LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Olympe de Gouges (Paris, musée Carnavalet)
Épisode 2 :

Les contradictions d’une monarchiste révolutionnaire

28 min
À retrouver dans l'émission

Républicaine mais monarchiste, engagée toute entière dans la Révolution bien que n’ayant pas droit à la tribune politique, Olympe de Gouges est la première femme condamnée à mort pour la publication d’écrits politiques sous la Terreur… Mais alors, pour quelle raison et à quel titre ?

Statue d'Olympe de Gouges à l'Assemblée nationale
Statue d'Olympe de Gouges à l'Assemblée nationale Crédits : SOPA Images - Getty

Dramaturge, romancière, pamphlétaire, journaliste, autrice d’un texte majeur sur l’égalité entre les hommes et les femmes :  “La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne” en 1791,  à l’avant-garde des combats pour l’égalité de sexe, de race, de classe… républicaine (selon ses propres mots)... c’est bien cette image que nous gardons d’elle : celle d’une pionnière du féminisme, d’une révolutionnaire.

J’aurais voulu prévenir les malheurs qui accablent la France aujourd’hui ; serais-je donc, comme Cassandre, victime de ma prévoyance et de ma sollicitude ? Confondue avec des misérables qui ont violé toutes les lois sociales, depuis plus de deux mois je languis dans les prisons, sans pouvoir obtenir ni jugement ni adoucissement à mes peines ! Représentants d’un peuple libre ! C’est à vous que j’adresse mes plaintes ; c’est à vous, c’est au peuple d’en apprécier la justice ; c’est à ceux qui aiment la liberté et la patrie de juger des rigueurs d’une captivité d’autant plus horrible qu’elle est imméritée. Mes ennemis ont pu triompher un instant ! Mais je les brave du fond de mes cachots. Je suis sous la sauvegarde de la loi, un jour je les confondrai, et je ne veux exercer d’autre vengeance contre eux que d’exposer au grand jour ma conduite et mes écrits. L’on verra qui de nous a le plus idolâtré sa patrie ; l’on verra que j’ai tout fait, tout sacrifié pour le bonheur du peuple, et des fers sont la récompense de mon patriotisme ! Je suis détenue... accusée... traduite devant le tribunal révolutionnaire... Que l’on me juge donc !... La mort ou la liberté ! _Olympe de Gouges_, Une Patriote persécutée à la Convention nationale (août 1793)

Mais Olympe de Gouges était aussi une monarchiste convaincue au moment où se bâtit la République : opposée à la mort de Louis XVI, proche de son cousin le duc d’Orléans, avocate de l’idée d’une nature spécifiquement féminine, douce et maternelle…Elle s’oppose également à toute forme d’engagement violent pendant la Révolution... surtout quand il vient des femmes. 

Toutefois, dans les faits : bien qu’opposée à la peine de mort, elle se prononce finalement pour la mort du roi et celle de toute sa famille, puis souhaite la mort de Robespierre, demande à constituer une garde nationale armée de femmes, des amazones, et revient sur la question d’une nature féminine, se définissant à la fin de sa vie comme ni homme ni femme, ou peut-être les deux.

Autant de contradictions qu’elle revendique jusqu’à l’échafaud, à la recherche, toujours, de ce qu’elle appelle un “juste milieu”,  une “douce égalité”... Mourir pour la modération, voilà son ultime contradiction ! Trop démocrate pour les royalistes, trop girondine pour les montagnards… Alors Olympe de Gouges était-elle trop révolutionnaire ou contre la Révolution ? 

Anne Verjus est chercheure en science politique au CNRS ( Triangle, Université de Lyon). Autrice notamment de  “Le cens de la famille: les femmes et le vote, (1789-1848)” (Belin, 2002) ; "Le Bon mari. Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire", Paris, Fayard, 2010 ; "Le roman conjugal. Chroniques de la vie familiale à l’époque de la Révolution et de l’Empire", (Champ-Vallon, 2011).
 

Solenn Mabo : maitresse de conférences en histoire à l’Université Rennes 2, spécialiste de la Révolution Française et de l’Histoire du genre, autrice d’une thèse sur les engagements des femmes du côté de la Révolution et de la contre-révolution en Bretagne, qui est en cours de publication.  

Intervenants
  • Directrice de recherche au CNRS.
  • Maitresse de conférences en histoire à l’Université Rennes 2
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......