LE DIRECT
Emmanuel Berl dans les studios Harcourt

Emmanuel Berl, écrivain mélancolique

29 min
À retrouver dans l'émission

Berl, l’homme qui voulait n’être rien et ne croyait pas à l’unité de sa propre personne.

Emmanuel Berl dans les studios Harcourt
Emmanuel Berl dans les studios Harcourt Crédits : STF - AFP

Il est hasardeux d'attribuer à Berl le désir de l'emporter sur les idées d'autrui. S'il peut être crédité d'avoir eu raison, c'est au sens d'avoir voulu être dans le vrai, non pas dans celui de ne s'être jamais trompé. 

L'ombre qu'il porte n'a cessé de grandir sur notre époque, à mesure même que son existence physique s'éloigne de nous : né en 1892, il est mort à peu près oublié en 1976, l'année où Patrick Modiano a payé sa dette envers cet aîné inspirant en publiant Emmanuel Berl, interrogatoire

Pour Jean-Paul Enthoven, en échouant dans le pétainisme, "Berl aurait accepté d'aller jusqu'au bout de son affinité avec la disparition", ce qu'Henry Raczymow commente semblait faire à Berl un procès en haine de soi, "le souci de sa disparition est un trait commun à Drieu et à Berl" écrit-il. L'erreur politique de Drieu, le fascisme, l'a mené au suicide, alors que Berl a attendu patiemment la mort en méditant sur elle. Ce qui pose la question de comment Emmanuel Berl aurait-il pu disparaître alors qu'il était si peu sûr d'exister ? 

Dès l'origine, Berl, je ne dirais pas qu'il se hait, ce n'est pas exactement ça, ça ne va pas si loin. C'est simplement quelqu'un qui n'a pas d'identité propre, il le reconnaît lui-même tout au long de sa vie et tout au long de ses livres. Il n'a pas de Moi continu, tout est morcelé, tout est discontinu, disparate. C'est quelqu'un, non pas qui doute de soi, mais qui pense qu'il n'est pas fait pour être quelqu'un d'important et il pense qu'il n'est pas important. 

Bibliographie

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......