LE DIRECT
Manifestation contre la rencontre entre le Président de Taïwan et le Président chinois Xi Jinping à Singapour le 7 novembre 2015 à Taipei, Taiwan.

Les deux Chine : Taïwan face à Xi Jinping

59 min
À retrouver dans l'émission

Le 2 janvier 2019, Xi Jinping réaffirmait sa volonté de récupérer Taiwan, au besoin par la force & d'appliquer le modèle de Hong Kong, "1 pays, 2 systèmes". Hors de question, répliquait Mme Tsai, présidente de Taiwan, insistant sur les valeurs démocratiques de son pays. Comment Taiwan peut-il tenir?

Manifestation contre la rencontre entre le Président de Taïwan et le Président chinois Xi Jinping à Singapour le 7 novembre 2015 à Taipei, Taiwan.
Manifestation contre la rencontre entre le Président de Taïwan et le Président chinois Xi Jinping à Singapour le 7 novembre 2015 à Taipei, Taiwan. Crédits : Photo by Ashley Pon/Getty Images - Getty

Le détroit de Formose est le théâtre de fortes tensions : d'un côté Taiwan, démocratie au statut international ambigu et de l'autre, la République Populaire de Chine, régime de plus en plus autoritaire, qui réaffirme ses ambitions hégémoniques.

La République de Chine, nom officiel de Taiwan,  représente la 21ème économie mondiale : jusqu'où peut aller le soutien diplomatique et militaire des Etats-Unis en pleine guerre commerciale avec la Chine? Quelle est la stratégie de Pékin pour accroître son influence et son hégémonie sur les différents théâtres asiatiques ? 

Mathieu Duchâtel, Docteur en Science-Politique, Directeur du programme Asie à l'Institut Montaigne. Il a publié Géopolitique de la Chine dans le collection Que Sais-je ? aux PUF en 2017.

Stéphane Corcuff, sinologue et maître de conférences à Sciences Po Lyon, il a notamment publié Une tablette aux ancêtres (étude d'anthropologie de la croyance et du culte des ancêtres dans le monde chinois) aux éditions L'Asiathèque, Maison des langues du monde en 2015. 

Françoise Nicolas, économiste, Directrice du Centre Asie de l'Institut français des relations internationales. Elle a contribué récemment à la publication "La France face aux Nouvelles routes de la soie chinoises" sous la direction de Alice Ekman aux Etudes de l'Ifri en octobre 2018.

Benoît de Tréglodé, Directeur de recherche et responsable du domaine Questions régionales Sud, à l'Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire (IRSEM). Il a dirigé avec Nathalie Fau Mers d'Asie du Sud-Est : coopérations, intégration et sécurité aux éditions du CNRS en 2018.

Valérie Niquet, responsable du pôle Asie à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS). Elle a publié La puissance chinoise en 100 questions, chez Tallandier en 2017.

Les défis de Madame Tsai, première présidente de Taiwan

Présidente et leader du Parti progressiste démocratique, Tsai Ing-wen appelle au soutien du candidat du parti, le maire de la ville de Kaohsiung Chen Chi-mai, le 23 novembre 2018 à Kaohsiung, Taiwan.
Présidente et leader du Parti progressiste démocratique, Tsai Ing-wen appelle au soutien du candidat du parti, le maire de la ville de Kaohsiung Chen Chi-mai, le 23 novembre 2018 à Kaohsiung, Taiwan. Crédits : Photo par The Asahi Shimbun/The Asahi Shimbun - Getty

La chronique d'Eric Chol, Directeur de la rédaction de Courrier International

Tsai Ing-wen est depuis trois ans à la tête de Taiwan et c’est déja une rescapée de la politique.

Paradoxalement, elle peut dire merci à son pire ennemi, le numéro un chinois Xi Jinping. Car en l’espace de quelques semaines, elle vient d’enregistrer un bond de dix points dans les sondages, rapporte le journal Tapei Times. 

« Cette hausse est intervenue dans la foulée du discours du président chinois du 2 janvier à propos de Taiwan , précise le quotidien. Le taux d’approbation de Tsai Ing-wen, qui avait chuté à 24,3%, est remonté à son plus haut niveau depuis 6 mois, grâce à la fermeté de sa réponse après le  discours de Xi », poursuit le journal.

Une bannière se reflète dans une surface polie alors que le président chinois Xi Jinping (au centre) assiste à la commémoration du 40e anniversaire du Message aux compatriotes à Taïwan au Grand Hall du peuple le 2 janvier 2019 à Pékin, en Chine.
Une bannière se reflète dans une surface polie alors que le président chinois Xi Jinping (au centre) assiste à la commémoration du 40e anniversaire du Message aux compatriotes à Taïwan au Grand Hall du peuple le 2 janvier 2019 à Pékin, en Chine. Crédits : Photo par Mark Schiefelbein-Pool/Getty Images - Getty

De quoi redonner un peu d’oxygène à la présidente Taiwanaise, très affaiblie depuis la défaite électorale de son propre parti en octobre dernier. Cette femme de 62 ans,  qui est devenue en  2016 la première présidente de Taiwan, mais aussi, rappelle le Financial Times, la première femme a diriger une nation de langue chinoise depuis  l’impératrice Wu Zetian au VIIeme siècle, refuse de se laisser impressionner par la ligne dure empruntée par Pékin. 

Une attitude qui suscite l’admiration des 23 millions de taiwanais, note le New York Times, qui raconte que 

« des mots d’encouragement pour Madame Tsai innondent les réseaux sociaux de l’ile. L’un d’entre eux, poursuit le journal américain, est même devenu viral : il  la dépeint comme une mère protégeant son enfant face à un tyran. ». 

Cette  politique de défense de l’identité de Taiwan tranche avec celle menée par son prédécesseur Ma Ying Jeou, qui, avec son parti, le Kuomintang, jouait, lui, la carte du rapprochement avec la Chine populaire. Dès son élection, Tsai Ing-wen a promis une « nouvelle ère »: trois ans après son arrivée au pouvoir, cette juriste de formation, diplomé de la prestigieuse London School of economics, continue de faire valoir sa différence, quitte à irriter Pékin. 

Sur le plan intérieur, la présidente doit pourtant surmonter plusieurs obstacles... 

Tsai Ing Wen s’était en effet engagée à moderniser  l’économie du pays.  Une tache indispensable, selon le  South China Morning Post, puisque certains fonds de retraites sont menacés de faillite d’ici 2020. La présidente a promis qu’elle allait poursuivre les réformes en assurant que la population en verrait bientôt les bénéfices. Elle s’est attaquée aux retraites, mais aussi aux lois sur le travail. Conséquence : sa popularité a fortement chuté l’an passé, sans pourtant qu’en apparence, ça l’atteigne, écrit le Taipei Times, qui cite la présidente. 

« Ce qui compte, dit-elle c’est de savoir si vous avez fait de votre mieux pour atteindre vos objectifs ». 

La question que tout le monde se pose, à présent, c’est de savoir si cette admiratrice d’Angela Merkel pourra compter sur son regain actuel de popularité ? Le journal hongkongais Mingpao se montre sceptique : 

« Entre les pressions renforcées du continent pour la réunification d’un côté, la montée du sentiment d’urgence du clan indépendantiste de l’autre, Tsai Ing-wen dispose d’une marge de manœuvre politique très réduite », peut-on lire. 

Après les élections perdues de cet automne, Tsai-ing Wen  doit retrouver le charisme qui lui avait permis d’emporter la présidentielle de 2016 en surmontant les divisions au sein de sa propre formation, le parti démocrate progressiste . 

Mais au delà des querelles politiques locales, ce qui compte le plus c’est la confiance que cette ancienne professeur de droit, qui vit seule avec ses deux chats –ils sont très populaires au point d’avoir une page wikipédia- inspire au peuple taiwanais. Or comme le résume un politologue de Taipei, interviewé par le New York Times, 

« la réponse de Madame Tsai à Pékin a paru très présidentielle ». 

A un an du prochain scrutin présidentiel, nul doute que cette attitude devrait continuer à lui servir

Bibliographie

Une tablette aux ancêtres, S. Corcuff

Une tablette aux ancêtresL'Asiathèque, Maison des langues du monde , 2015

Intervenants
  • docteur en Science-Politique, directeur du programme Asie à l'Institut Montaigne.
  • spécialiste du monde chinois, maître de conférences à Sciences-Po Lyon.
  • Directrice du Centre Asie de l'Institut français des relations internationales (Ifri) et chercheur associée à l'université Paris-Est Marne-la-Vallée.
  • historien, directeur de recherche à l'Institut de recherche stratégique de l'École militaire (IRSEM).
  • responsable du pôle Asie à la Fondation pour la Recherche Stratégique
  • Directeur de la rédaction de l'Express
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......