LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Bernard Tirtiaux

28 min
À retrouver dans l'émission

Le vitrail est enfant de la lumière, expression jouette des percées de soleil.

Le vitrail est matière translucide et couleur. Il passe par les mains. Homme des régions grises, je me suis fait artisan de la clarté en bonne complicité avec le verre. Imagier dans mes verrières, j’en suis venu au bout d’un temps à sortir mon art des serrures de pierre pour l’ouvrir pleinement et monumentalement dans l’espace et dans la lumière comme ces glaciers ou ces ruissellements figés par le gel. Voir et espérer la clarté au profond de l’opaque, ce plomb quotidien de l’horreur qui obscurcit notre monde. Préparer sur un reflet mordoré et l’éclat polyphonique d’un chant l’âge d’or. Sculpter en transparence la beauté intérieure que recèle chaque être et chaque chose. Gagner mon pari d’émerveillements. Telle est ma quête.

Bernard  Tirtiaux
Bernard Tirtiaux
Bernard Tirtiaux © Né à Fleurus le 11 avril 1951, [Bernard Tirtiaux](http://www.martinrou.be/site/index.php?node_id=4) se prend de passion pour le vitrail dès l’âge de quinze ans. Formé au dessin, à la gravure, à la peinture, il apprend son métier dans des ateliers français. Rompu aux techniques anciennes, il a créé et réalisé à ce jour plus de 600 vitraux . Parallèlement, il aborde de nombreuses techniques attenantes au verre (travail de la dalle de couleur, gravure, sculpture translucide au départ de lames de verre collées.) Ces œuvres sont principalement réparties sur la France, la Suisse et la Belgique avec, à titre d’exemple, les vitraux du casino de Namur, l’église Saint-Rémy à Montignies-sur-Sambre, la clinique Notre-Dame à Gosselies, la Colline de Pénuel (Mont-Saint-Guibert), l’église romane d’Esquelmes, une sculpture de 5 mètres de haut au centre de l’Europe des quinze à Viroinval représentant un germe de cathédrale (199 Mordu de théâtre et de chanson, Bernard Tirtiaux a travaillé comme comédien, metteur en scène, scénographe au sein de nombreux théâtres de la communauté française. Il a bâti de ses mains son propre espace théâtral (deux salles de 100 et 260 places) dans la ferme de Martinrou où il demeure. Côté plume, Bernard Tirtiaux a écrit de nombreux poèmes et une soixantaine de chansons Il sort en 93, aux éditions Denoël, un premier roman « le passeur de lumière » autour de l’artisan verrier à qui on doit les couleurs des vitraux du moyen âge. Suivront : « les sept couleurs du vent » 1995, « le puisatier des abîmes » 1998, « Aubertin d’Avalon » 2002 et « Pitié pour le mal» 2006 chez Lattès. Ses trois premiers romans sont disponibles dans la collection « folio ». Les derniers en date sont disponibles dans la collection « livre de poche ». Publiés chez Lattès en mars 2011 le roman « Prélude de cristal » et un recueil de poèmes illustrés d'œuvres de verre « Lueurs ».
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......