LE DIRECT
Le président américain D. Trump et son homologue ukrainien, V. Zelensky se serre la main pendant une réunion, à New-York, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, le 25 septembre.

Trump / Biden : le piège ukrainien

58 min
À retrouver dans l'émission

Mardi 24 septembre, Nancy Pelosi a annoncé le lancement d'une procédure de destitution contre Donald Trump, soupçonné d'avoir demandé à son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, d'enquêter sur Joe Biden, vice-président et candidat à l'élection de 2020.

Le président américain D. Trump et son homologue ukrainien, V. Zelensky se serre la main pendant une réunion, à New-York, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, le 25 septembre.
Le président américain D. Trump et son homologue ukrainien, V. Zelensky se serre la main pendant une réunion, à New-York, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, le 25 septembre. Crédits : Saul Loeb - AFP

Nouvelle turbulence dans le ciel américain. Mardi 24 septembre, Nancy Pelosi, présidente des démocrates à la Chambre des représentants, a annoncé le lancement d'une procédure de destitution contre Donald Trump. Dans l'histoire des États-Unis, cette proposition d'"impeachment" a été ouverte à trois reprises seulement. 

Le président américain est soupçonné d'avoir demandé à son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, d'enquêter sur Joe Biden, candidat à l'élection de 2020. Ce qui fait dire à Benjamin Haddad, chercheur en relations internationales et directeur Europe du think tank Atlantic Council à Washington, auteur de « Le Paradis perdu, l’Amérique de Trump et la fin des illusions européennes » (Grasset, 2019) : 

Pendant deux ans, Washington ne parlait que de l'ingérence russe. Aujourd'hui, nous passons à une possible ingérence ukrainienne. Le climat ici est hystérique, à l'image de la personnalité de Donald Trump.

Le Président américain, sous réserve de maintenir une aide militaire destinée à Kiev, voulait avoir des informations sur le fils de l'ancien vice-président démocrate. Alexandra Goujon, maître de conférences à l’Université de Bourgogne et à l’Institut des Études Politiques de Dijon nous précise son parcours : 

En 2014, le fils de Joe Biden, Hunter, est appelé à rentrer dans le conseil d'administration d'une industrie gazière ukrainienne, tenue par un oligarque, Mykola Zlotchevski. Ce dernier était Ministre de l'Ecologie sous la présidence Ianoukovitch. Dans ce conseil d'administration se trouvait aussi l'ancien président polonais

. La conversation au téléphone, tenue au mois de juillet entre les deux chefs d’État, aurait été transmise par un agent de la CIA à sa hiérarchie au mois d'août. Cette semaine, la conversation a été révélée par la Maison Blanche. La retranscription est disponible ici.

Poussée par son aile gauche, la démocrate Nancy Pelosi a ouvert cette fameuse procédure que Joe Biden et Elizabeth Warren craignaient déjà d'ouvrir avec l'affaire de l'ingérence russe. C'est ce que souligne Laurence Nardon, responsable du programme Amérique du Nord à l’Institut français des relations internationales, auteure des "États-Unis de Trump en 100 questions" (Taillandier, 2018) et d’un article intitulé « Comment refonder le Parti démocrate », dans le numéro d’octobre de la revue « Études », même si cet épisode pourrait ne pas être que négatif pour Joe Biden.

Une partie des démocrates ne veut pas être considérée comme de simples candidats anti-Trump. C'est le cas de Joe Biden et d'Elizabeth Warren, qui pensent que ce type de position pourrait être nuisible dans leur course à la présidentielle. Toutefois, c'est une hypothèse mais l'impeachment pourrait focaliser l'attention sur l'ancien vice-président démocrate, qui pourrait en profiter pour dérouler son programme. 

Désormais un cap semble avoir été franchi. Jeudi 26 septembre, l'agent de la CIA, désormais considéré comme lanceur d'alerte, s'est plaint publiquement d'une tentative de mise sous silence de la retranscription cet été par les services de la Maison Blanche. "Au cours des jours suivant l’appel, j’ai appris de plusieurs responsables américains que de hauts responsables de la Maison Blanche étaient intervenus pour « verrouiller » toutes les archives liées à  l’appel téléphonique", a-t-il indiqué. 

Avec Laurence Nardon, responsable du programme Amérique du Nord à l’Institut français des relations internationales, auteure des "États-Unis de Trump en 100 questions" (Taillandier, 2018) et d’un article intitulé « Comment refonder le Parti démocrate », dans le numéro d’octobre de la revue « Études », Lauric Henneton, maître de conférences à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, auteur d’un « Atlas historique des États-Unis » (Autrement, 2019) et d'un récent article sur les scénarios possibles pour l'élection présidentielle de 2020, Alexandra Goujon, maître de conférences à l’Université de Bourgogne et à l’Institut des Études Politiques de Dijon et au téléphone, Benjamin Haddad, chercheur en relations internationales et directeur Europe du think tank Atlantic Council à Washington, auteur de « Le Paradis perdu, l’Amérique de Trump et la fin des illusions européennes » (Grasset, 2019).

Intervenants
  • responsable du programme Etats-Unis de l’IFRI
  • maître de conférences à l'Université de Versailles - Saint Quentin-en-Yvelines
  • maîtresse de conférences à l'université de Bourgogne et à Sciences Po.
  • directeur Europe à l’Atlantic Council (Washington)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......