LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Épisode 2 :

"Le hashtag du rêve"

4 min
À retrouver dans l'émission

Cette semaine, nous installons nos micros au CDI du collège-lycée Jacques Decour : du 21 au 25 mars sont diffusées cinq émissions préparées et réalisées avec des élèves, sur le thème du RÊVE.

Pas de rubrique « Au Singulier » exceptionnellement cette semaine en fin d'émission, mais une carte blanche aux élèves. Chaque jour à 14h50, ils nous offrent des petits bouts de vie rêvée... Aujourd’hui, c’est Miguel qui se prête à l’exercice, en nous parlant d’une promenade politique sur Twitter, qui lui inspire des rêves pour la jeunesse.

La rubrique de Miguel :  "Le hashtag du rêve"

Je vois un tweet qui m’interpelle, il dit: “Les jeunes faut arrêter de rêver, redescendez sur terre !!” Il n’y avait aucun contexte, aucune explication. Un tweet plus qu’inutile, avec lequel je n’étais pas d’accord.

Pour moi, la jeunesse et le rêve sont deux choses indissociables. Parce que c’est pendant notre jeunesse que nous faisons les rêves les plus fous ; c’est pendant notre jeunesse que nos rêves et notre avenir sont étroitement liés ; c’est pendant notre jeunesse que notre imagination est sans limites. Je ne sais pas pour vous, mais j’ai l’impression que plus nous grandissons, plus les obstacles qui se dressent devant nous ont l’air immenses, si grands et si volumineux que nous laissons tomber. Donc on se satisfait, on se satisfait du système, on se dit qu’on ne peut rien y faire encore plus lorsqu’il s’agit de politique. Je le ressens dans mon entourage, je le ressens aussi lorsque je pense à mon avenir. Les politiciens ont un rôle dans tout cela. #PeurDeL’avenir

C’est pour ça que je crois en nous contrairement à certains, parce que nous rêvons. #IHaveADream. Je crois en nous contrairement aux politiciens. France Info vient de tweeter les propos qu’Emmanuel Macron a eus. Notre ministre de l’Economie, il dit: “Les jeunes n’ont pas forcément une pleine conscience du monde dans lequel nous entrons.” Il avait dit cela par rapport aux protestations de la jeunesse jeudi dernier. #Peut-être

C’est pourquoi je rêve d’une société qui prenne mon avis en considération, je rêve qu’on vienne me demander: “Alors Miguel, vous en pensez quoi, toi et tes potes, de la loi Travail ?” #Considération

Bien sûr, je répondrais “Rien”, vu que personne ne nous a vraiment expliqué cette loi, et si ce fût le cas, c’était avec un vocabulaire beaucoup trop technique. Donc je rêve d’une école qui incite vraiment à la politique, d’une école qui pousse au débat républicain. #DébatRépublicain. On appellera ça “Le parlement lycéen” et bien sûr il sera obligatoire d’y assister ; et nous respecterons cela, contrairement à nos députés, qui sont parfois peu dans l’hémicycle et qui viennent nous dire: “On était beaucoup pour un lundi”. #Lol Vous imaginez, si on pouvait faire ça en cours : « Mais madame, les autres n’étaient pas là, mais on était beaucoup pour un lundi !! »

Revenons à l’essentiel, où j’en étais déjà… ? Ah oui, “Le parlement lycéen” : grâce à cela, lorsque nous sauterons sur les poubelles et que nous crierons ou tweeterons “On vaut mieux que ça”, c’est parce que nous l’aurons décidé et non pas parce que le président de l’UNEF ou le moustachu de la CGT nous auront poussés à le faire.

Et pour que tout cela se déroule correctement, je rêve d’une école plus juste. Parce que si nous restons dans ce système où les professeurs les plus expérimentés sont dans les meilleurs quartiers et inversement, comment voulez-vous qu’on rêve de politique alors qu’on a du mal à rêver de l’université ?

Je rêve d’une politique qui ne se résume pas à des clashs entre des monstres de foire #MAISTAISEZ-VOUS,TAISEZ-VOUS #Finkielkraut, que les choses que nous retiendrons ne seront pas les derniers scandales ou la dernière punchline #RaceBlanche #Morano

Je rêve que le manque de sécurité ne pousse pas à des lois qui, en fin de compte, ne changeront rien à notre sécurité #DéchéanceDeLaNationalité

Je rêve qu’on arrête de se foutre de notre gueule, de nous faire croire que toutes les affaires financières sont en fait fausse et que vous êtes blanc comme neige #Cahuzac #Bygmalion #Sarkozy #Copé #Balkany #Juppé #etc…

Vous avez bien compris je rêve, je rêve de vivre dans un monde meilleur pour moi, pour la société et pour les générations futures. Vous pouvez appeler ça de la crédulité, de la naïveté, moi j’appelle ça l’espoir, et j’en aurais tant que je rêverais.

Vous avez aussi bien compris que cet édito n’a rien à voir avec la pub d’une banque que je ne citerai pas.

Ah, j’ai oublié quelque chose : je rêve que sur Twitter, on ne se limite pas à 140 caractères, parce qu’avec tous ces hashtags je n’ai plus de place. #Jeunesse

-- Miguel SHEMA

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......