian, 9 avril 2018) Crédits : Getty Images - Getty

Et c’est bien ce paradoxe que souligne l‘auteur : 

"Jamais la mer d’Irlande n’a paru si étroite, et ses deux rives si semblables. Pourtant, l’Irlande et la Grande Bretagne pourraient se retrouver plus éloignées que jamais, divisées par une frontière européenne". 

Cette frontière, nous dit Fintan O’Tool, les Irlandais en ont rêvé à une  époque : 

"rien n’aurait pu faire plus plaisir aux nationalistes que de voir s’élever entre l’Irlande et la Grande Bretagne les plus infranchissables des barrières."

Mais cette revendication appartient au passé,  et aujourd’hui, écrit l’auteur, 

"on serait bien en peine de trouver en Irlande une seule personne qui ne serait pas navrée par la situation actuelle et ce scénario du retour d’une frontière". 

La presse britannique aussi s’intéresse à cette frontière :

 ‘The border is in the water somewhere.’ The view over Lough Foyle, at the border’s north-western end. Photo illustrant la chronique de Garrett Carr, (The Guardian)
‘The border is in the water somewhere.’ The view over Lough Foyle, at the border’s north-western end. Photo illustrant la chronique de Garrett Carr, (The Guardian) Crédits : Markus Keller/Alamy

Le journaliste Garett Carr du Guardian connaît bien cette  frontière, celle qui sépare les deux Irlandes, puisqu’il a longé a pied cette frontière sur ses 499 kilomètres. Un paysage rural, des fermes, des marais, des bois décrit-il.  La ligne elle même est invisible :

« j’ai eu l’impression que le Nord et le Sud réapprenait à se connaître », poursuit-il faisant allusion aux accords de paix signés il y a tout juste vingt ans. 

« L’une des grandes richesses de l’accord du Vendredi saint est qu’il a permis aux conversations de passer à autre chose. Il n’y avait plus besoin de choisir un camp. La plupart des conversations gravitaient autour de sujets consensuels : l’intérêt de la paix et d ‘une frontière ouverte ». 

Aujourd’hui, cette ligne invisible dont parle le Guardian menace de réapparaitre, en devenant la seule frontière terrestre entre l’Union Européenne et le Royaume Uni. 

Pour prolonger : 

The Guardian Opinion : I’ve walked the Irish border – Brexiters are trampling on fragile territory, Garrett Carr

The Irish Times,Fintan O’Toole: "Five books to understand the Irish Border", Essential reading: From bleak pictures at border towns, to the threat of a return to a raw and recent past, Mon, Apr 9, 2018.

Emma Bell, Soft Power and Freedom under the Coalition, Basingstoke et New York, Palgrave Macmillan, 2015.

Emma Bell a donné une éclairante interview à Cecile Réto pour Ouest France, "Brexit. En Irlande, la menace sur la paix est réelle" accompagnée des deux photos ci-après : 

A Derry, les murs peints du quartier catholique du Bogside rappellent l’enfer de la guerre civile, qui a fait 3 500 dans le pays. Meurtrie par le passé, la ville de Derry peine encore à refermer les plaies de la guerre.
A Derry, les murs peints du quartier catholique du Bogside rappellent l’enfer de la guerre civile, qui a fait 3 500 dans le pays. Meurtrie par le passé, la ville de Derry peine encore à refermer les plaies de la guerre. Crédits : Ouest-France / Cécile Réto
  • Sur le Brexit :
Le résultat du référendum Royaume-Uni Brexit Vector illustration of the map of The United Kingdom with the results from the European Union Membership referendum in 2016, par Calvin Dexter  (image libre de droits)
Le résultat du référendum Royaume-Uni Brexit Vector illustration of the map of The United Kingdom with the results from the European Union Membership referendum in 2016, par Calvin Dexter (image libre de droits) Crédits : Calvin Dexter/DigitalVision Vectors/Getty - Getty

Bertrand Simonet, Le Royaume-Uni : décompositions et recompositions, Recherches internationales, numéro spécial sur le Royaume-Uni, n°109, avril-juin 2017

  • Sur l'Irlande du Nord :

John Garry, The EU Referendum Vote in Northern Ireland : Implications for our understanding of citizens’ political views and behaviour, Queens’ University Belfast, 2017

Jonny Byrne (et al.), Public Attitudes to Peace Walls, Department of Justice Northern Ireland, Ulster University, 2015

John Garry et Kevin McNicholl, Understanding the ‘Northern Irish’ Identity, Queens’ University Belfast, 2016

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......