LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Noam Chomsky dans son bureau du MIT en octobre 1987
Épisode 3 :

La critique chomskyenne des médias : auto-censure et propagande en démocratie

28 min
À retrouver dans l'émission

Dans "La Fabrication du consentement", Noam Chomsky analyse les mécanismes de production des savoirs légitimes dans la presse des pays libres. Paru en 1988, son ouvrage propose un cadre de réflexion, basé essentiellement sur les questions de capital et de propriété, pour penser les medias.

Noam Chomsky sur une fresque dans le cadre d'un programme de peintures murales à Philadelphie en 2013
Noam Chomsky sur une fresque dans le cadre d'un programme de peintures murales à Philadelphie en 2013 Crédits : Frédéric Soltan/Corbis via Getty Images - Getty

On sait de Noam Chomsky... qu’il ne regarde pas la télé. Il écoute peu la radio, essaie parfois de se brancher sur BBC World service… En revanche, il lit beaucoup la presse. Ses amis du monde entier lui envoient continuellement des articles, qu’il compulse et archive scrupuleusement, ainsi que tous les titres que compte la presse américaine, avec un intérêt plus personnel pour le très libéral International Herald Tribune (quand il existait encore sous ce nom -  "Si je ne devais lire qu’un seul journal" avait-il dit un jour, "ce serait celui-là"-.

De ses lectures et recensions, Noam Chomsky a fait un livre, co-écrit avec Edward Herman et paru en 1988 sous le titre « La fabrication du consentement », réédité et complété en 2002, et qui reste une référence pour une partie de la gauche qui veut comprendre les mécanismes de production des savoirs légitimes, ou considérés comme tels.

Chomsky n’aime pas dire qu’il a construit une « théorie » pour « des considérations aussi banales », il préfère parler de « cadre de réflexion ». Et s’attarde sur les structures de propriété des médias, lesquels médias jouent d’après lui le rôle de serviteurs des puissants groupes qui les financent.

Seuls les médias en démocratie l’intéressent, parce que la propagande y est d’après lui plus « crédible et efficace » que dans les dictatures. Et à tous ceux qui l’accusent d’encourager au complotisme, il prévient d’emblée que ce serait une attaque trop commode.

Chomsky décrit le modèle de propagande à partir de l'analyse de cinq filtres. Évidemment, la concentration et la financiarisation la plus lucrative possible des grands médias. Mais aussi la régulation par la publicité, la pression que celle-ci exerce sur les programmes et sur l'information. (...) Un troisième filtre qui sont les sources d'information.  Il fait une analyse de la situation américaine de ce point de vue, mais qui n'est pas sans rapport avec la situation française. Et enfin, dans cet ouvrage 88 et qui, pour cette raison, date un peu, l'anticommunisme. On pourrait dire la même chose sur le fanatisme islamique aujourd'hui. Enfin, bref, ce qui constitue le consensus dominant.      Henri Maler

L'un des intérêts de la démarche de Chomsky, c'est d'en finir avec des légendes hagiographiques sur l'indépendance des journalistes - que je ne récuse pas totalement par ailleurs. Mais il y a une dépendance structurelle des journalistes. Cela ne veut pas dire que tous les journalistes sont malhonnêtes et font n'importe quoi, évidemment. Mais ce que je récuse, ce sont les accusations de complotisme à l'égard de Chomsky. Le deuxième intérêt de la démarche de Chomsky, c'est au contraire de mettre en évidence que ce sont des phénomènes institutionnels et structurels qui conditionnent la manipulation médiatique. Et pas du tout la volonté individuelle qui procèderait des filtres en question. Ce sont des filtres institutionnels pour la plupart d'entre eux. Ces manipulations sont justement efficaces, en raison des contraintes et des conditionnements structurels qui pèsent sur l'univers des médias.      Henri Maler

Parmi les études de cas qui sont les études de cas proposées par les deux auteurs, il y a les "victimes dignes d'intérêt" et les victimes "non dignes d'intérêt". Et il met en évidence cela à propos de plusieurs cas, notamment un assassinat absolument terrible du prêtre Popieluszko, en Pologne, auquel les grands médias américains ont consacré énormément d'articles, à la fois en quantité et en qualité - des recherches, des enquêtes, etc. Et dans le même temps, ils sont restés quasiment silencieux sur les assassinats perpétrés par les dictatures latino-américaines alliées des Etats-Unis (Guatemala, Nicaragua, un peu partout en Amérique latine). De quoi s'agit il? En l'occurrence, il ne s'agit pas de relativiser, ou a fortiori de nier. Il s'agit de mettre en évidence la façon dont fonctionnent les filtres médiatiques.     Henri Maler

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......