LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jean-Charles Hue

Numéro 14. Les voyageurs

59 min
À retrouver dans l'émission

Dans le monde des Yéniche, Jean-Charles Hue filme la famille Dorkel, des voyageurs

Jean-Charles Hue
Jean-Charles Hue Crédits : Radio France

Il est 23h et c’est l’heure du voyage. Mais le voyage : pas celui qui fait prendre un avion, une photo et rentrer dans son salon. Le voyage qui ne se compte pas en kilomètres, celui qui peut vous faire dire : je suis un voyageur , à vous, là, même à 23h, immobile devant des voix. On pourrait dire : voyage intérieur mais ce n’est pas ça non plus, c’est trop joli, ça sent le sentiment et ce n’est pas assez grand. Je suis un voyageur , Jean-Charles Hue a attendu pour le dire, il a fallu prendre des risques, aller à 300 à l’heure, ne pas se contenter de notre monde . Ce sera ça le voyage. Ne pas se contenter. Aller vers un monde caché : sans mysticisme, juste avec la foi en la vie, et ses épiphanies. Se dire : quelque chose peut arriver. Dans la vie de Jean-Charles c’est arrivé : il s’est découvert un ancêtre Yéniche. Il a découvert la famille Dorkel, il a trouvé un monde puissant, charnel, violent, vivant. Il a toujours eu ce projet de « devenir voyageur » même s’il avoue : pour devenir gitan il faut commencer jeune. Alors il filme : des hommes dont la colonne vertébrale relie le ciel et la terre. Le sol et le sacré. Ce sont des seigneurs, qui parlent comme on n’a jamais entendu, qui vivent comme on ne vit plus. Jean-Charles Hue a inventé sa religion à lui : son cinéma, épaté par la vie en train de se faire. Il y a des soleils écrasants, des phares plein feux et des crissements de pneus. Il cite Samuel Beckett qui dit « on ne voyage pas pour le plaisir de voyager que je sache, on est con ais pas à ce point » par contre, dit-il, aller dans un pays pour vérifier que le bleu de la mer est tel qu’on l’imaginait, ça, ça peut être une raison suffisante. C’est ça le voyage : du concret collé à du merveilleux. Et le mystère ça demande des efforts. C’est autre chose que prendre une photo, se faire un souvenir – c’est voir ce qui ne se voit pas. C’est ne pas se contenter, et voir un monde derrière chaque objet. Ca demande un effort, ça demande un peu de forces, sans Dieu, sans sorciers, de voyager. Ce sera une heure en forme d’évasion, on ouvrira petit à petit les yeux, pour être le plus nombreux possible à minuit à pouvoir dire : Je suis un voyageur *.*

Jean-Charles Hue, * cinéaste, artiste plasticien, réalisateur des filmsLa BM du Seigneur et Mange tes morts. *****

Violette, Joseph, Anastasia et Angélique de la famille des Dorkel (communauté Yéniche)

**LIVE : BRUIT NOIR (Pascal Bouaziz et Jean-Michel Pirès)

**(en concert au Klub à Paris le 15 décembre)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......