LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Starcraft 2 : Pomf et Thud et l'UFC

4 min

Ca va très bien, une façon de commencer qui rappellera des souvenirs à ceux de nos auditeurs qui regardent déjà pomf et thud, les célèbres commentateurs français de starcraft qui représentent aujourd'hui près de 25 millions de visites sur leur chaine youtube et dont je pense qu'ils réinventent le format du spectacle sportif à l'ère du numérique. Alors de quoi s'agit-il ? Vous connaissez peut-être starcraft 2, l'un des jeux les plus vendus du monde qui se joue à plusieurs par internet - mais savez-vous qu'il se développe en ce moment toute une économie des replays, c'est-à-dire des parties commentées avec certains commentateurs sont en train de devenir doucement des stars à l'image de pomf et thud dont je viens de parler, mais également de anoss, de husky ou de day9 pour les américains. Concrètement des joueurs jouent en ligne, soit normalement, soit dans le cadre de compétitions. Ces parties sont soit enregistrées sous forme de vidéos, soit diffusées en direct. Dans les deux cas elles sont commentées par des personnes qui commentent - mais pas à la manière d'un match de foot ou de basket. Les spécificités du jeu vidéo les ont contraints à inventer leur propre language et leurs propres rituels. Le tout au profit d'un spectacle incroyablement rythmé par le pouvoir de l'open data gaming, car avec la généralisation des bonnes connexions internet, le nombre de joueurs online a singulièrement augmenté. Un jeu comme starcraft est capable de faire jouer ensemble plusieurs centaines de milliers de personnes simultanément, organisés par poules (bronze, silver, gold, diamond, master) et par continent autant de données dont l'éditeur peut se servir pour améliorer leurs règles au fur et à mesure des milliers de parties qui s'égrènent sur internet. Concrètement, et par analogie avec les échecs, si les éditeurs du jeu se rendent compte par exemple que la dame est trop puissante dans le jeu, ils pourront modifier ses règles de déplacement pour rendre les parties plus équilibrées. A terme, cela revient à ce que décrivait John Brunner dans son roman "sur l'onde de choc" un texte prophétique du mouvement cyberpunk : un jeu systémique et cybernétique dont les règles s'adaptent en temps réel à la façon dont les joueurs interagissent. A ce sujet, je pense que c'est à une réinvention plus générale des médias de spectacle en direct que l'on est en train d'assister. Le secteur du jeu vidéo n'est pas le seul à inventer de nouveaux formats médias. Dans un autre registre, le secteur du sport est en train de faire de même avec le développement de l'Ultimate Fighting aux USA. Vous connaissez certainement ce sport assez violent dans lequel des lutteurs s'affrontent sur un ring qui ressemble un peu à une cage. Jusque là il s'agit d'abord de sport de combat assez classique, mais ce qui est intéressant c'est la façon dont ils diffusent les matchs : sous forme d'émissions de real-tv où l'on suit les protagonistes dans la semaine qui précède leur match, on regarde leur entrainement, on apprend à les connaitres, les combats se déroulent alors sans public seulement devant les entraineurs et leurs équipes, et surtout... sans commentateurs, rythmés par les seuls halètements des lutteurs, de leurs coups et de leur douleurs. L'immersion du spectateur est surmultipliée par ce dispositif, l'UFC c'est la classe de no comment sur euronews qui rencontrerait les matchs de foot sur canal ...ainsi alors que dans le sport les commentateurs sont en train de disparaitre, ce sont aujourd'hui ces mêmes commentateurs qui sont en train de réussir à casser le plafond de verre du jeu vidéo. Et pour conclure, c'est un article de gary kasparov dans la new york review of books qui m'a donné la clé de ce phénomène. Au fond, starcraft 2 comme la plupart des jeux en ligne ne sont que des versions très technologiques, très dynamiques et très systémiques des échecs ou du shogi - les échecs japonais. Mais alors qu'il écrivait sur l'apport de Bobby Fisher au jeu d'échec, Kasparov a fini par lacher le morceau et expliquant qu'avant l'explosion sur la scène de Bobby Fisher, un joueur qui gagnait un tournoi pouvait gagner plus ou moins 500 euros. Quelques années et beaucoup de médiatisation plus tard, Kasparov était millionnaire avant même d'être champion du monde. Même s'ils peuvent déjà gagner un peu plus, 500 euros c'est aujourd'hui la somme pour laquelle les meilleurs joueurs de Starcraft 2 sont prêts à jouer en moyenne.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......