LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Michael Jackson, vedette de la musique pop, côtoie Mickey Mouse et Minnie lors de sa visite surprise à EuroDisney (27/07/1992).

Esthétique des cultures populaires

49 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique : "Dialectique de la Pop" d' Agnès Gayraud publié à La Découverte et "Disney ou l'avenir en couleurs" de Christian Chelebourg aux éditions Les impressions Nouvelles.

Michael Jackson, vedette de la musique pop, côtoie Mickey Mouse et Minnie lors de sa visite surprise à EuroDisney (27/07/1992).
Michael Jackson, vedette de la musique pop, côtoie Mickey Mouse et Minnie lors de sa visite surprise à EuroDisney (27/07/1992). Crédits : D.R. - AFP

Deux livres qui proposent chacun à leur façon une lecture savante de la culture populaire. Dans Dialectique de la Pop publié à La Découverte, la philosophe et professeur d’esthétique Agnès Gayraud se penche sur cet art musical qui suscite le débat depuis son apparition avec les premiers gramophones. Dans un livre érudit et sensible, celle qui est aussi musicienne sous le nom de La Féline déploie, répond, explicite toute la difficulté à se saisir de cet objet, la musique Pop, car une musique standardisée, consommable, peut-elle être autre chose que médiocre ? Ce livre montre que oui. On retrouve un peu le même dilemme dans l’ouvrage de Christian Chelebourg : Disney ou l’avenir en couleur publié aux Impressions Nouvelles. Le professeur de littérature propose un regard érudit et décloisonné sur l’univers de Disney afin de montrer que la firme de Burbank n’est pas qu’une usine à rêve. Il en fait même un acteur central, et positif, dans la formation des mentalités dans la lignée des "cultural studies". 

Agnès Gayraud - Dialectique de la Pop

Je vous propose de commencer par l’ouvrage d’Agnès Gayraud, Dialectique de la Pop, publié par les éditions La Découverte dans la collection « La Rue musicale ». Musicienne, auteure-compositrice et interprète sous le nom La Féline, Agnès Gayraud est aussi philosophe, professeure d’esthétique à La Villa Arson, à Nice. Ancienne élève de l’école normale supérieur, elle avait consacré sa thèse à La critique de la subjectivité et de ses figures chez Theodor Adorno, le philosophe allemand, figure centrale de l’école de Francfort et premier critique radical de la « musique populaire légère » sert encore ici de fil rouge.

Car c’est l’une des spécificités de la pop telle que la pense Agnès Gayraud : c’est une forme artistique qui se ponde dans la féconde hostilité dont elle est l’objet. C’est en tant qu’objet méprisée, jugée indigne de toute approche esthétique, qu’elle fait l’objet au sein même de ses défenseurs d’homérique bataille sur le thème de la bonne et de la mauvaise musique, que la Pop doit être un objet de réflexion. Et dans ces conditions, Adorno, cet « ennemi objectif des musiques populaires légères, s’avère un allié objectif de l’amateur qui cherche à les comprendre ».

Agnès Gayraud propose une véritable enquête philosophique qui puise autant dans ses réflexions sur l’esthétique que l’histoire des techniques ou les modèles économiques… pour montrer que la Pop est bien plus qu’un bien de consommation, une des formes majeures de l’expression humaine moderne.

Avec ce livre Agnès Gayraud propose une lecture complètement nouvelle, complètement inédite, à la fois un livre de fan puisqu'elle est elle-même chanteuse et également fan de pop comme critique  dans Libération. Elle s'est nourrie toute sa vie  de cette histoire de la pop et en même temps elle est philosophe. Ce que j'apprécie par dessus tout c'est qu'elle n'est pas philosophe le matin et fan l'après-midi. Elle entremêle les deux. (Jean-Marie Durand)

J'ai été impressionné par cet alliage  assez rare dans la production des essais aujourd'hui entre ambition théorique et sensibilité artistique et sa façon de l'aborder (...). Etudier la pop pour elle, l'écouter, la réécouter, en refaire l'expérience avec le même genre d'étonnement que requiert la philo. il ne s'agit pas de la domestiquer avec les catégories de la raison. (Joseph Confavreux)

Christian Chelebourg - Disney ou l'avenir en couleurs

Deuxième temps de l’émission je vous propose de nous pencher maintenant sur le livre de Christian Chelebourg : Disney ou l’avenir en couleurs, chez l’éditeur belge Les Impressions Nouvelles. Professeur de littérature française et littérature jeunesse, Christian Chelebourg enseigne les Études culturelles à l’Université de Lorraine où il dirige le laboratoire Littérature, Imaginaire, société. Dans un portrait qui lui est consacré sur le site The Conversation, on apprend qu’il dirige des thèses sur la représentation de la famille dans Batman, sur le « girl power », un mouvement qui transforma réellement le féminisme dès 1995, et trouve sa substance dans… les Spice Girls. On est dans la continuité de notre première partie.

Christian Chelebourg tient aussi Walt Disney pour l’un des plus grands artistes du XXe siècle. Dans son dernier ouvrage dont il nous a semblé, noël oblige, qu’on ne pouvait passer à côté… il nous permet de nous pencher sur l’un des acteurs les plus décisifs justement dans la construction de l’imaginaire de cette fête. Alors qu’on adore détester l’usine à rêve installée à Burbank, l’auteur s’emploie ici à travers l’étude de plus de 500 titres de dessins animés, de films, de séries télévisées, d’attractions, de comédies musicales, de comics ou de jeux vidéo à montrer qu’en réalité il s’agit d’un des chantres les plus important du progressisme. Loin du conservatisme qu’on leur prête volontiers, Mickey, Minie et tous leurs amis – qui sont légions quand on contemple l’intégralité de l’univers Disney – sont selon Chelebourg à la pointe du féminisme, de l’inclusivité, des nouveaux modèles familiaux et du multiculturalisme.

Contre la vision d’une Walt Disney company politiquement correct pour ne perdre aucun marché… on ressort de la lecture de ce livre avec l’idée que Disney va sauver la démocratie en maintenant vivante, en renouvelant, en distillant l’idée d’émancipation.

C'est un livre assez solide avec beaucoup de données et une thèse (celle que vous avez dite Raphaël) on peut toujours ne pas partager les rêves nourris par les productions de la firme Disney mais les dénoncer  comme conservatrices  voire rétrogrades c'est à coup sûr commettre un contre sens (...) Ce qui fait sa force mais ce par quoi il pêche : Christian Chelebourg se noie dans son érudition, il hiérarchise mal les choses. (Joseph Confavreux)

Le livre est à la fois impressionnant  par sa capacité à prendre en écharpe énormément  de productions, d'objets, il y a donc un effet de synthèse  en surplomb qui produit l'idée forte du livre... Mais sa faiblesse on arrive pas à aller dans les détails de chacun (...) Il semble que la firme Disney défende aujourd'hui une vision libérale et progressiste du monde (...) Mais ses valeurs défendues sont-elles fondatrices du groupe lui-même ou de la société américaine ? (Jean-Marie Durand)

Musique : "Prettiest virgin"  par Agar Agar

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'instant critique

A la veille des fêtes de Noël, nos critiques vous proposent des suggestions de livres : Les raisins de la misère aux éditions du Rouergue (Joseph Confavreux), Variations Claude Imbert (Tet P) et 20 ans d'art en France : une histoire sinon rien, 1999-2018, sous la direction de Michel Gauthier et Marjolaine Lévy (Flammarion) (Jean-Marie Durand) et enfin un livre dont nous avons fait la critique Karl Jakoby, L’esclave qui devint millionnaire (Anacharsis) (Raphaël Bourgois).

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......