LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une copie de “1984” de George Orwell à la librairie “The Last Bookstore” en 2017 à Los Angeles, Californie

Peut-on dire la vérité en littérature ?

29 min
À retrouver dans l'émission

Comment la littérature peut-elle transmettre des vérités ? Quels moyens le roman, l’essai, l’article de revue peuvent-ils opposer au mensonge ? Et surtout : quels moyens de dire la vérité George Orwell a-t-il découvert dont nous pourrions nous servir aujourd’hui ? Réponses avec Jean-Jacques Rosat.

Une copie de “1984” de George Orwell à la librairie “The Last Bookstore” en 2017 à Los Angeles, Californie
Une copie de “1984” de George Orwell à la librairie “The Last Bookstore” en 2017 à Los Angeles, Californie Crédits : Justin Sullivan/Getty Images - AFP

En Espagne, pour la première fois, j’ai lu des articles de journaux qui n’avaient aucun rapport avec les faits. J’ai lu le récit de grandes batailles là où il n’y avait eu aucun combat, puis pas une ligne quand des centaines d’hommes avaient été tués […] tandis que les journaux de Londres reprenaient à leur compte ces mensonges et que des intellectuels zélés y allaient de leur battage émotionnel sur des évènements qui n’avaient jamais eu lieu. J’ai vu, en fait, l’histoire s’écrire non pas en fonction de ce qui s’était passé, mais en fonction de ce qui aurait dû se passer selon les diverses « lignes du parti.

George Orwell

C’est ce qu’écrit Orwell, cinq ans après son retour de la guerre d’Espagne. Gravement blessé par une balle à la gorge, il avait dû se cacher à Barcelone, en 1937, pour échapper aux milices communistes qui traquaient les militants du POUM, le parti de la gauche révolutionnaire, dans les rangs duquel il avait combattu.
La falsification des faits, la réécriture du passé par les pouvoirs despotiques, voilà l’une des obsessions d’Orwell, lui qui a combattu toute sa vie contre le mensonge. Mais déjà, à son époque, nous avions perdu la naïveté des classiques et les écrivains avaient appris que le langage n’est ni transparent, ni innocent.
George Orwell fut un intellectuel décidé à « faire de l’écriture politique un art à part entière ». Avant de trouver son outil avec la fable politique – La ferme des animaux, la science-fiction – 1984, il avait publié des romans – Une histoire birmane (1934), Et vive l’Aspidistra (1936) et aussi des livres d’enquête sociale – Dans la dèche à Paris et à Londres (1933), Le Quai de Wigam (1936). Un peu d’air frais (1939) fait la liaison entre le roman et l’essai, et se présente comme la méditation d’un personnage imaginaire sur l’Angleterre d’avant et d’après la guerre de 14.

avec : Jean-Jacques Rosat, professeur de philosophie et éditeur, a publié aux éditions Agone trois recueils de textes de George Orwell, mais aussi fait paraître et préfacé Orwell ou le pouvoir de la vérité de James Conant (éditions Agone) et La politique selon Orwell de John Newsinger (éditions Agone).

Dans « 1984 », l’intellectuel philosophe n’est pas Winston, un homme ordinaire, mais le tortionnaire bourreau, chef de la pensée politique, manipulateur de première importance. Ce n’est pas qu’Orwell déteste la philosophie, il était grand admiteur de Bertrand Russell, philosophe rationnaliste et réaliste, mais il sait à quel point le rapport que la philosophie entretien avec le langage peut conduire le philosophe à tordre la réalité en fonction de ses concepts...

Jean-Jacques Rosat

George Orwell a innové dans plusieurs genres littéraires, quelque chose qu’on a du mal à reconnaître car sa réputation en france en tant qu’écrivain n’est pas très bonne, nous n'avons pas mesuré son talent et surtout ce qu’il a apporté à la littérature dans les différents genres qu’il a abordés, à partir de 1927.

Jean-Jacques Rosat

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......