LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L'armement DIY des ex-rebelles libyens... inspiré par les Afghans et les Irakiens ?

4 min

La situation en Libye est difficile à suivre, vous l'avouerez avec moi. La plupart des journalistes occidentaux ont été bloqués à l'hôtel Rixos depuis plusieurs jours, sans information, sans électricité ni moyens de télécommunications, et avec leurs deux derniers téléphones satellitaires détruits par des balles perdues sur un balcon.Après bientôt 6 mois de coupure, Internet commence doucement à être rétabli et le matériel audio et vidéo ne manque pas. Mais il faut aller le chercher un peu partout : les vidéos des premières scènes populaires dans Tripoli sont en direct sur le site web d'Al Jazeera, l'entrée des rebelles dans le palais fortifié de Kadafi est une vidéo d'origine inconnue tournée --p eut-être - au téléphone et déposée sur le site du Guardian, les déclarations de Saif Al Islam relèvent désormais quasiment de la vidéo Youtube. Coté journalistes, l'information est difficile et extrêmement dépendante d'une actualité qui échappe grandement à notre contrôle et à nos prévisions. Coté politiques, ceux-ci sont ambivalents par rapport au conflit. Pour les américains par exemple, cette guerre est difficile à appréhender car sa légalité est discutée -- ce qui gêne les démocrates au pouvoir. Mais elle est aussi multilatérale, avec une implication limitée, sans pertes américaines et sous contrôle de l'OTAN, ce n'est pas non plus la guerre que souhaiteraient les Républicains. Difficile dans ces conditions de se l'approprier comme un objet de politique intérieure. D'autres nouvelles sont plus inattendues mais relèvent parfois du gadget, par exemple Google qui a aujourd'hui renommé sur Google Maps la place verte de Tripoli de son nom pré-Kaddafi, la place des martyrs. Ou encore l'annonce que Kadhafi fait désormais passer certains de ses messages par le biais du président de la fédération russe d'échecs. Autrement dit, les sources d'information classiques ne sont pas les plus intéressantes -- mais surtout elles passent à coté d'un élément essentiel. Toutes ces images et ces informations véhiculées sur Internet ont une particularité qui me semble unique à ce conflit : c'est que nous avons pour une fois l'opportunité d'observer de près le coté faible des combattants pro-arabes dans un conflit asymétrique. Cette guerre est la première à nous donner un aperçu aussi clair des techniques Do-It-Yourself qui sont aujourd'hui le quotidien des combattants de la guerre asymétrique -- ce qui fait froid dans le dos quand on réalise que ce que l'on admire aujourd'hui chez les lybiens leur a probablement été enseigné par les afghans ou les irakiens. Par exemple, l'un des blogs de The Atlantic dévoile ainsi une incroyable galerie d'équipement comme des lances missiles d'hélicoptères montés sur des pickups, des lances roquettes usagés qui sont réparés par de jeunes apprentis techniciens militaires, D'autres exemples montrent comment ils utilisent des sonnettes de porte pour remplacer les détonateurs de lance roquette détruits par l'armée pendant sa fuite. Wired explique également comment les rebelles ont réussi à acquérir leur premier et probablement seul drone de surveillance à ce jour. Ce qui nous laisse d'ailleurs avec une question inquiétante puisque Kadhafi est et restera peut-être pour un moment « le renard du désert, » et les méthodes et les succès que l'on voit aujourd'hui pour les futur ex-rebelles risquent peut-être de se retourner contre eux aussi vite qu'ils les ont servis. On comprend mieux dès lors la mesure et les réserves qui accueillent depuis leurs avancées depuis le début. Mais les Occidentaux en savent quelque chose -- eux qui savent bien sur tirer les leçons des conflits orientaux dans lesquels ils envoient leur marine et leur aviation depuis 20 ans.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......