LE DIRECT

La Capture du tigre par les oreilles

50 min
À retrouver dans l'émission

Réalisation : Jean-Matthieu Zahnd

Les Petits Polars du Monde avec SNCF

la capture du tigre par les oreilles
la capture du tigre par les oreilles Crédits : Radio France

Médiateur, ce n’est pas un métier, plutôt un sacerdoce. Apaiser une réunion de copropriétaires, rien de plus facile. Mais négocier avec un patron de PME barricadé et armé jusqu’aux dents après avoir tué un délégué syndical, c’est autre chose. Il faut une méthode, une technique, une idée : la capture du tigre par les oreilles. Humour noir et contrainte littéraire pour cette nouvelle aventure signée Jean-Bernard Pouy, illustrée par Florence Cestac. Présentation du Monde

Retrouvez en kiosque le texte intégral de la nouvelle La capture du tigre par les oreilles de Jean-Bernard Pouy avec des illustrations de Florence Cestac.

Avec

Alain Fromager, François Perache, Jean-Christ ophe Frê che, Jean-François Lescurat, Manon Leroy , Sophie Bezar

Bruitages Sophie Bissantz

Equipe de réalisation Sébastien Labarre, et Cédric Chatelus

Assistante à la réalisation Marion Guilhen

Jean-Bernard Pouy

Né en 1946 à Paris, Jean-Bernard Pouy est titulaire d’un DEA en histoire de l’art (cinéma). Avant de devenir romancier et scénariste, il fut animateur culturel, professeur de dessin, concepteur graphiste et journaliste. Il est également poète et homme de théâtre, mais c’est dans le domaine du roman noir qu’il est reconnu, dès 1983, avec un titre qui donne le ton : Spinoza encule Hegel (Albin Michel), suivi, en 1984, de Nous avons brûlé une sainte , où il fait ses débuts dans la « Série noire », chez Gallimard.

Il y signe, entre autres, La Clef des mensonges ou La Belle de Fontenay , des polars originaux et fantaisistes, à la fois noirs et ironiques.

Amateur de romans populaires et nostalgique des grands feuilletons du xixe siècle, il fonde, en 1995, en compagnie de Patrick Raynal et Serge Quadruppani, la collection « Le Poulpe », avec son héros récurrent, l’enquêteur libertaire Gabriel Lecouvreur. Il inaugure cette longue aventure avec La petite é cuy è re a caft é , aux Éditions Baleine.

Jean-Bernard Pouy aime les aventures éditoriales. C’est ainsi qu’il imagine, en 2006, un hommage à la « Série noire » qui abandonne au même moment son format poche. Il lance donc « Suite noire », aux Éditions La Branche, une belle collection cartonnée où il réunit des auteurs de la « Série noire » comme Didier Daeninckx, Marc Villard, Tito Topin ou Patrick Raynal.

Les jeux verbaux et les détournements littéraires l’inspirent également : il participe à l’émission Des Papous dans la tête (sur France Culture) et s’amuse à glisser des contraintes inattendues dans ses romans noirs. C’est entre autres pour cette raison qu’il s’associe à Marc Villard dans trois livres édités chez Rivages/Noir : Ping Pong, Tohu Bohu et Zigzag , où chaque fois les deux auteurs se répondent à coups de cadavres exquis, duels burlesques ou détours thématiques.

Jean-Bernard Pouy écrit également pour le cinéma, adaptant, par exemple, Le Poulpe , réalisé par Guillaume Nicloux.

En 2012, il a publié la novella Le Bar parfait (Éditions Atelier In8), Samedi 14 (collection « Vendredi 13 » aux Éditions La Branche) et Sous le vent (Éditions Lattès), sur des illustrations de Joe Pinelli. En 2013, il a publié Blonde(s) , aux Éditions Terre de Brume, puis Calibre 16 mm chez In8.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......