LE DIRECT
14 Etats vont voter mardi 3 mars à l'occasion du Super Tuesday, comme ici, à Universal City en Californie

Présidentielle américaine : le tournant démocrate

58 min
À retrouver dans l'émission

La campagne présidentielle aux Etats-Unis bat son plein, avec un camp démocrate qui multiplie les meetings. Ce n'est pas la dernière ligne droite, mais assurément un tournant : mardi aura lieu le "Super Tuesday", où quatorze Etats votent la même journée.

14 Etats vont voter mardi 3 mars à l'occasion du Super Tuesday, comme ici, à Universal City en Californie
14 Etats vont voter mardi 3 mars à l'occasion du Super Tuesday, comme ici, à Universal City en Californie Crédits : Mario Tama - AFP

Le scrutin n'aura lieu que dans huit mois aux Etats-Unis et, déjà, le duel se précise. Du côté des Républicains, personne n'a l'inconscience de s'opposer à Donald Trump, candidat permanent à sa réélection depuis le premier jour de son mandat en 2017. Côté démocrate, mardi 3 mars que sera confirmée l'identité du champion qui devrait affronter le président sortant. Mais on peut noter d'ores et déjà certaines tendances, notamment la chute dans les sondages de Joe Biden, le candidat centriste. C'est ce qu'indique Laurence Nardon, responsable du programme Etats-Unis à l’IFRI, autrice de « Les Etats-Unis de Trump en 100 questions » (Tallandier, 2018) : 

Il y a un écroulement de la candidature Biden qui paraît difficilement rattrapable. C'est la troisième campagne du vice-président de Barack Obama pour des primaires démocrates : il avait déjà concouru en 1988 et en 2008. Il faisait la course en tête en se faisant le représentant du courant modéré chez les démocrates. 

Lors de ce Super Tuesday, 14 Etats, à commencer par la Californie vont élire leurs délégués, soit un tiers des participants à la convention de juillet prochain. Jusqu'ici les candidats démocrates se sont étripés de telle façon qu'ils alimenté sur Twitter la verve cruelle de leur principal adversaire. Bernie Sanders, le vieux sénateur du Vermont et plus gauchiste du lot fait la course en tête. A-t-il gagné la bataille idéologique dans le courant centriste de Joe Biden et de Pete Buttedgeg ? Pap Ndiaye, professeur d’histoire à Sciences Po Paris, précise les enjeux de ces élections s'agissant de l'électorat africain-américain : 

L'électorat africain-américain est pragmatique : il n'est pas du tout garanti qu'il se tourne vers Joe Biden, uniquement parce que ce dernier fut le vice-président de Barack Obama, mais plutôt celui qui offre les garanties les plus fortes pour battre Donald Trump à l'automne. Un peu comme en 2008, cet électorat était largement du côté d'Hilary Clinton avant de se déplacer au fur et à mesure vers Barack Obama. 

Le favoris est-il capable de consolider le socle électoral d'un parti morcelé ? En tout cas, Célia Belin, chercheuse invitée à la Brookings Institution et autrice de « Des démocrates en Amérique, l’heure des choix face à Donald Trump » (Fayard – Fondation Jean Jaurès, février 2020) observe de vrais changements : 

Il y a eu de réelles transformations dans le camp démocrate et de la coalition qui compose ce parti pendant ces primaires, un peu comme au début des années 1980 puis 1990 au parti républicain, quand ce parti a pris un tournant idéologique. Sous les présidences Clinton et Obama, le parti démocrate était resté en une formation politique de centre-gauche qui réunissait à la fois les intérêts des syndicats, de Wall Street et des minorités. On voit qu'il y a un tournant : le cœur des idées progressistes prend le pas sur la seule idée de rassembler, et ce mouvement a été accéléré par Donald Trump.

Milliardaire contre milliardaire, Mickael Bloomberg, qui se dit le seul à pouvoir battre Donald Trump, a-t-il déjà échoué tant ses prestations ont été médiocres ? Ou bien ses moyens financiers, l'ampleur de son organisation, vont-ils lui permettre d'acheter l'investiture ? L'économie des Etats-Unis est florissante mais les inégalités s'accroissent. Quel impact sur le vote des minorités et d'abord des Afro-américains ? Le Kremlin rêve d'un duel Trump-Sanders à en croire les services de renseignement américains. Pourquoi donc ces deux là incarneraient-ils les deux face d'un même populisme ? 

Célia Belin, chercheuse invitée à la Brookings Institution et autrice de « Des démocrates en Amérique, l’heure des choix face à Donald Trump » (Fayard – Fondation Jean Jaurès, février 2020), Laurence Nardon, responsable du programme Etats-Unis à l’IFRI, autrice de « Les Etats-Unis de Trump en 100 questions » (Tallandier, 2018), Pap Ndiaye, professeur d’histoire à Sciences Po Paris, Jeremy Ghez, économiste et professeur à HEC, auteur de « Déclin improbable, rebond impossible » (VA Press, 2018).

Intervenants
  • politologue, spécialiste de la politique étrangère des Etats-Unis, chercheuse invitée à la Brookings Institution à Washington
  • responsable du programme Etats-Unis de l’IFRI
  • Historien, spécialiste de l'histoire des États-Unis
  • professeur à HEC, spécialiste de la politique américaine
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......