LE DIRECT

Une brume si légère

58 min
À retrouver dans l'émission

Les Petits Polars du Monde avec SNCF

Réalisation Jean-Matthieu Zahnd

une brume si légère
une brume si légère Crédits : Radio France

Un jour, Jo a débarqué dans cette cité de misère où les vieilles voitures à la casse servent de logements pour les plus pauvres. Elle était seule, sans travail ni projet. Ada et les autres filles l’ont aidée à s’installer dans une Peugeot grise sans âge. C’est là qu’elle s’est mise à pleurer. Puis Nathan est apparu, toujours accompagné d’Aristote, et la situation est devenue très compliquée. Présentation du Monde

Retrouvez en kiosque le texte intégral de la nouvelleUne brume si légère de Sandrine Collette avec des illustrations de Dominique Corbasson.

Avec Julie Moulier ( Jo)

Quentin Baillot ( Aristote)

Bertrand Suarez-Pazos ( Nathan)

Jacques Poix-Terrier ( Jean-No)

Marie Daude ( Doua)

Jana Bittnerova ( Ada)

Et les voix de Sophie Bezard, Andrea Brusque et Sarah Perahim

Bruitage : Bertrand Amiel

Prise de son, montage, mixage : Manu Couturier et Sébastien Royer

Assistante de réalisation : Laure-Hélène Planchet

Née à Paris, Sandrine Collette rêve dès l’enfance d’être palefrenière. En attendant, elle passe un bac littéraire puis un master en philosophie et un doctorat en science politique. Elle décide alors de partager sa vie entre l’université de Nanterre, où elle devient chargée de cours, un mi-temps de consultante dans un bureau de conseil en ressources humaines et la restauration de maisons en Champagne puis dans le Morvan. Une existence qui lui permet de naviguer entre deux mondes et de s’occuper, enfin, de chevaux.

Alors qu’elle écrit des bribes d’histoires depuis longtemps, elle décide de composer une fiction et de l’envoyer à un éditeur. Ses références vont de Luis Sepulveda à Marguerite Duras ou Paulo Coelho. Sur les conseils d’une amie, elle adresse son manuscrit aux éditions Denoël, décidées à relancer, après de longues années de silence, la collection « Sueurs froides », qui publia de grands auteurs comme Boileau-Narcejac ou Sébastien Japrisot avant de se mettre en sommeil. Il s’agit Des nœuds d’acier , que Sandrine Collette écrit sans penser qu’il entre dans la catégorie des polars, et plus particulièrement des thrillers. En imaginant son héros, prisonnier libéré qui se retrouve piégé et enfermé par deux frères pour devenir leur esclave, la romancière pense plutôt à un conte philosophique qu’à un roman noir. Des nœuds d’acier sont publiés en 2013 et obtiennent le Grand Prix de littérature policière.

En 2014, Sandrine Collette publie son deuxième livre, tout aussi atypique que le premier : Un vent de cendres (chez Denoël). Le roman commence par un tragique accident de voiture et se poursuit, des années plus tard, pendant les vendanges en Champagne. Climat oppressant, personnage mystérieux et menaçant, jeune fille trop curieuse : le roman revisite le conte La Belle et la Bête et s’achève par une scène aussi spectaculaire qu’effrayante.

La campagne profonde, la forêt, les vignes… Sandrine Collette aime situer ses intrigues dans un univers rural, même si son « petit polar », Une brume si légère , est exceptionnellement urbain.

La romancière part toujours d’une image qui lui permettra de dérouler le fil de sa fiction. Son prochain livre se situera cette fois en haute montagne.

En bonus un avant-goût de la fiction :

Écouter
1 min
une brume si légère teaser

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......