LE DIRECT
Noël, en version genrée

Magie de Noël et cadeaux genrés

49 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique : "La Tyrannie du genre" de Marie Duru-Bella aux Presses de Sciences Po et "Ils vécurent philosophes et firent beaucoup d’heureux" de Marianne Chaillan aux éditions des Equateurs.

Noël, en version genrée
Noël, en version genrée Crédits : Found Image Press/Corbis - Getty

En cette veille du réveillon de Noël il sera bien entendu question de cadeaux et de magie… Tout d’abord avec l’essai de Marie Duru-Bella publié aux Presses de Sciences Po intitulé La tyrannie du genre… pour une analyse complète de ces stéréotypes qui nous poussent à offrir une dinette aux filles quand les garçons reçoivent un château fort. Puis, sur un ton plus léger, la philosophe Marianne Chaillan nous plongera dans le monde merveilleux de Disney dans Ils vécurent philosophes et firent beaucoup d’heureux aux éditions des Equateurs,  ou comment philosopher avec Mickey, Minnie et tous leurs amis.

Marie Duru-Bella - La tyrannie du genre

Je vous propose de commencer par le livre de Marie Duru-Bellat, une sociologue connue pour ses travaux sur les politiques éducatives et sur les inégalités qu’elles soient sociales ou sexuées.

Déjà en 1990 elle publiait L'école des filles : quelle formation pour quels rôles sociaux ? C’est donc l’une des figures importante des études de genre… c’est-à-dire probablement l’un des champs les plus inflammables de ces dernières années, l’une des rares innovations conceptuelles à être passée de l’université à la société… avec tous les malentendus et les contresens que cela peut provoquer. 

La Tyrannie du genre publié par les Presses de Sciences Po est à la fois une sorte de manuel à usage de ceux qui voudraient s’initier aux enjeux de cette notion… mais aussi une proposition de solution d’émancipation.

L’essai revient sur la construction et la fonction sociale des stéréotypes de genre et veut tordre définitivement le cou à l’idée d’une distinction d’ordre naturel entre femmes et hommes. Marie Duru-Bella fait un travail critique sur les forces et les faiblesses des études de genre… elle défend aussi une thèse : si la notion est nécessaire d’un point de vu féministe… si elle est un outil de recherche et d’analyse pertinent… la mise en avant systématique des spécificités du masculin et du féminin portent aussi le risque d’essentialiser la différence et donc de perpétuer des relations de domination. 

Marianne Chaillan - Ils vécurent philosophes et firent beaucoup d’heureux

Nous vous emmenons  maintenant dans le monde merveilleux de Disney. 

Noël c’est évidemment le grand moment pour le studio d’animation américain qui sort traditionnellement un film à ce moment-là… Noël et Disney partagent ce mélange de tradition et de marketing, un certain rapport aux mythes et à la consommation. 

Mais il y a peut-être plus à voir justement dans les dessins animés que cette simple logique commerciale. Et s’il fallait lire Montaigne pour bien comprendre l’enjeu des vœux d’Aladin ? Autre question : Heidegger ne pourrait-il pas nous éclairer sur le refus de la mort de la mère Gothel dans Raiponce ? Enfin, faut-il considérer que tout méchant de Disney est nécessairement un héros nietzschéen ?

C’est à ces questions et à bien d’autres que tente de répondre l’écrivain, professeur de philosophie Marianne Chaillan dans Ils vécurent philosophes et firent beaucoup d’heureux publié aux éditions des Equateurs. Dans ce petit livre drôle et enlevé, l’auteur se penche tour à tour sur les notions de désir et de bonheur, sur la méchanceté, la frontière entre fiction et réalité, la nature et l’humain, les machines et l’esprit ou encore la conscience, l’identité et la liberté. Autant de concepts au programme du bac philo.

On est là dans un courant qu’on appelle de Pop philosophie, s’emparer d’objets populaires pour illustrer des interrogations et des concepts philosophiques. Marianne Chaillan a écrit sur la série Game of Thrones ou encore Harry Potter à l’école de la philosophie

Pour en débattre nous serons en compagnie de Catherine Portevin de Philosophie Magazine et de Joseph Confavreux de Médiapart.

L'instant critique

Joseph Confavreux nous propose  le numéro 3 de la revue Sensibilités, titré Corps au Paroxysme, et publiée par les éditions Anamosa. Et Catherine Portevin nous emmène au musée d'Orsay pour l'exposition : Degas Danse Dessin. Hommage à Degas avec Paul Valéry. A l'occasion du centenaire de sa mort, le musée d'Orsay rend hommage à  Edgar Degas (1834-1917) avec une exposition dont le fil conducteur est  l'ouvrage méconnu de l’écrivain, poète et penseur Paul Valéry  Degas Danse Dessin.

Bibliographie

La tyrannie du genre

La tyrannie du genreMarie Duru-BellatPresses de Sciences Po, 2017

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......