LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Anthologie de la poésie du Brésil

29 min
À retrouver dans l'émission

Anthologie publiée aux éditions Michel Chandeigne, traduction Max de Carvalho, en collaboration avec Magali de Carvalho et Françoise Beaucamp

Michel Chandeigne
Michel Chandeigne

Des cription de la ville de Sergipe

Trois douzaines de taudis vaguement colmatés,

Sir ou sept culs-de-sac qu’envahit l'herbe haute,

Quinze soldats en guenilles, les chaussures trouées,

Et sur la place en tout, douze cochons bien dodus.

Avec ça, deux couvents, six moines et trois lettrés,

Le juge moustachu, mais qui n’a pas d’oreilles,

Sous les verrous trois prisonniers rongés de poux,

Deux huissiers de justice qui mangent affamés.

Les dames sont chaussées d’escarpins de bayette

À semelle de bois comme les socques de moine

Elles vont en robe d’indienne et ceintures à volants.

Il y a les flageolets qui donnent des flatulences,

Il y a du riz et puis du pain rassis,

Sergipe del Rey.

S’il faut signifier l’origine de la poésie, qui est universelle, elle vient, comme l’Eros platonicien, de Poros et Penia, l’abondance et le manque, qui sont constitutifs de notre humanité et de notre faculté créatrice. Ainsi, à l’égal des beautés immenses de la nature et des jardins brésiliens, le Dialogue des splendeurs du Brésil , une prose poétique de la fin du XVIe, fait-il l’éloge d’ « un je-ne-sais-quoi de vert et de rafraîchissant qui font les grands paysages ». Quand José Bonifacio chante au XVIIIe le manque amoureux : « Et t’oubliant, je cherche à t’aimer davantage », cultivant le paradoxe… Les constantes, les réalismes et les folies et de la poésie s’épanouissent à mesure que le continent brésilien se peuple et de développe : voyage des sens, exubérance de l’intellect…

Une grande béance se révèle à nous, feuilletant cet élégant volume : comment-avions-nous pu jusque-là ignorer une telle poésie d’outre-Atlantique ? Thierry Guinhut

Max de Carvalho
Max de Carvalho

Illustrations sonores:

"Canide loune sabath" extrait de "Poemas indigenas " d' Heitor Villa-Lobos "Pamela Elaine " de et par Romero Lubambo paru chez DISK UNION "Bachiana" de Vinicius de Moraes par Baden Powell paru chez Barclay Poèmes dits par Emmanuel Lemire

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......