LE DIRECT
Une affiche avec des photos du candidat principal du rallye national populiste de droite de Marine Le Pen, Jordan Bardella (1er mai 2019 à Metz)

"Peuplecratie" d'Ilvo Diamanti et Marc Lazar / "Crépuscule" de Juan Branco

49 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir comme chaque semaine, deux livres sous les feux de la critique : "Peuplecratie. La métamorphose de nos démocraties" d'Ilvo Diamanti et Marc Lazar (Gallimard) et "Crépuscule" de Juan Branco (Au Diable Vauvert).

Une affiche avec des photos du candidat principal du rallye national populiste de droite de Marine Le Pen, Jordan Bardella (1er mai 2019 à Metz)
Une affiche avec des photos du candidat principal du rallye national populiste de droite de Marine Le Pen, Jordan Bardella (1er mai 2019 à Metz) Crédits : Chesnot - Getty

Deux livres qui chacun à leur façon se penchent sur la crise démocratique. Dans Peuplecratie, publié chez Gallimard, Ilvo Diamanti et Marc Lazar décortiquent la dynamique conquérante des populismes en Europe. « Peuplecratie », c’est le nom que les deux auteurs donnent à la nouvelle ère dans laquelle on serait entré : déclin des cultures traditionnelles, recul des grands partis, personnalisation, présidentialisation et médiatisation du pouvoir… dont la France et l’Italie constituent de parfaits exemple. Le second essai dont nous allons parler est le succès de librairie du moment… Crépuscule de Juan Branco qui est publié au Diable Vauvert–Masson éditions, après avoir été proposé en accès libre sur Internet. Le livre se présente comme une enquête, une démonstration de la main mise d’une oligarchie sur la démocratie… et de l’illégitimité de l’élection du président Emmanuel Macron.

Marc Lazar et Ilvo Diamanti - Peuplecratie 

Je vous propose de commencer par le livre de Marc Lazar et Ilvo Diamanti, Peuplecratie : la métamorphose de nos démocraties sorti chez Gallimard. Le livre a d’abord été publié en Italie, en 2018, et y a fait débat à en croire l’éditeur Laterza… il a été mis à jour et traduit pour le lectorat français. Ilvo Diamanti est professeur de science politique à l’université d’Urbino, Marc Lazar est lui professeur d’histoire et de sociologique politique, il dirige le Centre d’Histoire de Sciences Po à Paris, et il est connu pour ses travaux sur l’Italie mais aussi sur le communisme en France. 

Le constat de départ est simple, et partagé par un nombre important d’essai dont il a déjà été question ici : le Brexit, la victoire du mouvement 5 étoiles en Italie qui s’est finalement associé à la Lega, la présence au second tour des présidentielles en France de Marine Le Pen, le succès de Jean-Luc Mélanchon… Orban en Hongrie, Kaczynski en Pologne, Kurz en Autriche… les populistes ont le vent en poupe en Europe. Mais comment parler d’UN populisme quand les exemples sont aussi différents ? Peut-on trouver dans l’histoire et l’actualité de ces mouvements, au-delà des nuances nationales, des similitudes qui permettraient d’en tracer les contours ? 

Les auteurs l’affirment et vont trouver des points communs à la fois sur le fond – la critique des élites, la valorisation d’un peuple homogène et fondamentalement bon, la critique de la représentation en démocratie… – et sur la forme – culte du chef, fonction tribunitienne, simplisme des solutions, référence à la nation. Il y a un travail important mené par les chercheurs qui font de la France et de l’Italie deux idéaux-types de ce moment populiste que nous traversons. Et qui interrogent surtout la diffusion d’un « style populiste », au-delà des partis ou mouvements étudiés.

Clairement les auteurs du livre sont plutôt partisans de la démocratie libérale et représentative et qu'ils s'inquiètent du défi posé par cette peuplecratie aux institutions aux institutions de la démocratie libérale et qu'ils invitent à trouver des solutions pour conjurer ce péril [...] ce livre est une synthèse en court sur le populisme. Les auteurs font une distinction entre le populisme originel (tel qu'il naît au 19e siècle) et ce nouveau néo-populisme qui pose un défi aux sociétés néolibérales. (Eugénie Bastié)

Ils ne sont pas cohérents dans leurs démarche car ils disent "si on ne relève pas les défis démocratiques ce sera le triomphe des populistes". Mais jamais ils ne vont au coeur de ce qui  fait le déficit de la démocratie, du pouvoir oligarchique, des représentants qui ne sont plus représentatifs. (Joseph Confavreux)

Le livre est intéressant quand il pose la question : peut-on combattre les populistes en empruntant leurs codes ? (Joseph Confavreux)

Les causes technologiques du populisme ne sont pas assez mises en avant. C'est-à-dire comment internet et le web ont permis cette radicalisation de la démocratie. C'est pourtant une clé, aujourd'hui, pour comprendre le néo-populisme (particulièrement en Italie). (Eugénie Bastié)

Crépuscule - Juan Branco

Deuxième temps de l’émission, je vous propose maintenant de nous intéresser au phénomène éditorial du moment, le livre de Juan Branco Crépuscule  publié au Diable Vauvert–Masson éditions. C’est l’essai le plus vendu en ce moment, on parle aujourd’hui de plus de 70 000 exemplaires… en tout cas il caracole depuis sa sortie en tête des classements. L’ouvrage a pourtant une histoire singulière, d’abord publié sur le blog de son auteur, en accès libre, il aurait selon ce dernier eu du mal à trouver une maison d’édition. 

Il a fallu attendre le succès en librairie pour le voir apparaître sur les radars de la presse qui se passionne, et s’affronte, depuis à son sujet – je conseille aux auditeurs l’émission Signe des Temps que lui a consacré Marc Weitzmann sur France Culture, avec notamment le journaliste Denis Robert qui en signe la préface.

S’il y a tant de passions autour du livre, c’est d’abord pour sa forme, celle d’un réquisitoire politique contre Emmanuel Macron et plus largement une minorité d’oligarques qui l’a porté au pouvoir… d’une « bande » (se sont ses mots) qui s’est ensuite distribuée les pré-bandes. Un « scandale démocratique majeur » dont Juan Branco entend dénoncer les ficelles par cette enquête. Le ton est vif, le style à la fois précieux et pamphlétaire… mais en fait d’enquête on découvre plutôt au fil des pages une synthèse de faits et de relations connues.  

Alors à quoi tient ce succès ? Juan Branco, qu’on présente volontiers comme l’avocat des Gilets Jaunes, dit en substance que la mobilisation qui dure depuis des mois vient de la conscience diffuse, de ce système de confiscation du pouvoir qu’il entend révéler en tant qu’insider. Car il est passé par les meilleures écoles – l’école Alsacienne à Paris, Sciences Po, Normal Sup, Yale aux États-Unis – il a aussi été conseillé parlementaire d’Aurélie Filippetti, avocat de Jean-Luc Mélanchon et de Julian Assange… 

La vraie question : ce livre peut-il être utile au-delà de son auteur (qui lui est indéfendable..) [...] Il faut savoir distinguer une critique sociale, une critique politique d'une critique crépusculaire qui s'inscrit dans un air du temps très confus, très décadent et qui en partie explique le succès du livre. (Joseph Confavreux)

Il y a un problème dans ce livre c'est la vision assez simpliste, monocausale de la politique. prenons un exemple : selon Juan Brancola preuve de la connivence d'Emmanuel Macron et des grands patrons c'est que les grandes entreprises ont accepté de verser "la prime exceptionnelle Macron" pendant la crise des gilets jaunes et que donc les grandes entreprises ont immédiatement obéi. (Eugénie Bastié)

>>> Choix musical : "Tobacco road" Mercury Rev feat. Susanne Sundfør

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'instant critique

Joseph Confavreux nous propose un film cette semaine Quand nous étions sorcières celui de la réalisatrice  et auteure américaine Nietzchka Keene. Le scénario : Nous sommes à la fin du Moyen-Âge, la jeune Margit ( premier rôle au cinéma de la chanteuse Björk)et sa soeur aînée Katla fuient  dans les montagnes après que leur mère a été brûlée pour sorcellerie.  Elles trouvent refuge chez Jóhann, un paysan veuf qui élève seul son petit  garçon Jónas.

Bibliographie

Crépuscule

CrépusculeJuan BrancoAu Diable Vauvert / Massot éditions, 2019

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......