LE DIRECT
Albert Camus pendant la répétition de sa pièce "Requiem pour une Nonne" (William Faulkner) en 1956 - Théâtre des Mathurin

Albert Camus : "Le monde est beau, et hors de lui point de salut"

1h48
À retrouver dans l'émission

Camus, philosophe pour classes terminales ?

Albert Camus pendant la répétition de sa pièce "Requiem pour une Nonne" (William Faulkner) en 1956 - Théâtre des Mathurin
Albert Camus pendant la répétition de sa pièce "Requiem pour une Nonne" (William Faulkner) en 1956 - Théâtre des Mathurin Crédits : LEEMAGE - AFP

À ceux qui cherchent un sens à la vie, Camus répond qu'on ne sort pas du ciel qui nous contient. À ceux qui se désolent de l'absurde, Camus raconte que le monde est beau et que l'amour, en définitive, transcende les clivages. Aux idéologues, Camus démontre qu'il faut aimer les hommes avant les idées. Aux partisans de la haine, il décrit la gratitude. Aux amateurs de consensus, il redit la nécessité de la séparation. Aux révolutionnaires qui s'endorment sur l'oreiller des contestations incontestables, Camus enseigne que l'exigence véritable est le contraire de la radicalité.
À l'inverse de ceux dont le goût de l'absolu s'épanouit dans l'inefficacité pratique, les héros de Camus ne baissent jamais les bras dans un combat qu'ils savent perdu d'avance. Car enfin, c'est dans la révolte elle-même que Camus cherche la mesure, c'est par elle qu'il veut empêcher que "le monde ne se défasse", et c'est au nom du courage qu'il se méfie des enragés.
Cet homme était admirable et nuisible aux fanatismes. Il est donc normal que notre époque le méprise un peu.

Mais à tous égards, peu de paroles sont aussi utiles à ce début de siècle que l'anti-système solaire de Camus.

C'est pourquoi, à l'occasion de la parution de ses œuvres complètes dans la collection de la Pléiade, France Culture avait décidé en 2006 de réhabiliter ce penseur à jamais trentenaire, ce gamin d'Alger tuberculeux devenu Prix Nobel à son cœur défendant, ce romancier généreux, désespéré, élevé dans le silence et l'amour, à qui l'histoire des idées ne pardonne pas, entre autres, d'avoir eu raison, une fois pour toutes, contre le grand Sartre.

Après des archives reprenant la vie du personnage, Jean-Claude Brisville évoque sa rencontre avec Albert Camus chez Gallimard le 18 juin 1951, le théâtre d'idées de Camus et Sartre et sa pièce sur Saint Just, son admiration pour Camus qui était entouré d'hommes et de femmes auxquels il aimait plaire, de son emploi du temps, de la publication de "L'Homme révolté", ainsi que de son aide pour la publication de deux ouvrages : "La présence réelle" et d'un roman

Rediffusion de l'émission du 14/08/2006

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......