LE DIRECT
Groupe d'enfants devant la télévision

Mort de Dieu et crise de la modernité

49 min
À retrouver dans l'émission

Ce soir comme chaque semaine deux essais sous les feux de la critique : "Aveuglements" de l’essayiste Jean-François Colosimo, publié aux éditions du Cerf, et "Allons-nous renoncer à la liberté ?" du philosophe et psychanalyste Carlo Strenger sorti chez Belfond.

Groupe d'enfants devant la télévision
Groupe d'enfants devant la télévision Crédits : Education Images/UIG - Getty

Deux livres qui s’interrogent sur la mort de Dieu et la crise de la Modernité. Dans Aveuglements, publié aux éditions du Cerf, l’essayiste Jean-François Colosimo instruit, sous couvert d’une réflexion sur les religions, les guerres et les civilisations, un véritable procès des Lumières, source à l’en croire du nihilisme contemporain. L’auteur du second essai, Carlo Strenger, endossera le rôle d’avocat de la défense. Dans Allons-nous renoncer à la Liberté ?, sorti chez Belfond, le philosophe et psychanalyste se penche aussi sur ce temps éprouvant des fondamentalismes et des populismes en tout genre, pour comprendre ce qui a déraillé : comment a-t-on perdu notre faculté à être libres ?

Jean-François Colosimo - Aveuglements : religions, guerres, civilisations

L’auteur, historien des religions, est président du directoire de ces mêmes éditions du Cerf, et mène des recherches depuis plusieurs années sur les métamorphoses contemporaines de Dieu, il vient de recevoir le prix des écrivains du Sud pour Aveuglements. Il livre là une sorte de synthèse de ses réflexions sous une forme qu’il définit lui-même comme du « reportage d’idées » : il ne s’agit pas de livrer une théorie mais de raconter un moment intellectuel. Et ce moment, le nôtre, serait celui d’un grand Aveuglement, ou plutôt de plusieurs puisque le titre est au pluriel.

Nous serions aveuglés par la part obscure des Lumières… l’air du temps, selon Colosimo, « a élu domicile au supermarché des spiritualismes et autres bazars psychologisants de l’existence conçue comme thérapie ». Il entend montrer comment, à la sécularisation engagée au XVIIIe siècle, ont succédé le nihilisme du XIXe et le terrorisme du XXe siècle. 

Pour comprendre cet enchainement, l’historien se penche sur la relation entre la politique et la théologie avec une idée forte : ce n’est pas l’excès de religieux qui est en cause, mais plutôt sa trop grande absence, l’incapacité de la Modernité à produire une grammaire qui permette de déchiffrer le monde. Dans un style souvent ironique, toujours érudit, il parvient à tenir ensemble une réflexion riche de plusieurs millénaires et les débats intellectuels contemporains dont il n’épargne pas les différents protagonistes. Pour un propos qui se défend d’être réactionnaire mais en porte tout de même toutes les marques.

C’est un livre difficile à lire. C’est un livre difficile même dans sa forme, son écriture est extrêmement stylisée, hyperbolique, presque baroque, presque mystique. Le meilleur moyen de lire ce livre c’est de le lire comme un poème élégiaque. (Jean-Marie Durand)

C’est un livre puissant et assez vertigineux qui nous emporte dans une espèce de tourbillon qui mêle théologie et médiologie, qui va de l’Iran à la Chine en passant par les évangélistes américains, les Lumières, le nihilisme russe, le terrorisme djihadiste…[…] Il veut faire la généalogie du malaise de l’époque. (Eugénie Bastié)

Carlo Strenger - Allons-nous renoncer à la liberté ?

Deuxième temps de l’émission, intéressons-nous maintenant à ce court essai de Carlo Strenger Allons-nous renoncer à la liberté ? sous-titré Une feuille de route pour affronter des temps incertains, publié chez Belfond.

Philosophe, psychanalyste et professeur de psychologie à l’université de Tel Aviv, Strenger est une figure intellectuelle de la gauche libérale israélienne. Il avait déjà signé des essais sur « la Peur de l’insignifiance » et sur le « Mépris civilisé ». Il interroge lui aussi la Modernité, en ces temps troublés de montée des fondamentalismes et du terrorisme islamiste, pour apporter une réponse bien différente de celle de Jean-François Colosimo. 

Pour lui, c’est le libéralisme qui est aujourd’hui l’ennemi principal de la liberté. Il faut chercher en nous les causes du mal contemporain : dans la mentalité de consommateur qui tend à faire de la liberté un dû et non plus une conquête, fruit d’un dur labeur. Aveuglés par la certitude d’une forme de droit au bonheur, qui devrait être assuré par la société et pas dans une quête personnelle, on a fini par perdre de vu ce qui fait le sel de l’existence : sa dimension tragique.

L’ouvrage se présente comme un essai d’intervention qui critique aussi bien la philosophie de Jean-Jacques Rousseau que l’héritage de Sigmund Freud pour faire apparaître ces méfaits de l’individualisme. Mais c’est pour mieux nous appeler à revendiquer haut et fort notre droit à la liberté plutôt que de sombrer dans la peur et le défaitisme.

C’est un livre qui se lit facilement, de lecture agréable, parfois stimulant [...] mais dont l’ambition philosophique est peut-être sa limite. Car parler aujourd’hui de la liberté ce n’est pas un concept nouveau, c’est une tradition de l’histoire de la pensée. (Jean-Marie Durand)

Dans ce livre Strenger déplore les effets de la modernité, du libéralisme, c’est-à-dire de la tyrannie du politiquement correct, le fait que les individus sont réduits à l’état de consommateurs, ce sentiment du déclin généralisé tout en voulant préserver les causes intouchables avec une sanctification de l’esprit des Lumières.

L'instant critique

Eugénie Bastié nous conseille une pièce de théâtre "Céline derniers entretiens" dans laquelle Céline  se confie aux derniers  journalistes qui se risquent jusqu’à son ermitage de Meudon,  son humour féroce et sa lucidité  impitoyable sur l’homme en général et ses contemporains en particulier. Cette pièce  mise en scène par Guéraud Benech est interprétée par Stanislas de la Tousche, et se joue aux Déchargeurs jusqu'au 7 mars prochain. Jean-Marie Durand, quant à lui veut revenir sur un style littéraire  : la biographie en nous conseillant la lecture de Jürgen Habermas : une biographie de Stefan Müller-Doohm ainsi que Edouard Glissant : l'identité généreuse un livre écrit par François Noudelmann.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......