LE DIRECT
Un homme avec un drapeau français et une inscription 'Vive la laïcité' se recueille devant la plaque commémorative en mémoire des victimes des attentats du 13 novembre 2015 devant le Bataclan

Actualité du cosmopolitisme et de la laïcité

49 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique : "Comment peut-on être cosmopolite ?" d'Alain Policar aux éditions du Bord de L'Eau et "La Religion de la laïcité" de Joan W. Scott aux éditions Climats.

Un homme avec un drapeau français et une inscription 'Vive la laïcité' se recueille devant la plaque commémorative en mémoire des victimes des attentats du 13 novembre 2015 devant le Bataclan
Un homme avec un drapeau français et une inscription 'Vive la laïcité' se recueille devant la plaque commémorative en mémoire des victimes des attentats du 13 novembre 2015 devant le Bataclan Crédits : YAMAMOTO/Gamma-Rapho - Getty

Voici deux livres qui proposent un regard neuf sur des idées anciennes. Dans Comment peut-on être cosmopolite ? qui paraît aux éditions Le Bord de l’Eau, le politiste Alain Policar propose de réhabiliter le cosmopolitisme comme antidote au nationalisme et au racisme. En s’interrogeant sur ce que l’immigration fait à la politique, et contre la promotion de l’identité nationale, Policar plaide pour la justice globale, pour un patriotisme civique contre le national républicanisme. Il est aussi question de la République, et de domination, dans le livre de l’historienne américaine Joan Scott, La Religion de la laïcité publié chez Climats… volontairement et ouvertement polémique, cette pionnière des études de genre veut tordre le cou à l’idée selon laquelle la laïcité serait la garantie de l’égalité entre hommes et femmes. Pire, ce qu’elle appelle la « fable de la laïcité » serait avant tout une arme politique utilisée contre l’Islam, pour affirmer la supériorité raciale de l’Europe blanche… Le débat est ouvert.

Alain Policar - Comment peut-on être cosmopolite ?

Je vous propose donc de commencer par le livre d’Alain Policar, Comment Peut-On être Cosmopolite ? publié dans la collection « Chuchotements » des excellents éditions bordelaises du Bord de l’Eau. Alain Policar est politiste, chercheur associé au CEVIPOF de Sciences Po Paris et il a longtemps enseigné à la faculté de droit et des sciences économiques de Limoges. Ses recherches portent sur l’histoire de la pensée sociologique et sur la philosophie politique, notamment sur le libéralisme. Et c’est d’ailleurs au nom d’une certaine idée du libéralisme qu’il se fait l’avocat du cosmopolitisme dans cet essai. 

Si le livre peut sembler parfois très théorique, notamment sur les fondements philosophiques du cosmopolitisme qu’Alain Policar ancre dans la théorie de la justice globale… il se veut aussi une réponse très pratique à la montée du nationalisme face aux phénomènes migratoires. C’est important car évidemment, l’argument le plus souvent opposé à l’idée d’une libre circulation et d’une libre installation de chacun, c’est qu’il s’agirait là d’un projet irréaliste.

Cet essai postule le contraire et tente de déterminer ses conditions de réalisation. Il s’inscrit là dans un mouvement qu’on repère depuis quelques temps avec par exemple l’ouvrage dirigé par Michaël Fœssel et Louis Lourme dans la collection Vie des idées des Presses Universitaires de France : Cosmopolitisme et démocratie, ou encore dans les Trois Utopies Contemporaines de Francis Wolff, publié chez Fayard et dont nous avions parlé ici.

C'est un livre utile, même nécessaire [...] Alain Policar est un observateur confirmé de la scène des idées politiques , il essaye de répondre au trio de la honte qui voudrait imposer son tempo à l'Europe. Je veux parler de : Salvini, Orban, Kurz. Il tente de répondre le plus philosophiquement  possible à ces rétractations nationalistes [...] Ce qui doit inciter  tout républicain ouvert à lire ce livre sans préjugé. (Alexis Lacroix)

On veut créer une nouvelle démocratie et une démocratie de notre temps. Ce livre met l'individu politique au centre de cette démocratie et ça  c'est extrêmement important [...] C'est le souci de l'autre et de l'hospitalité [...] L'hospitalité n'est pas une vertu individuelle c'est un principe politique. (Cécile Daumas)

Joan W. Scott - La Religion de la laïcité

Deuxième temps de l’émission, je vous propose maintenant de nous intéresser au livre de Joan Scott La religions de la laïcité publié chez Climats… Professeure émérite au prestigieux Institute for Advanced Studies de Princeton, historienne spécialiste de la France, c’est l’une des premières théoriciennes de la notion de genre. Et c’est bien de genre dont il est question dans ce dernier essai à la thèse iconoclaste… En tout cas pour un lecteur Français peu habituer à questionner la laïcité : non seulement celle-ci ne garantit pas l’égalité entre les hommes et les femmes, contrairement à un discours très répandu, mais bien pire « L’inégalité de genre a été fondamentale pour la formulation de la séparation de l’Église et de l’État, entre public et privé, qui inaugure la modernité occidentale ».

Joann Scott avait publié en 2017 chez Amsterdam La Politique du voile, dans ce livre elle s’attachait à dénoncer la perception des musulmans dans la société française. La construction d’un autre homogène et dangereux est selon elle au cœur de la construction mythique de la République française. Elle poursuit ce travail ici, pousse un peu plus loin son propos en faisant de la laïcité un instrument avant tout dirigé contre l’Islam et les musulmans de France. Elle assume et revendique la dimension polémique de son propos, et l’étaye tout au long du livre en historienne, en remontant aux fondements des discours sur la laïcité.

Joann Scott qui travaille sur les inégalités et sur les inégalités produites par le politique, bien évidemment est aussi une historienne du présent -dans une démarche très foucaldienne- à partir de sa déconstruction des inégalités elle donne son analyse  sur ce qui se passe aujourd'hui en France. C'est dans ce sens qu'il faut lire ce livre. (Cécile Daumas)

Qu'est-ce qui ne va pas chez Joann Scott [...] ce qui ne va pas ce n'est pas la mise au jour de l'impensé du féminin par la laïcité (je suis d'accord la-dessus). Ce qui ne va pas c'est que beaucoup de personnes dans les sphères qui sont  les plus  critiques du républicanisme actuel [...]. Elle gomme une distinction à mes yeux, essentielle, la distinction entre Islam et islamisme. (Alexis Lacroix)

L'instant critique

Il sera question de la revue Monde commun et plus particulièrement  de l’article d’ouverture de Kamel Boukir « Nique sa mère la justice » dans le premier numéro de la revue  intitulé Violence partout, justice nulle part ! Une revuemanifeste d'un collectif d’anthropologues, réunis autour de Michel Agier.

Bibliographie

Intervenants
  • rédactrice en chef adjointe, service Idées de Libération et présidente du Laboratoire de l'égalité
  • Journaliste et essayiste
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......