LE DIRECT

AirBNB : la culture et les problèmes du crowdsourcing appliqués au tourisme et à l'hotellerie

3 min

Bonjour Martin, connaissez-vous AirBNB, une nouvelle startup qui applique les technologies du crowdsourcing au secteur du tourisme, et plus particulièrement au secteur de l'hotellerie ? Tout commence il y a quelques années avec une communauté plutôt qu'une startup du nom de couchsurfing. Est-ce que vous connaissez couchsurfing ? Le principe en était simple, il s'agissait -- et il s'agit toujours -- de mettre en relation des gens qui disposent d'un canapé de rab -- un couch -- avec des gens qui sont à la recherche d'un logement gratuit. Face au succès de ce principe, la jeune équipe de AirBNB décide il y a 3 ans de moderniser le concept en le rendant payant. Désormais si vous disposez d'espace dans votre maison ou votre appartement, vous pouvez vous inscrire sur AirBNB, prendre quelques photos, décider d'un prix à la journée ou à la semaine, et tenter votre chance. Et si vous cherchez un logement pas trop cher dans une ville quelconque des Etats-Unis -- mais de plus en plus facilement partout ailleurs dans le monde -- vous pouvez vous rendre sur leur listing, le consulter, choisir votre chambre, payer et profiter de votre séjour à petit prix -- et ô combien plus « roots » et sympathique que la chambre d'hotel que vous auriez normalement choisie. Vous l'aurez compris, bien plus que de couchsurfing, le principe de AirBNB est surtout inspiré de ebay, à l'exception près que l'on ne vend pas des objets, mais des chambres et du logement. Ce qui me pousse d'ailleurs à remettre en question leur « founding story » comme celle de ebay dont on s'est apercue dix ans plus tard qu'elle était complètement fausse et inventée pour un article du new yorker. La société est un énorme succès. Elle vient de réussir à lever 112 millions de dollars fin juillet, et est désormais valorisée plus de 1 milliards de dollars, en position dominante sur un marché évalué à près de 85 milliards. Mais avec le succès arrivent aussi les premiers problèmes qui ressemblent singulièrement aux problèmes -- et aux solutions je vous rassure -- rencontrés sur ebay. En effet, et vous y réfléchirez sans doute désormais à deux fois, comment réagir si votre locataire d'une nuit se révèle dangereux, massacre votre appartement, vole vos affaires et repart après avoir réalisé plusieurs milliers ou plusieurs dizaines de milliers de dollars de dégats ? C'est ce qui est arrivé à plusieurs personnes qui, excédées par le manque de réaction de l'équipe du site ont commencé à réagir depuis quelques semaines. Qui a retrouvé son logement détruit par le client, qui a retrouvé des seringues de meth, des menaces, ses vêtements dans le congélateur -- et un chat volé chez un voisin. Les histoires ne manquent pas et commencent même à devenir génantes pour un site qui prend tout de même 30% de frais sur les transactions. Comme toujours avec la culture du crowdsourcing, la limite du processus est celle de la responsabilité et de son corollaire, la confiance -- que ce soit sur wikipedia, sur tripadvisor ou ailleurs. Mais alors que ebay vous permettait de rentrer dans le système par la petite porte -- en vendant un petit objet, en achetant un petit quelque chose, en apprenant la logique du site et en vous l'appropriant lentement -- le sujet même de AirBNB vous oblige à prendre des risques conséquents dès le départ. Au demeurant, le coût d'entrée pour proposer un système similaire n'est pas énorme et de nombreux sites concurrents sont en train de se lancer comme par exemple le français lofty.com qui essaie surtout de viser les marchés étrangers qui sont encore ignorés par AirBNB. La réponse de AirBNB à ces problèmes est intéressante puisqu'ils se proposent de mettre en place un mécanisme assurantiel couvrant jusqu'à 50 000$, ce qui ressemble peu ou prou à la façon dont paypal s'était construit autour de ebay, devenant peu à peu tellement indispensable aux acheteurs et aux vendeurs qu'ils avaient pu forcer leur rachat par le site de ventes aux enchères. Quant au secteur lui-même, je serais surpris de savoir quels sont les entreprises qui s'estiment le plus menacées par le succès de AirBNB. S'agit-il plutôt du marché de l'hotellerie ou ne s'agit-il pas plutôt du secteur des guides de voyage et de tourisme qui n'ont eu de cesse depuis plusieurs années de se voiler la face sur les évolutions de leur secteur ? Si je pense par exemple au guide du routard, quelle sera encore sa légitimité à partir du moment où les moyens les plus pratiques et les backpack pour voyager sont complètement étrangers à ceux qu'ils indexent en général ?

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......