LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Anonymous mon amour : hackers, éthique, john brunner, renard et ysengrin

4 min

En effet, alors que les militaires syriens continuent leur offensive contre les civils pendant le Ramadan, les Anonymous ont pris le contrôle du site du ministère de la défense, affichant à la place des photos de manifestants morts accompagnées d'un message de protestation. C'est la 2e fois cette année puisqu'ils avaient déjà pris le contrôle du site du Parlement syrien en avril. Un vandalisme un peu superficiel qui, comme le décrit l'excellent dessinateur xkcd, correspond plus à aller tagger un poster du gouvernement syrien qu'à jouer à la War Games comme dans le film de 1983. Cette attaque a suscité une réponse d'un groupe dénommé l'armée électronique syrienne qui a réussi à rentrer dans Google pour supprimer AnonPlus, un projet de réseau social anonyme défendu par les gens de Anonymous. Vous suivez toujours ? Si vous vous sentez confus, c'est normal, c'est leur méthode. La figure du hacker n'est pas nouvelle. Elle remonte à 1978 avec « sur l'onde de choc, » le livre séminal de John Brunner, à TRON en 1982, au livre « Hackers, les héros de la révolution informatique » de Steven Levy en 1984, sans mentionner le mouvement cyberpunk de William Gibson et Bruce Sterling, ni même l'univers des jeux de rôle comme GURPS de Steve Jackson. Depuis toujours, la figure du hacker renvoie au trickster, celui qui transforme les règles pour son propre plaisir, aux détriments des pouvoirs en place, au bénéfice de ceux qui vont profiter du nouvel ordre établi. C'est Prométhée qui vole le feu aux dieux pour l'apporter aux mêmes, c'est Renard contre Ysengrin. D'une certaine façon, ces hackers sont plus proches des Yes Men que du nerd ou de l'informaticien asocial. Mais leur action prend un sens nouveau avec la généralisation de leur présence dans l'espace public. Pour Pekka Himanen, l'auteur de « L'Ethique du Hacker, » il s'agit d'abord d'un mouvement alternatif opposé à l'éthique protestante considérant que le travail n'est pas une fin en soi, qu'il devrait être accompli pour le plaisir et certainement pas pour l'argent - sans autorité hiérarchique, sans séparation entre conception et exécution, avec une coordination assurée par la coopération directe des acteurs plutôt que par la dépendance salariale. Concrètement les Anonymous se sont constitués en 2003 sur 4chan pour lutter contre la secte de la scientologie qui avait pris pour habitude d'attaquer en justice les personnes qui les critiquaient ou qui organisaient des actions contre eux. Inspirés par le personnage de V for Vendetta de Alan Moore, lui-même inspiré par 1984 de George Orwell et par l'idée qu'il revient à chacun d'être son propre Emmanuel Goldstein, les Anonymous essaient d'échapper à ces poursuites et défendent donc l'action anonyme dès le départ, masquant leurs visages avec des masques lors de toutes leurs apparitions publiques, ou même lors de l'apparition de leurs fans. Ils ont depuis étoffé leur arsenal et sont aujourd'hui à l'origine d'une véritable mouvance qui va bien au-delà du simple groupe d'hacktivistes en relation publiques -- prenant la défense d'un autre hacker non-informatique célèbre - Bradley Manning, la source de Wikileaks - mais aussi de tous ceux qui se retrouvent attaqués en justice par des grandes entreprises ou menacés par leurs gouvernements pour leurs opinions ou leurs activités en ligne. Ils vont désormais jusqu'à menacer Facebook promettant pour le 5 novembre une action pour défendre la vie privée et l'anonymat sur internet. Finalement, comme le rappelle Sabu, l'un de leurs leaders -- tout le monde peut aujourd'hui se revendiquer de Anonymous, et alors que les arrestations ne cessent de tomber depuis 6 mois, leur objectif est peut-être finalement de réveiller les consciences afin que nous soyons tous des hackers, des tricksters du 21e siècle recherchant un élargissement à un renouvellement des hiérarchies sociales et académiques, la non-appropriation privée de la connaissance, et la volonté de s'impliquer directement dans les secteurs d'activités les plus moteurs du capitalisme contemporain.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......