LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La planète des singes et la singularité qui vient...

5 min

Une chronique inspirée par le film « la planète des singes : les origines » qui correspond selon moi au premier film à réellement bien tirer parti de l'un des futurs paradigmes forts de la narration des quinze prochaines années, je veux parler de la singularité -- avec un twist puisqu'il s'agit ici d'une singularité d'origine biologique. La singularité est un concept imaginé dans les années 80 et 90 par le mathématicien et romancier Vernor Vinge à travers ses écrits et son célèbre article de 1993 « la singularité technologique qui vient, » puis popularisée par l'inventeur et futuriste Ray Kurzweil dans son ouvrage « la singularité est proche. » La notion de singularité est extrêmement simple, elle se réfère à l'émergence future d'une intelligence différente de celle de l'être humain à travers le développement continu des machines et de la connaissance -- ce que Kevin Kelly appelle « le Technium. » Le terme de singularité lui-même est une analogie avec le concept de singularité en physique qui désigne le centre d'un trou noir, l'endroit à partir duquel la physique classique n'a plus court et où l'on est incapable de comprendre les forces qui s'exercent. De même, dans l'hypothèse de l'émergence d'une intelligence nouvelle, le cerveau humain ne serait capable d'en imaginer ni les composants, ni les conséquences. Cette nouvelle forme d'intelligence apparaîtrait dans les années qui viennent -- d'ici moins de 30 ans selon Ray Kurzweil à travers la combinaison de l'évolution biologique et de l'évolution informatique. On connaît l'exemple classique de Skynet dans Terminator -- une puce informatique suffisamment performante pour concurrence celle de l'homme, mais un concept plus proche de la singularité serait celui imaginé par l'écrivain Orson Scott Card dans lequel l'interconnexion croissante des ordinateurs possédés par les humains finit par reproduire les interconnexions des neurones d'un cerveau humain et par éveiller le réseau lui-même à la conscience. Dans le remake du 3e film de la planète des singes, l'évolution qui crée la singularité est bio-technologique puisqu'elle repose d'un coté sur des recherches génétiques destinées à permettre le transhumanisme -- le pendant biologique de la singularité qui vise à rendre l'homme immortel, et sur des évolutions techno-culturelles comme l'invention du langage, de l'outil, de la parole collective tels que les décrivent par exemple Jeremy Rifkin dans son récent ouvrage « vers une civilisation de l'empathie. »Naturellement, la singularité est un concept extrêmement décrié dont nombre d'individus dénoncent le manque de fondements scientifiques et le cognitivisme de cuisine. Jaron Lanier, l'inventeur de la réalité virtuelle n'hésite pas ainsi à la qualifier de fantaisie, et la compare avec la notion de rapture chez les chrétiens évangélistes américains -- c'est-à-dire ce concept dérivant d'une interprétation radicale de la bible selon lequel dieu viendra « ravir » les hommes purs qui disparaitront alors de la terre dans un grand « pouf » en laissant les autres tous seuls derrière pour se débrouiller. Et il se demande comment il faut réagir quand les technologistes deviennent plus fous que les luddites. Mais l'une des caractéristiques des tenants de la singularité et du transhumanisme est leur inlassable conviction d'avoir raison, ils écrivent -- beaucoup - de nombreux ouvrages, ils viennent de tenir la semaine dernière leur prestigieuse « singularity university » sur le campus de la NASA - conviction qui est selon moi éclairée par le film « la planète des singes : les origines. »En effet, ce qui est décrit par le film -- qui a ceci de bien que je peux me permettre de raconter la fin -- c'est qu'elle décrit une singularité en cours de réalisation, mais que ce faisant, elle décrit surtout une singularité qui a déjà eu lieu - celle de l'émergence du langage et de la société chez l'être humain - et qui continue à se dérouler puisqu'on peut par exemple considérer que l'invention du mp3 est une forme de singularité dans l'industrie de la musique. Je pense pour ma part que c'est un concept essentiel de la narration du 21e siècle, en parfaite harmonie avec notre environnement culturel actuel -- les borgs de star trek étaient légèrement en avance de phase, qui explique par exemple le tout récent succès des films de super héros et l'abandon progressif des codes narratifs des années 80, 90 et 2000 tels que la famille, le concept de « freedom » à l'américaine, etc. Quand au film « la planète des singes, » vous aurez compris que je vous le recommande chaudement.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......